L’institut

Par Mad Doctor (Traduction Henic)
lundi 13 septembre 2021
par  Henic
popularité : 14%

1. Bienvenue à l’Institut

« Maintenant, maintenant mademoiselle Bracket, déclare le Dr Gunther, en commençant à retirer les vêtements du jeune corps de Coleen, vous avez signé la renonciation qui nous permet de mener des expériences sur vous. »
Coleen Bracket avait appris qu’un nouveau produit de maquillage entrait dans la phase de tests humains et qu’il y avait beaucoup d’argent à gagner. Elle était un peu méfiante mais avait grand besoin d’argent pour payer son loyer. Maintenant, dans la salle d’attente d’un immeuble de bureaux délabré du mauvais côté de la ville, Coleen constate que les « expériences » ne sont pas du tout du maquillage.
« Les limites de la douleur et de l’humiliation qu’une femme peut supporter avant de craquer et de devenir folle, déclare le docteur, c’est ce que nous étudions ici. »
Avec un son déchirant, les vêtements de Coleen sont grossièrement arrachés de son corps, et bientôt répandus en lambeaux autour d’elle sur le sol. Elle entend un cri venant d’une autre pièce, suivi d’une voix de femme qui supplie tant et plus.
Quelques secondes plus tard, ne portant plus que des larmes, Coleen est jetée au sol avec le docteur au-dessus d’elle.
Elle atterrit sur le ventre ; son front rebondit douloureusement sur le sol de béton froid. Des liens zippés s’enroulent autour de ses poignets et se resserrent douloureusement.
À travers une brume de douleur et de terreur, Coleen entend maintenant des cris plus féminins. Quatre, peut-être cinq autres femmes sur lesquelles des expériences sont maintenant en cours.
Le Docteur frotte son cul à travers son pantalon. Elle sent son érection palpitante presser entre ses fesses fermes.
« Je vais passer beaucoup de temps avec vous, Mademoiselle Bracket. Votre corps appartient maintenant à l’Institut, et l’Institut m’appartient ! »
Le Docteur la saisit par son mamelon gauche et, la pinçant assez fort pour la faire japper, la fait sortir de la pièce et suivre le couloir. Chaque pièce dont qu’ils dépassent la porte est utilisée. Des pleurs, des supplications, des cris de douleur sont très audibles, pendant que Coleen est amenée dans sa propre chambre. Deux autres femmes, habillées comme des infirmières, en latex blanc, attendent.
« Mesdames, voici notre dernières volontaire, dit-il aux infirmières, rasez-la, écartez-la et préparez-la pour l’électrochoc. Je vais faire chanter cette chatte ! »

2. Rébecca & la formule 917

Rébecca, les chevilles attachées derrière la tête, regarde désespérément Mme Marsha, la vieille infirmière, se préparer à mener ses expériences.
« Ici, à l’Institut, nous nous donnons beaucoup de mal pour trouver les plus belles filles à tester, dit-elle avec désinvolture, et te voici avec ton con coincé en l’air dans une position qui te permet de regarder tout le spectacle. »
Bien que Rébecca sache qu’elle n’est pas en mesure d’échapper à son bondage strict, elle tire quand même dessus quand l’aiguille s’approche de sa chatte.
« Bonne fille, dit Marsha en souriant aux yeux remplis de larmes de Rébecca, j’adore quand elles se débattent ! »
L’infirmière Marsha regarde sa patiente se contracter et se tordre un peu avant de s’approcher. Elle commence à caresser doucement la chatte de Rébecca avec une main qui a des années de pratique. Étant lesbienne, la vieille infirmière sait ce qu’aiment les femmes.
Rébecca regarde les doigts expérimentés qui caressent les lèvres de sa chatte. Ils s’enfoncent doucement à l’intérieur de son trou musqué et serré, puis en ressortent humides et brillants. L’infirmière Marsha se lèche les doigts avec avidité.
« Mmmmm ! J’adore le goût de la jeune chatte fraîche. »
Puis les doigts reviennent. Cette fois, ils dégagent son capuchon et se mettent à masser le clitoris de Rébecca. Rébecca grogne doucement, la vieille infirmière gouine masturbe habilement sa prisonnière. Bientôt, le minuscule bourgeon de chair entre les jambes de Rébecca est épais et plein. Elle pleure de honte et de répulsion qu’une femme la rende si humide, si chaude.
« Vas-y bébé, chuchote l’infirmière, lâche-toi et profite de la balade ! »
Puis, juste au moment où Rébecca commence à jouir, la main tenant l’aiguille hypodermique apparaît. L’infirmière Marsha pousse rapidement la lance pointue profondément dans le clitoris palpitant de Rébecca.
« NNNNNNNGGG ! »
Rébecca hurle derrière son bâillon tandis que l’infirmière, arborant un sourire sadique, regarde son captive impuissante se débattre follement.
Mais ensuite, après que le liquide à l’intérieur de la seringue est injecté dans Rébecca, elle se met à sentir une chaleur anormale qui se propage à travers ses reins galbés. Soudain, elle aspire à ce que les doigts de la vieille infirmière la touchent à nouveau. Elle sait que c’est mal mais elle veut jouir ; elle a besoin de jouir. Elle se met à haleter comme une chienne, ses tétons se dressent, durs et rigides. L’infirmière Marsha se penche au-dessus de la table entre les jambes de Rébecca et regarde dans ses yeux noisette.
« Est-ce que tu veux jouir, Rébecca ? Hoche simplement la tête et je t’y mènerai... »
Sans aucune hésitation, Rébecca, couverte d’une fine lueur de sueur, hoche la tête frénétiquement.
L’infirmière Marsha se penche et aspire la chatte entière de Rébecca dans sa bouche, en léchant sa fente brûlante de bout en bout.
« NNNGGGGAAAAGGHHH ! »
Rébecca hurle en se mettant à gicler fortement dans la bouche de la vieille infirmière. Lorsque son orgasme commence à s’estomper, Rébecca, à sa consternation, se rend compte qu’elle a encore besoin de jouir. L’infirmière Marsha, le visage et la chemise maculés de la cyprine de Rébecca, regarde à nouveau dans ses yeux désespérés. Rébecca acquiesce une fois de plus. L’infirmière Marsha se met à pousser son poing et son avant-bras lentement dans la chatte soulevée qui est attachée à la table.
« OUUUUNGH ! »
Même si ça fait mal d’avoir le poing de l’infirmière qui glisse dans sa chatte, Rébecca ignore la douleur et essaie de se relever pour la rencontrer. Comme auparavant, en quelques secondes, sa chatte explose sauvagement lorsqu’elle jouit à nouveau.
Respirant difficilement, Rébecca tord sauvagement ses hanches en essayant d’amener la vieille infirmière à la lécher, la sucer, la fister : n’importe quoi pour jouir à nouveau ! La petite voix dans la tête de Rébecca, qui lui dit qu’elle est pervertie d’avoir tellement besoin de jouir, est noyée par l’envie brute de l’animal de jouir à nouveau sur le poing de l’infirmière.
Mais l’infirmière Marsha se lève et se détourne de la fille naguère prude qui n’est plus qu’une esclave. Elle parle dans un microphone :
« La formule aphrodisiaque 917 est un succès complet. Le sujet Rébecca Stern connaîtra plusieurs orgasmes en quelques secondes si le vagin est stimulé en continu. »
Puis, souriant cruellement à Rébecca, l’infirmière reprend la parole dans le micro :
« Maintenant, la deuxième moitié de l’expérience commence : le déni de l’orgasme et les effets ultérieurs sur les patients de la formule 917. » LIRE LA SUITE






ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires