14- Plume d’Ange

Chapitre 14
mercredi 10 juin 2009
par  Angélique
popularité : 1%
3 votes

Installée au volant, Carine met le contact et le voyage se poursuit. À la dérobade, elle regarde Niobé. Les cheveux coupés courts accentuent une vulnérabilité que sa Maîtresse compte bien exploiter, pour en faire une esclave parfaite, pour essuyer l’affront de Maîtresse Yvonne. Elle lui montrera que Niobé est autre chose qu’une pute de bas étage. Chaque tour de roue qui les rapproche de la grossiste en vêtements, rapproche Niobé de l’horreur absolue

" – Niobé on va s’arrêter. Dans le coffre, il y a de quoi te restaurer. Tu manges dans le coffre de la voiture. Je laisserai la lumière pour que tu puisses y voir."

" – Merci Maîtresse."

Maîtresse Carine s’arrête sur le parking d’un bistrot. Elle descend et ouvre le coffre. Fait le tour de la voiture et fait descendre Niobé sans ménagement.

" – Descend !"

Niobé descend, suivie de sa Maîtresse, elle se dirige vers le coffre ouvert de la voiture. Il est spacieux et propre, un morceau de tapi plain en couvre le fond. Maîtresse Carine tend un sachet gris à Niobé, qu’elle prend.

" – Entre dans le coffre et bon appétit. Attention à ta tête … tu es bien installée … Attention aux doigts, je ferme."

Maîtresse Carine ferme le coffre et la lumière s’éteint. Plongée dans l’obscurité Niobé mange le morceau de pain que sa Maîtresse lui a donné. Allongée en chien de fusil, elle empaume ses seins qui débordent largement de ses mains. Niobé fini par somnoler en attendant le retour de sa Maîtresse. Qui fini par revenir … elle ouvre le coffre et tend une bouteille d’eau à Niobé.

" – Sors du coffre, tu bois puis tu vas pisser, il y a encore du chemin à faire."

Niobé prend la bouteille tendue, sort du coffre et bois longuement à la régalade. Du regard, elle cherche un endroit discret pour pouvoir pisser.

Maîtresse Carine …

" – Suis-moi."

" - Oui Maîtresse."

Niobé suit sa Maîtresse qui remonte la rigole le long de la chaussée, jusque la grille de récolte des eaux de pluie.

" – Ici ce sera parfait et ne pisse pas sur tes pieds … maladroite"

Exposée aux regards, Niobé s’accroupit et urine sous elle. Inondant l’asphalte en même temps. Un automobiliste salue le spectacle de deux coups de klaxon. Ce qui fait rougir Niobé … Maîtresse Carine y ajoute sa touche personnelle. Accentuant davantage la gêne de Niobé.

" – A peine arrivée et déjà du succès. Dépêche toi, autrement tu va avoir tous les mâles de l’endroits aux fesses … "

" – J’ai fini Maîtresse."

" – Tu restes accroupie … Essuie ta chatte avec la main et lèche-la."

Niobé s’essuie et se lèche la main. A plusieurs reprises elle passe la main sur sa chatte qu’elle lèche ensuite. Satisfaite de l’obéissance de son esclave, Maîtresse Carine met fin à la séance de nettoyage. Les deux voyageuses regagnent ensemble le véhicule.

" – Enlève ta jupe et assied-toi dessus."

" – Mais Maîtresse … "

Niobé n’a pas le temps de finir sa phrase. Malgré l’espace réduit de l’habitacle du véhicule, sa Maîtresse vient de la gifler sèchement.

Maîtresse Carine d’un ton sec …

" – Tu te tais et tu obéis … Tu as 5 secondes pour être à poil. "

Terrorisée par le changement d’attitude de sa Maîtresse, Niobé obéi et tends à sa Maîtresse le tee shirt et la jupe en un temps record.

" – S’il vous plait Maîtresse."

Maîtresse Carine ignore la marque de politesse. Elle prend les vêtements et les poses sur ses genoux. Elle regarde les seins de son esclave … les soupèses des deux mains et apprécie leur volume.

"- Ils sont vraiment jolis. Tu ne dois pas être loin de 100 C. et d’après la chaleur que je sens ils vont encore grossir."

Toujours sonnée, par la gifle qu’elle viens de recevoir, Niobé reste hébétée et ne répons pas …

Maîtresse Carine fait un paquet des vêtements de Niobé qu’elle leste de la bouteille d’eau. Un sourire sur les lèvres, elle regarde Niobé droit dans les yeux … qui les baissent immédiatement. Maîtresse Carine ouvre la portière, sort et dépose les vêtements sur le toit d’une voiture au milieu du parking. Nonchalante, elle revient et s’installe au volant de la voiture.

" – Tu as 5 minutes pour récupérer tes vêtements que tu me rapportes. Et tout cela sans courir."

Mortifiée et forcée d’obéir, Niobé se maudit d’avoir parler … Elle ouvre la porte de la voiture. Hésitante … les jambes hors de la voiture, elle reste partagée quant à la conduite à tenir. Obéir et être exposée aux regards des clients du bistrot ou refuser et … Le souvenir vivace du cachot, du froid et de la boue s’impose à sa mémoire …

Maîtresse Carine …

" – Le temps passe … il te reste 4 minutes."

Niobé s’élance hors de la voiture. Une main sur les seins, l’autre sur son sexe, elle marche le plus vite qu’elle peut pour récupérer ses vêtements. Arrivée à la voiture, elle prend le paquet déposé par sa Maîtresse et regagne la voiture … qu’elle trouve fermée de l’intérieur. Maîtresse Carine baisse un peu la vitre …

" – Ecarte-toi de la voiture jusqu’à ce que je te voie complètement et habille toi."

Oubliant toute pudeur, Niobé s’écarte de plusieurs mètres. Elle enfile le tee shirt et la jupe en vitesse. Sa maîtresse lui ouvre sa portière et lui permet de regagner la voiture.

" – Ont repars … Tu t’installes comme tout à l’heure. Retiens cette position, ce sera comme ça que tu voyageras en voiture. Assise les fesses nues sur le siège, cuisses écartées, mains dans le dos, regard baissé. Ou enfermée dans le coffre."

" – Oui Maîtresse je retiendrai la position."

Maîtresse Carine passe la première en douceur et poursuit le voyage … vite interrompu par les clients qui sont sortis saluer départ de Niobé. Devant la porte du bistrot, ils applaudissement, sifflent d’admiration et lui font de grands signes d’adieu de la main …

Maîtresse Carine arrête la voiture en douceur … elle se tourne vers Niobé rouge de confusion …

" – Regarde-moi dans les yeux Niobé."

Niobé obéi … les yeux de sa Maîtresse pétillent de malice.

" - Que d’hommages pour une esclave … va remercier tes admirateurs."

" - … "

Hésitante, Niobé ne comprend pas ce qu’attends d’elle sa Maîtresse. Maîtresse Carine descend et contourne la voiture, ouvre la portière passagère et tire Niobé par un bras hors du véhicule.

" – Va dire au revoir à ton fan-club. C’est la moindre des choses après le spectacle que tu viens de donner."

Niobé sort de la voiture et se dirige vers le groupe de personnes qui accueille son retour par de nouveaux bravos. Les effusions sont chaleureuses, osées voir coquines pour certain. Niobé oublie sa condition d’esclave et se laisse embrasser, peloter, palper à pleine main, mettre les mains sous la jupe. Virevoltant de l’un à l’autre, elle laisse retentir son rire cristallin. Certaine de n’avoir oublié personne, de dérobade en dérobade, elle parvient à s’extraire du groupe. Elle recule au milieu du parking et fait une profonde révérence à ses admirateurs, dévoilant son cul aux nouveaux arrivants. C’est dans un état de surexcitation que Niobé rejoint sa Maîtresse.

" – Je parie que tu es en chaleur cochonne."

" – Oui Maîtresse."

" – Enlève ta jupe et assieds toi dessus."

Niobé obéi …

" – Branle-toi vicieuse … "

Maîtresse Carine enclenche la première pendant que Niobé commence à se masturber. Une main sous son tee shirt, elle se caresse les seins pendant que l’autre s’active entre ses cuisses qu’elle écarte davantage. Les yeux fermés, elle met le majeur dans la bouche, le suce un moment avant de se l’introduire dans sa grotte d’amour. Le sexe béant d’excitation, sauçant abondement sa jupe sans s’en apercevoir, Niobé retire le doigt de sa chatte dégoulinante et joue avec son clitoris, elle l’étire, le fait durcir davantage. Elle fini par le mettre en érection comme un petit pénis. Les premiers gémissements de satisfaction parviennent aux oreilles de sa Maîtresse … En rase campagne, elle arrête la voiture sur le bas coté de la route.

Maîtresse Carine se tourne vers Niobé …

" – Arrête de te branler et met les mains dans le dos."

Niobé obéit et abandonne son sexe dégoulinant de désir.

Maîtresse Carine ouvre la boite à gants et en sort le godemiché ovoïde.

" – Tu le reconnais ?"

" – Oui Maîtresse … "

" – Ecarte et reste comme ça !… "

Niobé obéi et écarte les cuisses. Pas assez vite pour sa Maîtresse qui lui claque l’intérieur des cuisses. Elle introduit le gode dans le sexe trempé de Niobé. Du doigt, elle le pousse le plus loin possible.

" – Places tes mains entre tes cuisses, les paumes sur le siège et écoute-moi attentivement … Je te donne du plaisir … si tu me donnes du plaisir. Tant que je suis satisfaite de tes caresses j’augmente les vibrations jusqu’à ce que tu jouisses. Insatisfaite de tes caresses, je te fais hurler de douleur. Comme ceci … "

Maîtresse Carine pousse le curseur d’intensité du gode au trois quart de la puissance. Presque immédiatement Niobé plie sous la souffrance ….

" - Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah arrêter Maîtresse, arrêter … j’ai compris."

Maîtresse Carine remet le curseur dans la zone "douceur intime".

Aussitôt Niobé s’approche de sa Maîtresse et l’embrasse timidement sur la bouche. Encouragée par la passivité de celle-ci, Niobé prend le visage dans la paume de ses mains et embrasse tendrement le minois qui s’offre à elle. Pas une parcelle de peau n’est épargnée de tendres baisers. Les yeux, les joues, la commissure des lèvres. Les lèvres closes, puis l’intérieur des lèvres qu’elle parcourt de la pointe de la langue. Déclenchant des frissons de plaisir dans la nuque de sa Maîtresse.

Satisfaite de ce début prometteur, Maîtresse Carine réponds en augmentant doucement les vibrations dans le ventre de Niobé, qui halète de plus en plus fort. Niobé continue l’exploration du visage de sa Maîtresse, elle passe une langue inquisitrice dans l’oreille, mordille le lobe. Elle descend le long du cou, passe et s’attarde un instant dans le creux de la nuque et reprend l’oreille orpheline de caresses.

Même si elle ne laisse rien paraître Maîtresse Carine est aux anges. Pour montrer sa satisfaction, elle augmente à nouveau l’intensité des vibrations.

