Rêve de L.

samedi 7 février 2009
par  Stéphane
popularité : 1%

L’air est vif en cette matinée de Février sur la placette de ce petit village perché, typiquement provençal… Il m’avait dit la veille tu admireras le point de vue, en m’attendant… En effet, superbe panorama qui s’ouvre sur la chaîne bleutée des Alpilles et pourtant je ne le goûte guère, toute à mon attente, anxieuse et excitée à la fois…

Ce matin est mon premier rendez-vous avec lui… Lui dont je ne sais rien, ou si peu, juste ses mots écris grâce auxquels il a sût faire passer le message…
Son Message : celui de me plaire et de le désirer… Je sais sa voix aussi… charmante, envoûtante. .. « Stop !! Je suis prévenue : « ne t’attends pas à Casanova -m’a-t-il dit- tu risques d’être déçue si tu marches au physique, tu m’aimeras pour ce que je suis et non pour de que je parais…. »

A deux bancs du mien, un homme assis plutôt âgé et plutôt bien mis aussi, genre vieux beau, qui me regarde fréquemment, je tressaille… Serait ce lui ??? Arrivé avant moi et me faisant croire à un retard ???.... Non, la sonnerie de mon téléphone : c’est Lui qui m’informe de son arrivée imminente… l’autre : non pas de téléphone, il lit son journal, il a dû comprendre que j’attendais mon amoureux….

Car amoureuse je le suis déjà, bien sur … je fonctionne comme ça, mon esprit s’emballe bien avant le corps… à la cinquantaine allègre… allégretto…. Mmmmm !!! Mon corps se donne, se livre ensuite, petit à petit, il est un violoncelle dont un Maestro virtuose saura en tirer de délicieuses mélodies…

Je suis comme pour ma première fois, et pourtant j’en ai connu avant lui, de ces hommes à qui j’avais choisie de me donner totalement, d’être leur chose, certains m’ont comblée jusqu’au ravissement, mais d’autre, beaucoup plus d’ailleurs, n’ont vraiment pas su me … prendre et me comprendre…

Alors quoi !!?? Oui, la gamine de plus de cinquante balais est folle d’excitation !!! Elle est quasi nue sous un épais manteau de fourrure synthétique noire… Il ne le sait pas le vieux monsieur d’à coté, qu’à la demande d’un inconnu, sous cet écran moelleux un fort corset noir comprime mes rondeurs opulentes, enserre taille et hanches jusqu’à l’asphyxie, et s’il ne ménage pas davantage mes seins lourds, il a le mérite de les redresser par en dessous que sorte qu’ils pointent fièrement tels des obus, tétons durcis (de froid ? ou de désir ?) opportunément laissés à découvert par l’astucieuse lingerie…

Ensuite ?? Des bas d’un noir chatoyant, épais au point de s’assortir à la texture du corset retenus par quatre fines bretelles… pas de slip, ni string, of course : déjà toute offerte à ses caresses …

En m’apprêtant comme Il me l’avait demandé, devant ma glace je me suis plu et … je me suis aimé… oh à peine… quelques effleurements… mais s’Il est comme j’aime, Il va s’en apercevoir, et il me punira peut-être….

« Bonjour Laure, ne te retourne pas !! « .. Sa voix… derrière moi, c’est Lui !!!

« Bonj … »

« Chut !!! Lèves toi fermes les yeux et ne les ouvre plus !!!

Le gravier crisse, Il est là prés de moi, il m’enlace et m’attire contre lui… Ou suis-je, je ne suis plus moi… je suis à Lui et n’existe plus que par Lui… Son bras glisse sous le manteau et enlace ma taille fermement, une main longue, douce se pose sur mon épaule et, en un enveloppement caressant, se referme sur ma nuque à la naissance des cheveux… mmm j’en frémi… Je ferme plus fort les yeux pour ne pas risquer de trahir le songe délicieux… Il m’attire ; sa bouche ouvre ma bouche, sa langue m’envahi, s’insinue, glisse et s’enroule, viole ma langue avec fougue et audace, sans retenue… Moi, je n’en ai plus, je m’alanguie dans ses bras, gémissante... Sous le manteau, malmenés, tirés et caressés, pincés ou roulés entre ses doigts experts, mes tétons affolés de plaisir et de souffrance mêlés… Je n’en puis plus, une chaleur sourde née entre mes reins explose dans mon ventre, ce ventre qui s’offre et quémande toujours plus… Serai-je là si je n’étais pas aussi affamée de ces intensités charnelles ??… Il l’a bien deviné Lui que j’aime cette sensation d’inconnu, de périls et d’attentes incertaines… Alors je flotte au milieu du vide telle une funambule, et Il est le bandeau sur mes yeux contre ce vertige qui m’attire, le fil ténue qui guide chacun de mes pas glissées hasardeux, le balancier qui me soutient et me donne confiance… Sa main aux longs doigts, douce et ferme a délaissé mes tétons turgescents de plaisir, pour glisser sur mon ventre affamé d’attente, puis sur mon sexe gémissant … Ces éclairs qui explosent dans ma tête, mon clitoris éclos entre ses doigts tels un bouton de rose, tressaille, vibre et se rend … j’ai poussé un râle étouffé par sa bouche impérieuse et subi le viol énorme de ses doigts… Je suis ouverte, mon intime béant, collée à Lui, l’agrippant même pour en avoir encore et encore… Tous mes sens éperdus succombent, je vacille pantelante entre ses bras qui me soutiennent alors que les flots de ma rivière tiède inondent ses doigts et ruissellent le long de mes cuisses…

« Tu gardes les yeux toujours fermés, sans tricher, sinon tout s’arrête là !! »

Tous deux assis à présent, collés serrés sur un banc de cette place publique, Il me permet de reprendre doucement mes esprits, il m’a fait sucer longuement ses doigts pour les nettoyer de mon joui tout en me caressant tendrement de sa main libre… Cette odeur, ce goût salé-acidulé c’est moi… hum j’aime !! Je m’aime !! Et je l’aime Lui, de m’avoir si bien découverte…

Il a perçu mes frémissements... se lève et me relève.. « Allons à la voiture, comme tu n’y vois toujours pas je te guide !! »

Clac !! Déverrouillage de portières, chuintement d’ouverture … Une voix d’aéroport douce et mélodieuse s’élève pour nous accueillir… Pincement au cœur, mais non !! Simplement l’ordinateur de bord… Ouf !!!

Un bruit mat et étouffé le chuintement d’une vitre électrique : « ..dois partir, … rendez vous,… retard… t’appelle ....’mour !! »

C’est tout ce que j’ai entendu dans le ronronnement du moteur qui s’éloigne à présent.

Il m’a planté là sur mon désir de Lui … inassouvi… pantoise et encore hébétée de ce plaisir récent, qui s’évapore doucement…

Mais quel salaud !!! Mon salaud chéri, je t’aime… Tu sais donc à quel point la frustration et l’attente sont des armes qui me vrillent….

Et si je n’y allais pas à ce rendez vous !!?? Si cette scène que je viens de me jouer là devant le miroir de l’entrée, IL me la jouait Lui pour de bon… Est ce cela que je veux ?? Oh non quel supplice !!!

Mais si ….Oh oui mon amour, mon bel inconnu et Maître qui déjà me possède !!!… Oui, je suis à toi… j’arrive !!!




Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

  • Rêve de L.

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur