Je suis une putain

vendredi 18 mars 2011
par  deshna
popularité : 1%
10 votes

Prologue

C’est une chaude nuit d’été, il est déjà tard, mais le soleil n’est pas encore prêt de se lever. Sur le parking, éclairé a giorno par de puissants projecteurs, une femme et deux hommes se livrent à une séries d’attouchements à même le capot d’une des nombreuses voitures stationnées cette nuit là. Ils se sont rencontrés un peu plus tôt dans la boîte de nuit attenante dont les sons étouffés de la sono tonitruante parviennent encore à eux. La femme était accompagnée de quelques copines. Une soirée entre filles m’avait-elle dit en me demandant la permission. Sauf que la soirée ne s’était pas exactement passée comme annoncée.

Danseuse remarquable, tu n’avais pas tardé à attirer sur toi les regards de nombreux hommes présents. Naturellement, un groupe de 5 biches esseulées dans une boîte de nuit attire une nuée de mâles aussi surement qu’une lumière n’attire les moustiques la nuit. Tu m’avais demandé l’autorisation de boire 2 verres. Sauf qu’entourée de mâles à l’odeur de musc, tu n’avais pas résisté à un troisième et peut-être même un quatrième, tu ne sais plus. La chaleur étouffante de la boîte de nuit, le tourbillon des projecteurs, le son assourdissant de la musique, la moiteur que tu ressens entre tes cuisses à la vue de ces hommes…

Sans vraiment t’en rendre compte, tu t’es laissé touchée, une main sur la fesse, une autre sur un sein, un baiser sur la joue, un autre sur tes lèvres, la moiteur s’est faite désir et lorsque l’un d’entre eux glisse une main sous jupe, tu te laisses faire. Je reviens lances-tu à tes copines en te laissant entraîner vers la sortie par deux hommes. L’air frais de l’extérieur finit de t’achever. L’oxygène, mêlé à l’alcool, fait chavirer tes sens. Tu ne tardes pas à te retrouver à genoux entre deux voitures. Une queue dans ta bouche, l’autre dans ta main, tu alternes les caresses buccales de l’un à l’autre. Raide comme la justice, l’un des deux hommes t’a soulevée. Il te dépose sur le capot d’une voiture et profite de l’éclairage puissant pour admirer ta chatte après avoir soulevé ta jupe. Tu ne protestes pas lorsqu’il t’enlève ton string et qu’il commence à te caresser.

Son comparse est pressé de te baiser, mais lui veut d’abord te voir jouir sous ses doigts. Comme ça, elle sera bien juteuse, cette petite garce. L’esprit embrumé par l’alcool, tu le laisse profiter de toi. Il ne te faut guère de temps avant d’atteindre l’orgasme sous ses doigts. Il te relève les jambes et s’apprête à te baiser, mais curieusement, il abandonne sa tâche. A cet instant, tu entends des cris, des pas précipités sur le gravier. Puis plus rien. Tu es dans une telle torpeur, que tu restes allongée, la jupe relevée, les cuisses écartées, nue à la vue de tous.

Mais qu’est-ce que tu fous, bordel ! Tu reconnais la voix de ta meilleure copine qui te secoue par l’épaule en même temps qu’elle rabat ta jupe sur les cuisses. Elle est accompagnée de deux autres de tes copines et d’un sorteur de la boîte. Tu reprends tes esprits et tu te rends compte que tu as été vue dans cette position par tout le monde. La honte envahit tes joues, mais il est trop tard. Tu n’es pas loin de fondre en larmes, mais tu mords sur ta lèvre pour ne pas céder. Pour ne pas ajouter l’humiliation au déshonneur. De retour dans la boîte de nuit, ta copine te passe un savon. Mais tu l’écoute à peine. Dans ton ventre, une boule d’angoisse grandit. Pas à ‘évocation de ce que tu as risqué, même si tu reconnais que sans l’intervention inopinée de ta copine, les choses auraient sans doute mal tourné.

La soirée se termine de manière abrupte. L’ambiance n’y est plus. Tes copines semblent à la fois déçues et scandalisées de ton attitude. A peine leur verre terminé, tout le monde se quitte. Elles te promettent de se revoir, mais tu sens bien à leur attitude que tu risques fort de ne plus jamais les croiser. De retour dans ta voiture, tu ne cesses de te tancer en pensant à ce qui s’est passé et à ce que tu as risqué. Tu as l’impression qu’une voix s’adresse à toi dans ta tête. Non, mais tu te rends compte de ce que tu as fait ! Et que vont-elles aller dire sur toi ? Tu as eu de la chance que je sois arrivée. Mais c’est sa dernière phrase qui finit par resserrer ton estomac autour de lui-même : Et que va dire à ton Maître ?
Depuis une demi-heure, tu n’entends plus les reproches qui te sont adressés. Une seule pensée t’obsède : Comment annoncer cela à ton Maître ? Tu sais que tu le feras. Tu es honnête et respectueuse. Tu as choisi de lui offrir ta soumission, ce n’est pas pour te défiler. Tu sais que tu seras sévèrement punie et tu acceptes par avance la punition, même si tu ignores de quoi elle sera faite.

L’aveu

A peine rentrée chez toi, tu m’envoies un sms : Maître, j’ai fait une terrible erreur. Je dois vous la confesser. Punissez-moi. Il ne faut pas dix secondes avant que ton gsm ne sonne. Cette fois, tu ne peux retenir tes larmes. Tu décroches, mais tu n’as pas à parler. J’arrive. Je raccroche. Cette fois, ce sont carrément des crampes d’estomac qui remplacent la boule que tu avais depuis tout à l’heure. Malgré l’heure tardive, tu n’as aucune envie de dormir. Tu es quand même contente de plus devoir te déplacer. Tu as l’impression que les effets conjugués de l’alcool et des évènements de la soirée ne se sont pas encore entièrement dissipés.

Lorsque je passe la porte, tu es à genoux au milieu de la pièce, le regard baissé. [LIRE LA SUITE]]->art19]




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de deshna
mercredi 13 juin 2012 à 22h55 - par  deshna

Etonnant ? j’ai lu des trucs bien plus étonnants et même tordus sur RDF que « je suis une putain » Monsieur.

Maintenant, pour la petite histoire que je n’avais pas pris la peine de préciser, ce récit est une fiction, tirée d’un de mes fantasmes. Mais tous les fantasmes ne sont pas réalisables...

Logo de Henic
lundi 11 juin 2012 à 21h50 - par  Henic

C’est surprenant : la soumise est punie, condamnée à se faire prendre par nombre de mâles en rut, devant son Maître qui s’assure que les bornes qu’il fixe ne sont pas franchies. Mais lui ? Il semble considérer comme normal que sa soumise soit prise par un tas de brutes. Il se fait volontairement cocu et l’histoire nous le présente comme fier de cette situation. « Étonnant, non ? » aurait dit Monsieur Cyclopède...

Logo de LADY SAND
mercredi 23 mars 2011 à 23h37 - par  LADY SAND

Bonjour, votre site est fabuleux, un échange de lien est il possible ? Puis écrire un article avec des photos de mon esclave ?
LADY SAND

Site web : Echange de lien