Julia ,Emma et Charlotte...

mercredi 23 novembre 2016
par  Fannydeparis
popularité : 5%
7 votes

PARTIE 1

Julia se réveille avec peine, sa montre vibre il est 6h15.Elle se lève sans bruit, sans allumer, elle ramasse ses vêtements de sport d’hier soir. Elle ne doit surtout pas déranger la jolie brune Emma qui dort paisiblement au milieu du grand lit. Elle suit les consignes données par son amie et amante qui est devenue sa maitresse en quelques jours seulement. Celle-ci a décidé que Julia doit faire du sport et perdre des kilos superflus, elle doit donc courir deux fois par jour, une fois tôt le matin pendant 30 minutes minimum avant de préparer le petit déjeuner puis le soir après le diner.
Elle quitte la chambre sans un bruit, enfilant la tenue de sport imposée par son amie dans la petite cuisine au bout du couloir. Cela fait trois jours qu’elle porte cette brassière et ce short ridicule sans rien dessous comme l’exige son amie, les vêtements sentent la sueur et d’autres odeurs féminines, moins avouables mais elle n’a pas le choix, le dressing est fermé à clé comme la salle de bains ou les WC, même le réfrigérateur porte une serrure a code…La jolie brune de trente ans a pensé à tout pour mener la vie dure et humilier la pauvre petite blonde en permanence.
L’élastique du short rose a été intentionnellement détendu alors que les fronces de sa brassière ont été renforcées juste sous la poitrine ce qui met en valeur son buste. A chaque foulée ses seins tressautent douloureusement ce qui est un régal pour les éventuels voyeurs. Julia glisse une petite cale dans la serrure de la porte et la tire très doucement sans aucun bruit. Elle descend l’escalier de bois pieds nus puis chausse ses tennis jaune fluo munies de petites clochettes dorées, encore une idée de sa maitresse. Tous les jours elle invente de nouvelles choses, de nouvelles règles, bien sur elle doit obéir, ne rien oublier sinon c’est la punition assurée. La dernière fois cela c’était soldé par une fessée de presque une heure qui l’avait fait souffrir toute la nuit, ses fesses étaient restées rouges et sensible pendant tout le weekend.
Emma aime la punir, elle saisit chaque occasion avec un esprit inventif toujours étonnant, Julia découvre chaque jour de nouvelles facettes de sa compagne, elle apprend à lui obéir et à accepter ses désirs troubles. Elle se surprend à y trouver du plaisir ….La jeune sportive blonde de 25 ans est prête pour aller courir, elle cale la porte d’entrée de l’immeuble pour qu’elle ne se referme pas complètement, elle n’a pas pris ses clefs car Emma a ajouté à son trousseau un énorme porte clef de métal massif en forme de lingot d’or.
Elle part en petites foulées en direction de la rivière, il fait à peine jour, dès les premières enjambées elle cramponne son short rose pailleté qui essaye de s’échapper vers le sol en permanence. Heureusement il y a peu de monde sur les rives à cette heure matinale, quelques clochards sifflent sur son passage, réveillés par le bruit des clochettes. Des commentaires et des propositions humiliantes fusent de ces hommes qu’elle distingue à peine vautrés sur les bancs ou dormant sous des buissons. Elle croise trois joggers qui la dévisagent en souriant, ses vêtements sont collés par la sueur, elle ruisselle.
Elle court depuis plus de 20 minutes, il fait jour maintenant, elle traverse le petit pont en marchant puis repart sur l’autre rive, dans le sens du retour direction la boulangerie. Julia croise beaucoup plus de monde maintenant, dont deux cyclistes qui lui bloquent le passage. Deux jeunes la font ralentir puis stopper, ils l’entourent avec leurs vélos. Très vite des mains tirent sur le short rose que la pauvre blonde cramponne de toutes ses forces, l’un des adolescents relève le bas de sa brassière dévoilant la tendre poitrine gonflée.
Julia lâche son short pour protéger ses seins totalement dévoilés, aussitôt ce sont ses fesses et son pubis qui se retrouvent nus. L’un des hommes sort un couteau et la menace pendant que le second pose son pied sur le short glissé entre ses chevilles…
« Bouge pas salope ! Laisse toi faire ! » La voix est menaçante, des doigts avides fouillent son corps dénudé, elle reste immobile complètement tétanisée par la peur et la surprise. Les hommes jouent avec ses seins, ils malaxent rudement ses mamelons et affolent ses tétons .Les doigts masculins se glissent entre ses cuisses, entre ses fesses, ils pénètrent ses deux orifices en même temps puis coulissent alternativement lui arrachant des gémissements.
Un groupe de cinq joggeuses passe à ce moment et vole au secours de la petite blonde, les deux ados prennent peur, ils détalent rapidement avec leurs vélos en criant : « On te retrouvera petite pute ! » Julia se rhabille en tremblant, elle remercie les femmes de leur aide et reprend sa course.
Sa montre indique 7h00, Emma se réveille dans une demi-heure cela lui laisse le temps de rentrer en petites foulées, de passer à la boulangerie prendre la commande de sa maitresse puis de préparer le petit déjeuner au lit de madame.
De nouveau la sueur ruisselle et poisse sa légère tenue quand elle parvient à la porte de verre de la boulangerie, la boutique est vide. Elle entre affichant son plus joli sourire à la jeune vendeuse rousse.
« Je viens chercher la commande de Madame Emma… » La petite a un geste de recul, elle va chercher la patronne, pendant ce temps deux clientes arrivent. Julia se rend compte à ce moment de sa terrible odeur de transpiration rance en voyant les grimaces des deux femmes…
« C’est vous la petite protégée de madame Emma ? demande une grosse dame, sa commande est prête une baguette bien cuite, chaude et craquante, un croissant et un demi pain de la veille pour votre régime, c’est payé d’avance ! Merci de laisser la porte ouverte en partant mademoiselle ! »
..La pauvre blonde rouge de honte s’exécute, elle quitte la boutique les yeux baissés, une nouvelle difficulté s’impose à elle, comment tenir son short qui glisse sans arrêt et porter les deux pains et la viennoiserie, la boulangère ne lui a pas donné de sac et elle n’ose vraiment pas y retourner. Elle finit par glisser la baguette et le demi pain dans son short, le croissant se retrouve dans sa brassière, elle reprend sa course ainsi, encore une quinzaine de minutes et la voilà devant la porte de l’immeuble. Elle pousse la lourde porte avec ses fesses, ça s’ouvre sans problème .Au pied de l’escalier elle se déchausse prestement, l’ascenseur est appelé, elle préfère prendre les marches plutôt que se retrouver dans un espace exigu avec son horrible odeur de sportive négligée.
Elle monte sans bruit se faisant la plus discrète possible, au second étage elle croise le vieil ascenseur poussif, à l’intérieur un jeune homme avec une casquette. Elle parvient enfin à la porte de l’appartement qu’elle pousse du postérieur, ça résiste un peu mais ça s’ouvre. Elle pose ses tennis et retire rapidement sa tenue de sport à l’odeur épouvantable.
Nue, elle dépose son linge sale dans l’évier de la cuisine, seule pièce disponible pour elle, elle fait une rapide lessive avec le produit a vaisselle, tout en préparant le petit déjeuner de son amie, il est bientôt l’heure, elle vérifie le plateau, tout y est !
Elle s’approche sans bruit de la porte de la chambre, elle tend l’oreille Emma bouge.
« Tu peux venir ma belle, je suis réveillée et j’ai très faim ce matin, viens vite ! » Emma semble de bonne humeur, mais elle grimace quand Julia dépose le plateau sur le lit… « Que tu sens mauvais ma puce, tu as du beaucoup transpirer, tu pues ! Va prendre une douche de suite, je t’ouvre la salle de bains…sois gentille de n’utiliser que de l’eau froide ce sera meilleur pour ta ligne et je souhaite prendre un bon bain bien chaud après avoir mangé. »
Elle appuie sur son smartphone et déclenche la serrure à distance. Julia honteuse file vers la douche à l’italienne. Elle teste la fraicheur de l’eau avec la main avant de se décider puis résignée se glisse sous le jet, elle frissonne en se mouillant et se savonne énergiquement. Elle profite de ce rare moment d’intimité pour uriner discrètement évitant ainsi l’humiliante séance accroupie au-dessus du grand bac à litière réservé pour ses besoins dans les wc d’à côté, sous le regard d’Emma…Une fois propre et parfumée, elle se rend grelottante dans la chambre.
« Tu trembles ma chérie viens te mettre près de moi dans le lit, hum tu sens bon maintenant ! »
Julia se glisse sous la couette, elle se colle contre son amante, elle ronronne de plaisir, le lit est délicieusement tiède, l’odeur corporelle d’Emma est envoutante. Elles se caressent tendrement puis s’enlacent fiévreusement avant de se dévorer mutuellement. Elles jouissent sans pudeur, se donnant totalement l’une à l’autre.
Après plusieurs orgasmes intenses, le moment de grande félicité s’efface Emma veut prendre son bain chaud aux huiles essentielles….Julia se lève prestement pour préparer la salle de bain, que tout soit parfait pour sa maitresse exigeante. L’eau doit être à la température idéale, sous peine de colère et de représailles .Elle a installé les produits de beauté, bien alignés sur la tablette ou repose toujours une courte cravache noire, bien visible qui hypnotise et terrorise Julia.
Elle a déjà eu à l’a subir à trois reprises, à chaque fois des punitions bien cruelles pour de petites fautes ou de petites erreurs. Pendant le bain de madame Julia doit rester nue, à genoux près la baignoire, pour la savonner ou la masser…
Elle échappe à la cravache cette fois grâce à sa rapidité de réaction et a sa parfaite application dans les massages exigés, Emma a apprécié sa totale docilité…
Julia sèche avec soin sa maitresse, puis file en cuisine, vêtue d’un mini tablier de dentelle blanche auquel est fixé deux petites clochettes métalliques de pécheur a pince, comme celles mises au bout du scion pour signalées les touches ! Là l’utilité est double…Un bruit agaçant à chaque mouvement, ce qui permet à Emma de l’espionner à distance et de la punir si elle ne s’active pas assez à son gout, en plaçant les pinces mordantes sur les tendres pointes de seins de sa petite amie soumise…
Cela est déjà arrivé plusieurs fois dont une ou Julia a dû les endurer pendant tout le repas, depuis elle bouge sans arrêt…Dans la petite poche de son mini tablier de soubrette, une douzaine de pinces à linges de bois et de métal que sa maitresse utilise à sa guise pour la torturée un peu plus…Elle ajoute souvent un leurre de plastique anal ou vaginal ou alors des boules de geisha selon son humeur.
La pauvre jeune femme n’est pas habituée à être ainsi malmenée, mais elle en est troublée, l’autorité naturelle de sa maitresse lui plait, bien plus qu’elle n’ose se l’avouer. Ces ordres, ces brimades, ces humiliations grandissantes déclenchent en elle, au plus profond, des sentiments compliqués, flous, contradictoires. Son envie de liberté et se plaisir d’être dirigée en permanence…Elle ne comprend pas pourquoi elle accepte tout cela.
Est-ce de l’amour ? Elle n’a jamais connu cela auparavant que ce soit avec des hommes ou avec les rares femmes à qui elle s’est offerte…Cette fois tout est diffèrent, Emma ordonne ou désire et aussitôt elle obéit sans réfléchir, tout est si graduel, si logique, si normal …et si agréable à vivre, à exécuter, elle aime ça même si une partie de son cerveau refuse encore.
Les clochettes tintent sans arrêt, madame doit être satisfaite ! Elle prépare avec soin le repas, met la table et attend debout près de la chaise de Emma. Celle-ci daigne se mettre à table après avoir passé une adorable tenue très moulante, légèrement transparente la mettant parfaitement en valeur.
« Nous allons avoir de la visite cet après-midi, chère Julia, ne me fais pas honte, sois très obéissante ! LIRE LA SUITE

Histoire fictive, personnages imaginaires, tout cela n’est que fantasmes, heureusement ! Merci pour vos commentaires et avis,lectrices et lecteurs.....Fannydeparis

L’intégralité des 3 parties de ce récit est disponible pour les abonnés de RdF au format pdf et epub



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Fannydeparis
lundi 19 décembre 2016 à 09h35 - par  Fannydeparis

Merci de votre commentaire ,cette histoire est fictive ,ce n’est qu’un fantasme et je n’ai aucune connaissance en D/s ne le pratiquant pas du tout ,je ne connais pas les règles ni les us et coutumes. J’écris les choses qui me passent en tête ,sans me prendre la tête ....Finissez le récit c’est deja bien et merci de me donner votre opinion et de m’éclairer sur ce qui vous plait ou déplaît ... Fanny

Logo de Da45
jeudi 8 décembre 2016 à 21h46 - par  Da45

Dommage... Dommage qu’une belle histoire D/s ne devienne qu’une vulgaire histoire de prostitution dans laquelle la (ou les) soumise (s) ne sont traitées que comme des machine à ramener du fric à leurs proxo !!! Même si ces derniers semblent se prendre pour des "maîtres" ou des "maîtresses". Je vais lire la fin de cette triste histoire afin de voir jusqu’ou l’abjection peut conduire, mais bon, je ne me fais que peut d’illusion...

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur