1- Scène et Giton

Chapitre 1
jeudi 13 novembre 2014
par  calingiton
popularité : 2%

Ce texte est le récit d’une relation entre deux être totalement différents, mais faits pour se rencontrer. Philippe de Beaudricourt (Son pseudo est Scène) : un sexagénaire célibataire, riche et influent, et son jeune protégé Axel Ivanoff, âgé de 18 ans (Pseudo Giton).
Il a été écrit à deux mains, en italique Giton, et en lettre romaine pour Scène.
Tout commence un jour de juin 2014, c’est le début de l’été au Cap d’Agde, là où ils se sont rencontrés.

*****

Ce matin je me lève assez tard, j’ai attendu en fait que maman soit parti au travail pour sortir de mon lit. Dehors c’est grand soleil. Je ne déjeune pas et encore une fois, je n’irai pas au lycée aujourd’hui. A 18 ans, je traîne encore en seconde. Je déteste l’école, les profs et encore plus tous les mecs et les filles de mon âge. Alors quand je peux les éviter. Je décide d’aller à la plage, pour parfaire mon bronzage. Je préfère de loin profiter du soleil. Je me dis toujours que j’y ferai peut être une rencontre avec un de ces vieux retraités qui vivent ici au Cap d’Agde. A poil dans le petit deux pièces de notre petite villa de Port Vénus, je découvre dans la petite kitchenette un mot de maman m’invitant à aller faire quelques courses chez Spar pour midi. Je pousse un soupir d’exaspération. Décidément elle ne me laissera jamais tranquille.

Au volant de mon 4x4 garé sur le port d’Ambonne, j’ai une vu sur la villa de ce garçon que j’ai repéré il y a quelques jours sur la plage. Il ne doit pas avoir plus de 18 ans c’est certain, un corps d’éphèbe, blond intense, totalement imberbe, silhouette longue et mince, et déjà bien bronzé comme j’aime. Une beauté fracassante à réveiller les ardeurs du vieux pédéraste de 63 ans que je suis parfois à mes heures. J’ai déjà mené ma petite enquête sur lui : il va au lycée, et vit seul dans cette petite villa duplex à Port Vénus avec sa mère, cette splendide blonde hyper sexy dans son tailleur ajusté que je viens de voir partir au travail. Je décide de patienter, j’ai tout mon temps car je sais qu’il ira à la plage, vu le soleil qui inonde ce matin le Cap d’Agde.

Un peu agacé, je me rends dans la salle de bain à l’étage pour prendre une douche. L’occasion de bien me raser le sexe et l’anus. Je déteste les poils sur moi, et encore moins là. Encore une chance que je sois quasiment imberbe à 18 ans. Après la douche, je retrouve ma petite chambre pour m’habiller d’un micro short en jean et d’un Marcel très échancré taillé dans un vieux tee-shirt élimé. Ma tenue favorite pour traîner au Cap d’Agde et attirer surtout les regards des vieux. Je me contemple dans le miroir, de face, mais aussi de dos. Mon short me rentre dans le cul. C’est du tonnerre. Mes bottes roses trainent par terre et je décide de les enfiler. Elles sont à maman, mais elle me les a laissées. Elle ne les mets quasiment plus. Je n’ai pas encore trop osé sortir avec.. Je ne suis pas encore trop habitué à me jucher sur des talons, même si ces derniers jours je passe mes journées avec à la maison.

Je regarde l’heure à mon montre : 10h00. Qu’est ce qu’il fout. Elle devrait déjà être sortie cette petite pute. Hier je l’ai vu dans ce short incroyable, au ras des fesses, sans rien dessous, c’était évident. Un véritable appel au viol. J’en n’ai pas dormi de la nuit. D’où ma présence ce matin devant son domicile. Ce garçon il me le faut. Heureusement en ce début de mois de juin, la grande foule des touristes n’a pas encore envahi le Cap d’Agde. Personne en tout cas pour remarquer ma présence depuis presque une heure ici dans ma voiture, à épier cette petite villa face à moi. J’hésite à sortir et me rapprocher pour regarder ce qu’il fiche. Finalement je décide, par prudence, de ne pas trop me faire remarquer. Il fait très mineur encore, pas la peine de s’exposer trop avec.

Ce matin, je ne sais pas, mais je me sens terriblement excité. On dirait que je ressens quelques choses en moi. C’est bizarre. L’image du splendide garçon que me renvoie le miroir y est pour beaucoup. C’est certain. Je trouve surtout que ma nouvelle coupe est du tonnerre. D’abord je suis tout blond platine, avec une coupe très courte et asymétrique, nuque rasée avec cette grande frange sur l’avant, de biais sur mes yeux. C’est hyper féminin mais ça me va super bien. En tout cas, c’est ce que maman n’arrête pas de me dire. Je décide d’aller chez Spar fringué comme çà. J’ai trop envie de sentir les regards sur moi. Je prends un peu de fric que maman m’a laissé et je sors, encore un peu gêné sur mes bottes de fille. Mais c’est trop tard, j’y vais comme çà, sans me douter qu’un type m’espionne dans sa voiture.

Cà y est, il est enfin sorti. « Oh putain, la tenue ! ». Là c’est sûr, cette petite salope veut se faire draguer. Ce n’est pas possible autrement, quand je le vois passer derrière moi, en trottinant sur d’incroyable bottes de fille, roses en plus. C’est dingue, et en plus il n’est pas du tout ridicule avec ça, bien au contraire. Comme elles sont un peu larges sur ses mollets, cela lui affine encore un peu plus ses longues jambes fuselées. Je le laisse prendre un peu de distance, et décide de le suivre. LIRE LA SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires