4- Les transformations de la pièce 69

Chapitre 4 – La visite de l’étable
mardi 17 janvier 2012
par  kingliart
popularité : 4%
6 votes

La visite de l’étable, mélange d’écurie, de grange et de porcherie, mais de perverse nature, permettait de se rendre compte de l’étendue de la bizarrerie humaine. Il y avait là des filles harnachées pour être cheval de trait ou de course, une petite « truie » se balançait sur ses coudes et ses genoux, le cul rougi par les fessées et les coups, deux « vaches » dont l’une se faisait traire derrière un auvent (ainsi c’était ça, le bruit de machine que 69 entendait tantôt). On rencontrait aussi quelques femmes nues et presque pendues aux poutres, encagoulées et gémissantes, après une séance de fouet ou des cravachages qui avaient profondément marqué la peau. Il y avait aussi cette femme allongée sur un lit (étrange meuble dans cet endroit) dont tous le corps avait été était emballé de bandes collantes. « Cette femme a eu droit à plusieurs séances de « collage » comme les appelle son amant. C’est une forme de bondage très strict. Elle est ici pour essayer de dépasser ses limites : elle reste de plus en plus longtemps enveloppée dans cet étroit fourreau de plastique. Comme vous voyez seule sa bouche et son anus restent ouverts en permanence pour recevoir des outils ou des sexes… c’est selon. Son amant a demandé à la faire sodomiser ainsi : mais elle ne nous dit pas que cela lui fait ! » ajouta Duchateau en riant. « Il vient la déballer régulièrement. Cela lui prends un temps fou après cela il jouit en elle puis la ‘remballe’ dans ses bandelettes de momie en argent. Enfin elle ne restera pas longtemps ici ; je n’apprécie guère ces formes extrêmes de bondage car il faut surveiller en permanence. Enfin, le gardien en profite sûrement… ».

Tout ce petit monde gémissait, couinait, hurlait parfois, mais jamais ne prononçait parole humaine. On entendait la voix d’un gardien de temps à autre… 69 avait la chair de poule !

Son amant s’intéressa particulièrement à une grosse « femelle cavale », comme l’appelait M. Duchateau. Elle portait un intéressant harnachement qui recouvrait l’ensemble du tronc, mais aussi son visage et ses cuisses boudinées dans le laçage de fines lamelles d’un matériau semblable au cuir.

« Cette grosse cavale, dit le maître des lieux, est ici depuis une semaine. Elle ne mange pratiquement rien pour maigrir et n’est nourrie que de vitamines et de fortifiants artificiels. On l’a menacée de rester enfermée dans cette cage de cuir toute l’année si elle ne perdait pas dix kilos durant son séjour. Elle fait énormément d’exercice et comme bonus elle se fait régulièrement enculer par les gardiens. Comme votre 69, elle n’a ni la possibilité de jouir ni le privilège d’atteindre ses parties intimes, car ses bras sont toujours reliés à l’arrière. Presque toujours dans la douloureuse posture de la prière à l’envers, où les paumes sont à la hauteur du cou. ….

« Les premiers jours elle n’y arrivait pas : maintenant c’est nettement mieux. Nous resserrons de plus en plus étroitement ses coudes pour l’obliger à garder cette posture, cette cambrure exagérée… son poids est alors plus visible… cela lui fait honte d’être une grosse vache ignoble ! N’est-ce pas ma grosse ? », dit-il en lui frappant le ventre avec la cravache.

La femme à travers son épais harnachement du visage poussa une série de grognements. Son dos devait être douloureux, en effet, elle grimaçait de temps à autre et sa douleur était visible malgré l’incroyable harnachement sur le visage qui retenait des œillères, un mord exagérément large, des courroies au-dessus du nez, d’autres courroies encore à la hauteur du front et sous le nez… Elle bavait et la salive s’écoulait par les commissures de ses lèvres distendues par la barre horizontale en métal qu’elle serrait dans ses mâchoires en guise de mord. Son nez était entravé par une grosse pince en bois : elle ne pouvait donc respirer que par la bouche ! Ses soufflements prouvaient la difficulté de la respiration à travers le mord et l’épaisse couche de cuir qui recouvrait le devant de la bouche et d’où jaillissait un anneau. L’anneau en question servait d’ancrage à des chaînes lourdes qui reliaient sa tête à des anneaux aux chevilles et l’obligeaient à faire des petits pas, ou alors de grands pas qui obligeaient de baisser sa tête. Son ventre proéminent était boudiné dans un enchevêtrement de lanières qui taillaient la peau profondément. La peau était rouge autour des liens et des lanières, blessée. Elle portait des bottes cuissardes avec un talon épais, seul accessoire « humain » sur son corps. Ses cheveux étaient retenus comme une queue de cheval entrelacée dans un filet de cuir et ressortait du lacis de cuir qui formait presque une cagoule autour de son crâne.

Cette femme souffrait, 69 en avait la certitude. Seule la cruauté de ces hommes pouvait faire subir un tel traitement. M. Duchateau expliqua à son hôte qu’il aimait bien faire courir « la grosse » pour voir ses seins ballotés. En effet, la seule partie du corps qui aurait eu besoin d’un soutien était laissée sans liens ni support. Même en marchant ses « énormes mamelles », comme disait Duchateau, se secouaient comme des outres. Douloureusement !

« Avant de laisser 69 en paix pour cette première nuit, je vous propose de soigner une des pauvres femelles fouettées qui attendent une main charitable, » dit Duchateau en s’adressant à la ronde. Il s’approcha de l’une des femmes pendue par les poignets à la poutre principale de l’étable et la délia. Elle s’écroula sur le tas d’herbe sèche et sa peau luisante fit immédiatement recouverte de la poussière de la paille.

« Tu vas prendre ce chiffon et nettoyer un peu la peau sur les parties qui risquent le plus de la saleté. Allez au travail, en commençant par son trou principal » . En disant cela il déliait aussi les mains de 69. LIRE LA SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de henic
dimanche 30 septembre 2012 à 14h57 - par  henic

De quel blog parle mathieu ?

Logo de matthieu
samedi 29 septembre 2012 à 07h24 - par  matthieu

Hello, je n’ai pas hésité une seule minute à soucrire à ce blog. Je l’estime sympa et bien surprenant. Au plaisir.

mardi 28 août 2012 à 15h53

Je suis accroc à ce site, j’ai visité toutes les pages j’y ai appris beaucoup de choses c’est super continuez à nous faire rêver.

Jouer aux damesjeux de damesjouer gratuitement en ligne aux dame gratuit
Logo de Adam
lundi 25 juin 2012 à 12h04 - par  Adam

J’ai visité chaque page des résultats sur la première page et je n’ai trouvé aucun résultat pertinent, puis j’ai trouvé votre blog. Super !

Logo de Helena
jeudi 21 juin 2012 à 15h57 - par  Helena

Juste pensé que vous pourriez vouloir regarder le mien, merci !

Logo de matthieu
samedi 19 mai 2012 à 01h42 - par  matthieu

Bonjour, merci pour C’est un réel plaisir de vous écrire cette remarque. J’apprécie beaucoup le contenu de votre site. Je vous souhaite une bonne réussite.

parier en france

unibet.fr

Logo de matthieu
lundi 7 mai 2012 à 22h19 - par  matthieu

Très bon article, à la fois riche en informations et parfait. Je vous remercie de rediger toujours Pareil. chaleursement.

paris sportif

betclic.fr

Logo de GERBERT7
dimanche 15 avril 2012 à 18h17 - par  GERBERT7

Blablabla...
elle...cuissardes...comme d’habitude... et encore des cuissardes...on pourrait faire une chanson !!
lui...vêtu de cuir...comme d’habitude...et encore du cuir...................................................chanson !!!
euh...mes nobles féaux...atterrissons...!!!
vous avez une gentille maison sans être un manoir
avec un salon et une bonne grosse table pour l’appéro (imaginons son possible usage à hauteur de bite.. et plus...), une salle à manger avec une table rustique, une cave à vin avec de l’espace et des barres aux murs... même tout simplement un hôtel ** comme ETAP sans faire de pub mais il a un lit en hauteur avec des BARRES (il manque les chaînes)
avec un cordage de marine, un bout,...de l’imagination pratique..
il manque la jeune fille ou la jeune dame..........................................................................

NATUREL (bio ecocert) trouver une candidate c’est le plus difficile, tout le monde fantasme.

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur