Nathalie sous contrat d’esclavage

lundi 12 octobre 2015
par  FRANKIE
popularité : 1%
5 votes

Ce récit se veut une suite aux deux récits précédents LIAISON et LIAISON PERMANENTE, qui met en scène Nathalie sous la coupe de Catherine " sa petite maman " puis Nathalie qui devient la " soumise " de Catherine.

Pendant cinq années, nous vécûmes tous les sept ensemble, les 5 enfants heureux de partager leurs jeux, et moi partagée entre la soumission continuelle à Catherine, marquée souvent par des fessées (à tel point que résonnait souvent dans ma tête les clac, clac, clac, clac et clac, et encore clac, clac, clac et clac, me rappelant ainsi sans cesse que toute éducation ne peut réussir que s’il y a une punition bienfaisante, même quand la petite-maman a 40 ans et sa petite-fille 37 ans !!!)
Un beau jour, petite-maman décida que mes 2 enfants, Christophe âgé de 12 ans et Bertille de 10 ans, résideraient du lundi au vendredi chez une sœur de Catherine, sous prétexte que ce serait plus pratique pour eux car près de leur nouvelle école, et ma fille Anémone et Eléonore fille de Catherine toutes deux âgées 14 ans seraient internes aussi dans cette nouvelle école qui serait mieux au top que la première ?! (Ce n’est que plusieurs semaines après que je compris le stratagème imaginé) ; et donc ainsi les 2 familles se retrouveraient chaque semaine pour un bon week-end détendu, sans souci de devoirs ou leçons !
Un fois la rentrée faite, nous nous retrouvâmes toutes les trois Catherine, Judith et moi, apparemment un peu désemparées dans cette grande maison ; Judith, 19 ans, était maintenant en fac où elle préparait un master de lettres classiques (elle avait à son programme l’étude des textes érotiques des grands auteurs, étude où elle y prenait du plaisir) ; la fac était proche de notre domicile ; et Catherine prenait plaisir de vanter combien Judith y avait gagné en maturité depuis le collège, qu’elle était à présent une grande jeune fille, qui avait eu la permission de laisser repousser ses poils au pubis, et de les entretenir à sa façon, et bien sûr toujours une comparaison avec moi, qui avait du mal à sortir de son état de petite fille.
Un beau matin, c’était un lundi, avant même que le réveil ne sonne, m’invitant habituellement à me lever de suite, je sentis, couchée toutes les nuits depuis 5 ans sur le tapis à côté du lit de ma maitresse, ma couverture se soulever ; avant même que je réagisse, 2 fortes claques frappèrent mon cul nu, et celle que je pensais toujours comme ma petite maman m’apostropha :
" Soumise Nathalie, lèves-toi immédiatement, et rejoins-nous à poil au séjour, nous avons à te parler ".
Une telle entrée en matière, pourrions-nous dire, à 7 h du matin, ne pouvait que me provoquait du stress et c’est ainsi que toute tremblante, " frigorifiée " non par le temps du jour, mais d’un froid intérieur dû à une appréhension soudaine concernant ce qui allait m’arriver , je rejoignis en hâte le séjour, ne voulant pas irriter ma maitresse, et je me retrouvais devant son fauteuil, elle déjà assise, et Judith assise à ses côtés , toutes les deux en robe de chambre.
Je me projetais à genoux devant elles, sans qu’elles m’aient rien dit, et me mettait les mains immédiatement sur la nuque, cette fois-ci non face à un mur comme quand je recevais en général la fessée, mais face à elles deux qui me fixaient d’un regard fermé.
Et s’ensuivit une algarade de ma maitresse, comme elle avait l’habitude d’y exceller :
" Nathalie, nous avons pris Judith et moi (pourquoi Judith ?) une décision te concernant ,décision qui consiste à changer ton statut vis-à-vis de nous deux ; tu étais une soumise pour moi, une grande sœur pour Judith, et bien cela c’est terminé ; Judith toutes les explications qu’elle désire de son côté ; mais en ce qui me concerne il n’y a plus de " petite maman " ni de maitresse bienveillante ; je ne te supporte plus, parce que je m’aperçois que malgré l’éducation que je te donne comme à une petite fille, et malgré l’affection que je porte comme une maman, et même malgré les punitions nombreuses qui devraient quand même t’amener à évoluer, c’est toujours pareil ; je sais bien que tu as toujours de l’admiration pour moi et même une vénération , mais ton comportement de petite fille ne me plait plus. Donc la solution que j’ai choisie, c’est que je vais désormais te traiter comme une esclave ; toutes les conditions seront inscrites dans un contrat d’esclavage ; bien sûr tu peux refuser, mais dans ce cas, cela veut dire que l’on se sépare et que tu cherches un autre logement pour toi et tes enfants ; je te laisserais la matinée pour réfléchir à la question, et à midi avant le repas, tu me diras si ma proposition ( ?!) te convient.
En quoi consistera ton esclavage : Tout d’abord tu vivras continuellement jour et nuit complètement nue ; ensuite tu porteras une chaine assez grande, symbole de ce que tu es une esclave, et pour sortir un collier avec une laisse.
Le matin lever à 6 h 30 (bien sûr tu dormiras comme avant sur le tapis au pied de mon lit, mais sans couverture). Puis tu iras prendre une douche rapide de façon à être propre dès le matin (attends-toi à une inspection poussée de ma part de la tête aux pieds de temps en temps) ; ensuite tu feras couler un bain pour nous deux dans les 2 salles de bain, puis tu te présenteras à moi avec ton pot pour faire tes besoins sous mon contrôle ; ensuite tu recevras une fessée et 10 coups de cravache pour te rappeler dès le matin ton statut d’esclave ; et après tu te rendras à la cuisine afin de nous préparer un bon petit déjeuner pour 7 h 30. Une fois que tu nous auras apporté tout ce qu’il nous faut pour nous restaurer, tu iras chercher une écuelle à la cuisine (je viens d’en acheter plusieurs), tu y mettras ton café au lait dans lequel tu écraseras 2 tartines de confiture ; puis tu l’apporteras au séjour et la mettras par terre entre ma place et celle de Judith, et tu mangeras ainsi à quatre pattes.
Au moment de notre départ, tu iras nous ouvrir la porte et te prosterneras, à genoux, devant nous. Bien sûr, sans aucune parole, car à compter de ce jour, si tu acceptes cet esclavage, tu n’auras plus le droit à aucune parole, sauf les samedi et dimanche devant les enfants ; désormais à toute question tu répondras par un hochement de tête de haut en bas pour dire oui et un balancement de gauche à droite pour dire non.
Pendant la matinée tu t’occuperas d’une part de l’entretien de la maison, d’autre part du repas pour nous deux ; je m’occuperais désormais des courses ; en ce qui concerne ton repas de midi, tu garderas toutes les épluchures de légumes et de fruits que tu auras faites, et en arrivant je te préparerais moi-même dans une écuelle ton repas, que tu mangeras comme le matin par terre ; tu prépareras aussi une écuelle remplie d’eau.
Désormais, l’après-midi tu viendras travailler avec moi ; en effet comme nous n’étions plus très occupées pendant nos journées, puisque sans enfants hormis Judith (mais c’est une grande fille, elle, qui se gère toute seule !), j’ai décidé de créer un nouveau magasin dans notre ville, et pour cela j’ai acheté un local la semaine dernière. Les ventes nous amèneront, j’en suis sûre un bon chiffre d’affaires, et me permettront de t’embaucher et de te payer un salaire ; je pense qu’il sera le bienvenu car je crois que ton ex ne te verse plus régulièrement de pension alimentaire pour les enfants, et que sous peu tu vas avoir des difficultés à me verser le loyer mensuel ! Tu te demandes sans doute si tu serais capable d’être une bonne vendeuse ? Eh bien oui, parce que le commerce que je vais ouvrir, c’est un sex-shop, et tu y seras non comme vendeuse mais comme conseillère commerciale !! pour cela j’ai fait aménager à l’entrée de ce magasin, une cabine d’essayage, mais assez grande ; et c’est là que tu t’y tiendras toutes les après-midi du lundi au vendredi, et tu accueilleras les clients potentiels qui voudront faire sur toi des essayages de toutes sortes : par exemple laisse et collier, muselière, chaine d’esclave , habit de soubrette, mais aussi divers sex-toys…..etc. ; pour ces derniers les clientes pourront trouver toutes les grosseurs qui leur conviendront en les essayant sur toi ; essayages qui seront faciles parce que je te rappelle que tu seras nue avec uniquement une chaine sur toi. Pour les trajets entre ici et le magasin qui se trouve dans un quartier du centre-ville à environ 4 kms, j’ai acheté une nouvelle voiture, un break où j’ai fait aménager une grille qui sépare les places arrière et le coffre ; et donc pour tous les trajets aller et retour je te ferais monter dans le coffre ; quelques rideaux te cacheront de la rue . C’est vrai qu’avec ton collier et ta laisse tu feras une belle chienne, mais je ne veux pas être arrêtée pour d’attentat à la pudeur.
Le samedi matin tu iras d’abord chercher les 4 enfants chez ma sœur puis tu prépareras le repas pour nous 7 ; et l’après-midi tu resteras à la maison pour t’occuper des 4 enfants et leur trouver des activités variées et adaptées à leur âge ; bien entendu il ne faudra pas que ta façon d’y faire avec eux aille à l’encontre de la bonne éducation qu’ils reçoivent pendant la semaine ; sinon il t’en cuirait par une séance de fessée puis de cravache sur mes genoux, complètement nue, en présence des 5 enfants ; cela te rappellera l’humiliation que tu avais subie lors de la première fessée en leur présence après la mémorable bataille avec l’eau entre vous 6 ; tu t’en souviens ? "
Je ne répondais rien, mais j’en rougis !
" Voilà déjà un beau programme de vie pour nous ; et maintenant je laisse la parole à Judith, ma grande fille " LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce récit est disponible pour les abonnés de RdF



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur