Le petit meublé

samedi 9 juin 2007
par  Bourreau des C
popularité : 1%
1 vote

Son amant, un type de l’agence, arrangea le rendez-vous : elle dirigeait la boîte, on me proposa de visiter un meublé en banlieue. J’avais en poche quelques clichés récupérés des sites où elle était exposée. S’il l’avait préparée comme prévu, l’après-midi promettait d’être amusant.
Je ne l’avais vue qu’en photo : à l’agence, elle était vraiment bandante, pas le genre jeunette, la quarantaine un peu branchée, un peu trop bien fringuée pour une visite, mais elle pensait retrouver son mec plus tard. Je me laissais aller à la détailler, un peu en avance sur le timing, et elle surprit mon regard, se contentant d’y répondre par un sourire très commercial. Quand elle s’assit à mes côtés dans la voiture, sa jupe remonta, laissant deviner le haut de ses dim’up, je devais ressembler au loup de Tex Avery. Au lieu de rabattre le tissu, elle s’enfonça dans le siège en allongeant ses jambes et fit semblant de regarder ailleurs. Une vraie pro qui devait avoir l’habitude d’allumer un peu ses clients pour conclure les affaires. Le trajet fut agréable, nous parlions de la pluie et de beau temps, elle avait un côté charmeuse, mais on sentait bien que tout cela était un peu forcé ; je ne devais pas être son genre, et ça rendait la perspective de la bousculer encore plus excitante. Arrivé en bas de l’immeuble, je la laissais passer devant, ce qui me permit de jeter un coup d’œil d’expert sur un cul bien moulé dans la jupe serrée, sous prétexte du client poli.
La visite fut assez drôle, nous déambulions dans l’appartement, un trois-pièces quelconque. Elle me faisait l’article, insistant sur la qualité de la construction, le calme etc.….. Je me contentais de la suivre en pensant au moment opportun de changer de braquet. Mes regards devenaient plus insistants et commençaient à la mettre mal à l’aise. À la fin de la visite, elle me fit le baratin habituel, selon lequel il fallait que je me décide vite si je ne voulais laisser passer une occasion pareille (c’était aussi mon avis, même si je ne pensais pas exactement à la même chose). Je fis le client hésitant, elle sortit le grand jeu, s’approchant de moi, la veste de son tailleur vaguement dégrafée, genre décolleté plein de promesses ; depuis le début, elle me prenait pour un blaireau qu’il suffisait de chauffer. Je fis semblant d’être convaincu, son regard victorieux m’énerva.
Ce fut le moment que je choisis pour faire tomber la photo que m’avait fournie son amant : coup de chance, elle tomba côté pile, juste à ses pieds. L’impression sur papier avait un peu bavé, mais ça restait une photo porno : assise, jambes très écartées, fente rasée, c’était l’un des clichés de la série numérotée, qu’un paquet de voyeurs, dont moi, avaient pu mater sur l’annuaire du site d’anarchaine. Elle fut désarçonnée, je remarquais que ses mains tremblaient. Elle me regardait hésitante, comprenant à toute vitesse que le meublé n’était pas vraiment ce qui me branchait.
— Avouez que c’est une surprise non ? J’ai carte blanche, mais vous pouvez refuser. Il y a texte derrière.
Sans un mot, elle me regarda d’un air de défi, reboutonna sa veste, elle me dit que la visite était terminée et commença à se diriger vers la sortie.
— Tu lis pas ? Je crois qu’il va être déçu. En fait, votre truc à l’hôtel, c’est du bidon, non ?
Elle parut vexée par mes remarques, sa belle assurance avait disparu et je décidais de porter l’estocade, pas très sûr de la suite.
— Bon assez joué, maintenant tu vas te placer face à moi les mains dans le dos. On n’en a pas pour longtemps : c’est juste pour voir si tu peux refaire la même chose ici. Ton copain va appeler pour contrôler dans un quart d’heure. LIRE LA SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Le petit meublé