Palpitante de désir, les mains plaquées sur la poitrine de sa Maîtresse. Niobé la pelote tout en l’embrassant avec fougue. Au travers du tissu du chemisier, elle palpe la fermeté des seins de sa Maîtresse. Enhardie, elle déboutonne le chemisier et libère les seins des bonnets du soutien gorge. Pendant un instant, elle reste en admiration devant les globes offerts, les caresses de la paume de la main, puis du bout du doigt. Elle irrite le téton du bout de l’ongle. Le prend en bouche et le suce goulûment. Elle abandonne le sein pour passer à l’autre, pendant que ses mains se dirigent vers la taille de sa Maîtresse. Celle-ci devine les intensions de son esclave.
Aidée de sa Maîtresse qui se soulève, Niobé lui remonte la robe à mi-cuisse et dirige sa main vers le bas ventre offert. Un instant elle caresse l’intérieur de cuisses puis, elle écarte le string et introduit l’index dans le sexe humide de sa Maîtresse. Une main dans la nuque, elle embrasse sa Maîtresse tout en continuant à la masturber. Maîtresse Carine fond sous les caresses de son esclave et lui rends fougueusement ses baisers.

Proche de l’orgasme elle dirige la tête de son esclave entre ses cuisses …

" – Bois-moi !"

Malgré la position inconfortable, Niobé plonge la tête entre les cuisses ouvertes et lape la cyprine qui s’écoule du sexe gonflé de désir. Maîtresse Carine accueille la pointe de la langue de son esclave avec bonheur et volupté. Un flot de cyprine accueille cette intrusion souhaitée depuis longtemps. L’orgasme surprend Maîtresse Carine par sa soudaineté et sa violence. Elle maintient contre son ventre la tête de Niobé et joui plusieurs fois dans sa bouche.

L’orgasme éteint, Niobé prend sa jupe et essuie les traces de cyprine sur le corps de sa Maîtresse. Elle range les seins dans leur bonnet, referme le chemisier et rabat la robe retroussée jusqu’au ventre. Les yeux baisés, mains dans le dos, Niobé reprend sa position et attend que sa Maîtresse daigne lui donner du plaisir. Du pouce, Maîtresse Carine accentue une dernière fois les vibrations. Presque immédiatement, les yeux mi-clos sous le plaisir, Niobé rabat les mains entre les cuisses, … et part une première fois pour Cythère. Émergeant des profondeurs du plaisir ; le regard vitreux, Niobé joui une seconde fois. Le regard noyé dans celui de sa Maîtresse qui la regarde avec bienveillance.

Remise de ses émotions, le regard fixé au sol …

" – Merci Maîtresse."

Maîtresse Carine attire son esclave vers elle et l’embrasse tendrement sur les lèvres. Reconnaissante du plaisir reçu, elle la récompense d’un moment de tendresse. Tête contre tête, mains réunies, les deux femme oublient un instant leur position respective et se laisse aller à un moment de confidences.

" – C’est comme ça que je t’aime Niobé. Obéissante, douce et gentille. Je voudrai que tu fasses de gros efforts pour m’obéir sans réfléchir. Aime-moi et la vie sera douce pour toi."

" - Je vous aime Maîtresse, peut être pas assez pour vous obéir comme vous le voulez. Donnez-moi un peu de temps et je vous aimerai de toutes les fibres de mon cœur et de mon corps."

Niobé laisse un temps de silence avant de poursuivre …

" - Maîtresse Yvonne nous a insultées toutes les deux … Je voudrai relever l’affront. Aidez-moi à lui prouver que vous êtes une bonne Maîtresse et que je ne suis pas une pute de bar."

" – Ta demande m’évite de t’en parler. Nous allons relever le défi. Je ne te cache pas que ce sera dur pour toi et même très dur par moment … c’est ce que tu veux vraiment."

" – Oui Maîtresse, c’est votre réputation de Maîtresse qui est en jeu."

" – Prépare toi à souffrir Niobé, ton orgueil va au-delà de tes possibilités. Esclave Niobé … tu honores vraiment ton nom de servitude."

" – Merci Maîtresse."

Sur ces paroles Maîtresse Carine met fin au petit moment de détente.

" – Essuie-toi et remet ta jupe. Tu reprends ta position… ont repart."

" – Oui Maîtresse." LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce long chapitre est disponible pour les abonnés de EdF
PRECEDENT ................................................................................... SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur