Emprisonnement charnel

Ou les réminiscences d’un débauché
dimanche 4 décembre 2011
par  elisabetha
popularité : 1%
3 votes

De mon sombre passé de débauché
J’ai gardé en mémoire de réelles sensations
Comme une harpe vibrante elles me reviennent enfiévrées
Comme si les lointaines orgies avaient des restes féconds

Mon début d’incarnation manque de caresse
Et je dois rechercher l’intime tendresse
Je dois payer la dime de répugnants excès
En cherchant avidement le pourquoi de tel méfait

Je me suis dévoilé à la puberté
Dans l’apprentissage de la masturbation
Combien d’instants je me suis imaginé prisonniers ?
Dans d’érotiques histoires où je jouissais avec délectation

L’emprise sensuelle de jolies femmes aguerries
M’est alors apparus comme un doux paradis
Qui adoucissait mes carences affectives
Dans des attentes plus objectives

Ma jeunesse insouciante ne changea pas la donne
Mes échecs sentimentaux se comptaient à la tonne
Et pour ne pas refoulées l’euphorie de mes envies
J’appréciais, à d’indélicates personnes, me sentir soumis.

Déjà plus jeune dans la baignoire le savon
Instinctivement avait glissé entre mes fesses
Cette zone très érogène me mettait en liesse
Et me promettais des moments de délectation
Il fallait résister à la morale éducative
Tout en pacifiant ses idées instinctives
Et comprendre la réalité de mes tourments
Pour s’apaiser dans de meilleurs firmaments
Atteignant la trentaine je me mis à croire
Qu’une vie bien rangée
Allait résoudre tous mes déboires notoires
Et m’affirmer dans une vraie félicité.
Dans une nouvelle page de vie qui commença
Ou je voulais exister dans un beau diaporama
Mes pulsions furent comprimées avec volonté
Deux années à ne plus penser à me faire dominer
Mais tout le monde doit vivre son Karma
Pour grandir et accomplir sa mission
Ma première histoire d’amour s’écroula
Et fît s’évanouir mes bonnes résolutions.
Dépossédé de ma stabilité
Pour contrecarrer tout le mal être d’être désespéré
Mon corps voulait redevenir le jouet
D’infâmes créatures qui m’imposaient d’être leurs valets
Cette nouvelle abstinence de tendres complicités
M’impose de nouvelles carences sexuelles
Qu’il faut palier avec zèle
En s’imaginant se délecter de lubricité
La rencontre d’une nouvelle compagne infirmière
Me font gouter aux joies d’une bonne chaumière
Mais ces horaires professionnels
Me laisse sous le coup d’une instabilité charnelle
Et mes fantasmes doucettement masos
Restent à fleur de peau
Que j’utilise de façon subtile
Pour que ma libido ait plus de style
Elle aussi la masturbation elle connaît
Pour ressentir les ardeurs de mon pénis gourmet
Elle l’utilise pour que son gourmand minou
Jouisse dans de hurlants rendez-vous
Elle a compris dans notre devoir conjugal,
Par l’intermédiaire de son âme polissonne
Que l’inspection de mon canal anal
Pouvait me travestir façon garçonne
Cependant ma fierté de mâle déchus
M’a conduit à refuser cet abus
Et à l’intérioriser afin de ne plus l’exposer
Pour que mon intimité dévoyée ne soit plus discuté.
Une sensuelle collègue m’a sérieusement aguiché
Et cette infidélité repoussée m’a retourné
Et devant ce cas de conscience destructeur
J’ai choisi d’amplifier mes désirs corrupteurs.
Pour oublier ma belle irresponsable
J’ai choisi de rechercher sur le net
Des histoires torrides mais passables
Ou la gynarchy c’est la fête d’être soubrette
Renseigné sur l’existence du « Royaume des femmes »
Et par la tromperie assassine de madame
Ma destinée s’est de nouveau emballée
A cause d’une sordide histoire d’infidélité
La débâcle de notre union foudroyée
Propulse l’idée de me faire dominer en réalité
Abasourdis par tant de mépris
Je passe à l’acte à Paris
Sultana, c’est son nom de gala
Jeune, belle mais sans éclats
L’excitation n’est pas de la partie
Et j’en ressorts sans frénésie.
Séparé, je me retrouve en repos
Et fais l’analyse de ma libido
Que je dois régulièrement évacué
Pour éviter de nouvelles tentations incontrôlées
Survient l’arrivée de ma muse
Avec sa dévotion à cajoler mon corps blessé
Elle va faire tomber les barrières qui m’usent
En relevant amoureusement mon âme désabusée
La tendresse à satiété
Qui cicatrise sensuellement mon cœur
Jamais je ne l’avais envisagé
Avec la dévotion d’une âme sœur.
L’équilibre est perceptible mais fragile
Mais la dive nature renforce notre idylle
Mes sentiments redeviennent charmants
Sans utiliser les expédients de mes fantasmes récurrents.
Seulement une séparation, un voyage en chine
Et tes mains câlines ont déserté ma poitrine,
Orphelin de ton eau de jouvence,
Je ne contrôle plus mes sens
Je redeviens la proie de toutes les tentations
De retrouver l’émotion d’une consécration
De me retrouvé ligoté par une amazone
Qui me voudrait au pied de son trône.
Ton retour enfin entrevue,
Me donne la force de vouloir partagé
Mes envies prudemment caché
Qui s échappe de mon intérieur en crue
Mon corps rassuré par ta réapparition convivial
Fortifie mon attirance joviale,
Pour les jeux de queues
Ou la soumission n’est un jeu
Pour faire mes aveux
Sur mon passé douteux
Je t’ai écrit une histoire érotique
Ou mes passions étaient ma seule éthique
Mes rêves de domination étaient à chaque couplet
Pour que mon âme se libère du poids du secret
Et que notre union métamorphosée
Se plaise à s’y abandonner.
Ensuite je t’ai laissé remarquée
Que tes caresses sublimes répétées
Sur mon anatomie en furie
Rendait mon corps totalement soumis
L’euphorie charnelle de ces instants osés
T’on fait découvrir l humidité de mon anus
Et profitant de cette faiblesse innée
Tu titilles ma fente pour faire raidir mon phallus
Ressentir ton emprise où la déraison
Se mêle à la satisfaction
D’être une petite chienne à ta botte
Pour maculer tes pieds de salive dévote.
Construire des scénarios inattendus
Où les recommandations de ta voix
Me projetterait dans des situations ambigües
Ou ton plaisir serait roi et ferait loi
Que nos jeux se développent avec espoir
Afin que la marque à l’encre rouge de nos projets
Fasse ressortir mon excitant string noir
Et l’offrande du brillant collier pour être complet
Etre dans ton appartenance
Est dans ma totale convenance
Pour subir de luxuriants déculottages
Et de ces délicieux outrages me sentir otage
Ses complicités sexuelles répétées
Rende mon organisme plus libéré
Et me donne le plaisir inestimable
D’être le compagnon d’une muse admirable.
Hier j’ai péché par l’infidélité
Et les débauches charnelles
Aujourd’hui je tente de me réhabiliter
Par les grandes vérités éternelles
Ainsi je dois construire ma sexualité
Au cœur d’une intimité sans préjugés
Je dois endiguer le flot des passions égoïstes
Au cœur d’une complicité qui résiste
Les jeux de domination me sont utiles
Pour canaliser les relents d’antan
Et orienter mes désirs serviles
Dans un style amoureux épanouissant
L’âme ne peut sauter du coq à l’âne
Elle a besoin de plus d’intermédiaire
Pour qu’elle profite de la précieuse manne
Et triomphe de la matérialité délétère
Mes fantasmes sont le signe de l’hédonisme,
Que pour dépasser il faut de l’héroïsme
En acceptant d où l’on vient,
Pour ne plus se tromper de chemin.
Ma Muse j’ai besoin
De nos jeux coquins
Pour apaiser ma libido des déviations antérieures
Et lui imposé des saveurs postérieures
Mon requiem c’est la fidélité du cœur
Pour chasser les orgies du déshonneur
Par l’attraction de l’amour divin
Rejaillissant sur notre vénérable destin
Les obligations de la loi de causalité
Souvent austère mais toujours justifié
Nous font connaître les solennelles harmonies
Pour s’épurer dans l’amour béni à l’infini.
Je te dédie cette poésie existentielle
Quelque peu délurée mais essentielle
Dans l’interprétation de cette incarnation
Ou les éjaculations ne doivent plus être des infractions
Ou l’emprisonnement charnel
Doit fournir l’opportunité
D’un être anciennement infidèle
A devenir totalement dévoué
A un cadeau miséricordieux du Père
D’une muse à la nature angélique
Qui merveilleusement euphorique
Me conduira dans les hautes sphères
Loin de tous les adultères
Mais avec comme sincère prière
Entendre la douce musique de ton violoncelle
Me rapprocher en mélodie de l’Etre éternel.

elisabetha1860@yahoo.fr




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

lundi 5 décembre 2011 à 21h02

merci de ce compliment effectivement c’est l’histoire de ma vie. Affectueuses pensées elisabetha1880@yahoo.fr

Site web : reponse
lundi 5 décembre 2011 à 19h15

Très belle poésie qui mérite un 4 étoiles. Quelques fautes de conjugaison ou d’accords mais peu importe... nous avons l’impression de lire une histoire vécue.

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur