Ozone


Articles publiés dans cette rubrique

vendredi 13 mai 2016
par  Ozone

Je suis folle

Longtemps je me suis demandé si j’étais normale. Depuis toute petite j’ai toujours été profondément émue par les héroïnes prisonnières dans les films, particulièrement celles kidnappées et attachées. D’où cela vient-il ? Je l’ignore. Mais une fois arrivée à l’adolescence, cela a vite tourné à l’obsession. Non pas que je sois attirée par les femmes même si, avec le temps, j’ai découvert que je n’étais pas contre (...)

vendredi 10 avril 2020
par  Ozone

A sa merci !

C’est la peur au ventre que je me rendis au rendez-vous ! Il faut dire que c’était la première fois pour moi, j’ai la quarantaine bien tassée et je n’ai jamais passé le cap du réel. Je suis un « souminateur » comme on les appelle, adorant naviguer sur le site et fantasmer sur ces dames toutes plus intimidantes les unes que les autres sans jamais oser concrétiser. Dame Léna m’a tout de suite plu sur la (...)

dimanche 19 avril 2020
par  Ozone

A sa merci !

Ma nuit ne fut pas très confortable. Il faisait froid dans ma cage et cette dernière était si étroite que je pouvais à peine me retourner à l’intérieur. Dame Léna vint me chercher tôt le lendemain matin. « Sors de là ! » me lança-t-elle d’un ton sec. Elle accrocha la laisse à mon collier et me tira derrière elle sans ménagement. Je m’exécutai, abruti de fatigue et le corps tout engourdi. Elle me ramena à (...)

dimanche 17 mai 2020
par  Ozone

A sa merci !

Je restai ainsi jusqu’au soir, momifié dans ma combinaison sans pouvoir faire le moindre geste. Dame Houria était insatiable, elle jouissait assise sur mon visage tout en se masturbant le clitoris au vibromasseur, puis elle me forçait à nettoyer sa chatte engluée de cyprine avec ma langue. Elle quittait ensuite la pièce, me laissant enfin en paix puis revenait à peine dix minutes plus tard pour (...)

jeudi 18 juin 2020
par  Ozone

A sa merci !

Je restais trois heures ainsi momifié sur le lit, les intestins et la vessie prêts à exploser à tout instant et je désespérais de voir revenir dame Houria. Je l’entendais bouger en bas mais elle semblait m’avoir oublié. Elle parlait beaucoup au téléphone mais ses mots n’étaient qu’un baragouinement incompréhensible. J’étais terrifié et perdu. Comment avais-je pu me laisser emprisonner de la sorte ? Ce ne (...)

lundi 6 juillet 2020
par  Ozone

A sa merci !

Chapitre 5
Prisonniers de ces deux femmes démoniaques, allongé et enfermé dans ma gangue de cuir, la bouche obstruée par un énorme bâillon boule, je ne pouvais rien faire sauf regarder. Regarder Dame Léna, élégante, raffinée, Dame Houria avec ses sales petits yeux cruels et ses énormes hanches et cette nouvelle venue dont j’ignorais le nom. Petite, boulotte, la taille serrée à l’extrême par un corset (...)