Laure - Première Soumission 5

Chap. 5. Samedi (2ème partie)
jeudi 3 janvier 2013
par  Luke
popularité : 2%
5 votes

Laure attendait, toujours nue, dans la pose imposée par son Maître que celui-ci ait fini le repas qu’elle lui avait préparé.
Les bras derrière la tête et le regard fixé devant elle, elle gambergeait ferme et se posait beaucoup de questions.

La matinée a été vraiment dure pour mon orgueil mais maintenant l’orage est passé, je me sens sereine. J’avais besoin de ce que me fait vivre Pierre pour comprendre que cela me manquait et qu’inconsciemment, je cherchais sans oser à être vraiment soumise. Je ne pensais pas avoir besoin d’être humiliée, de vivre à poil toute la journée. Je suis heureuse qu’il ose continuer à me dresser, j’en ai besoin moralement, physiquement. Suis-je normale ? Je m’en fous car çà nous plaît à tous les deux et c’est l’essentiel.

Il finit son repas et se leva. Laure ne bougea pas, attendant les ordres de son Maître.

« Même consignes que ce matin. Tu manges en vitesse et tu me rejoins au salon. On s’active. Tu m’amèneras un café. »

Laure se précipita pour se servir et se restaurer aussi vite qu’elle le put. Puis, elle alla se planter devant le fauteuil où l’attendait Pierre, lui tend le café demandé et ensuite se met dans la même position qu’auparavant à la cuisine.

Pierre but son café.

« Laure, te rappelles-tu que tu dois encore être punie pour tes erreurs d’hier ? »

Zut, il ne les pas oubliées. Qu’est-ce qui m’attend encore ?

« Oui, Maître et je suis très anxieuse de connaitre mon sort après la punition de ce matin. »

« Laure, va chercher la petite boîte dans la table derrière toi. »

Elle revint la boîte à la main et lui présenta.

« Ouvre-la. Dis-moi ce que tu vois dedans ? »

Elle l’ouvrit et dit :

« Des pinces à linge, des pinces de bureau, Maître. Il y a aussi de pinces avec des dents et aussi d’autres pinces, je ne sais pas à quoi elles servent, ni pourquoi elles sont dans cette boîte. »

« Elles servent à pincer le corps des soumises, tout leur corps, surtout les parties les plus sensibles, les tétons, les lèvres, le clitoris, la langue et j’en passe… »

Les yeux de Laure s’agrandirent d’effroi à l’idée qu’elle pouvait subir de tels tourments.

Ma chair la plus fragile comprimée par ces horribles pinces, quelle horreur, il ne va pas me faire subir çà. Comment vais-je pouvoir le supporter ?

« Laure, tu vas être punie pour avoir refusé hier d’avaler la liqueur de ton Maître. Tu vas progresser dans ta soumission et découvrir une autre forme de souffrance. Tu vas faire la vaisselle et pendant tout le temps que tu feras cette vaisselle, tu porteras des pinces sur tes deux tétons. »

Comme tu as interrompu une punition, tu te rappelles avoir accepté de doubler le temps de la punition suivante. Comme j’avais prévu un quart d’heur, tes seins seront pincés pendant une demi-heure et tu devras en subir l’intégralité car tu ne pourras pas l’arrêter."

Laure blêmit. Elle se rappelait son acceptation de ce matin pour interrompre son enfer du moment.

Maintenant, elle était au pied du mur et ne pouvait pas reculer sauf à tout arrêter tout.

Elle déglutit et serra les dents convulsivement en anticipant une douleur qu’elle ne connaissait pas.

Jusqu’à maintenant elle s’était pincé très légèrement le bout des seins mais seulement pour provoquer son plaisir. Quand il lui avait serré méchamment les tétons, Il lui avait fait mal. Qu’est-ce que cela allait être alors avec ces machins sur ses seins si fragiles ?

Elle attendit toute frémissante de peur de ce qui allait lui arriver.

« Tu débutes alors je ne prendrais pas des pinces trop fortes. Ces pinces seront très bien. »

Il prit deux pinces dans la boîte et lui en tendit une.

« Essaye-les sur ton doigt »

« Aoutch, çà fait mal au doigt, çà pince très fort. Non, pitié, Maître. Je vous en prie Maître, pas çà. »

« Tu te la places toi-même. Téton droit. J’attends. »

Laure prit la pince et la fit manœuvrer, fermée, ouverte, fermée, la regardant avec affolement.

Elle présenta la pince très écartée sur le bout de son sein et commença à laisser la pince se refermer lentement, puis hésita, s’arrêta, recommença et prenant sa respiration, elle laissa d’un coup la pince se refermer sur la chair fragile de son téton.

Elle cria tant la douleur qui avait éclaté dans son sein était forte. Elle respira très, très fort en pinçant la bouche en cul de poule faisant des petits bruits de succion, « Uh-Uh-Uh-Uh –Uuuuuh », cherchant comme à absorber son tourment.

Quelle souffrance instantanée, immense. Je ne m’attendais pas à çà. Mon sein va exploser tant j’ai mal. Çà irradie dans tout le corps. Il faut que je l’arrête, c’est insupportable.

Elle lançait sa main pour se l’enlever quand elle entendit.

« Tu mets les mains dans le dos et tu attends pour la deuxième sur l’autre sein. »

Elle obéit et attendit les mains dans le dos en tremblant. Ses yeux étaient plissés par la souffrance et elle poussait des petits gémissements.

La voix de Pierre lui disait :

« Tu sens, Laure, comme c’est douloureux et encore, celles-là ne sont pas trop fortes. Avec le temps et l’habitude, tu habitueras à cette douleur aigue qui devient sourde ensuite et qui irradie dans tout ton corps au fur et à mesure que cela dure, tu t’habitueras mais tu ne t’y feras jamais. Elle sera toujours là, la douleur, désagréable au possible. Tu ne penseras qu’à elle, tant que tu porteras ces pinces. »

Il a raison. La douleur s’atténue un peu pour devenir moins vive. Elle reste lancinante. Mais j’ai très mal quand même.

Il lui tendit l’autre pince.

« Le téton gauche, maintenant. » LIRE LA SUITE

PRECEDENT ....................................... SUITE
L’intégralité de ce récit est disponible pour les abonnés de RdF


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Tibetlord
mercredi 9 janvier 2013 à 19h01 - par  Tibetlord

L’écrivain ne comprends pas vraiment ce que c’est la soumission et pas du tout comment un maître se comporte. Il n’est pas un maitre mais un bourreau obsédé.
Tibetlord.

Logo de henic
samedi 5 janvier 2013 à 15h22 - par  henic

La progression est telle qu’il est difficile de n’avoir pas pitié de Laure, même si elle consent expressément à son sort. Celui-ci constitue-t-il un bien véritable pour ce couple...?