Pierre René


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 5 août 2014
par  Pierre René

Martine se découvre maso

Ma femme, Martine, a toujours été assez exhibitionniste. Nous pratiquons en effet le naturisme depuis des années à CAP D’AGDE et je m’étais rendu compte qu’elle ne faisait pas dans la discrétion durant ses séances de bronzage sur la plage, exposant sans réserve toutes les parties de son corps, sans se préoccuper de la présence de nombreux vacanciers certes aussi nus que nous mais plus discrets dans (...)

mercredi 22 avril 2015
par  Pierre René

MARTINE SE REVELE MASO - Chapitre 2

Tout en tenant cette pose Martine me fixait intensément, comme pour me dire ou me rappeler quelque chose..
Très rapidement, je me suis souvenu d’une conversation que nous avions eue quelques semaines auparavant durant laquelle Martine m’avoua son grand fantasme qui consistait à se faire prendre par plusieurs hommes en ma présence active. Cet aveu m’ayant surpris, Je n’avais pas donné de réponse (...)

mardi 7 juillet 2015
par  Pierre René

Martine et le sulky

Comme je l’avais annoncé à l’issue de mon deuxième récit, une nouvelle soirée avait été prévue. Cette soirée a eu lieu le 10 février et je vais maintenant vous la raconter le plus en détail possible. Lors de notre première soirée nous avions convenu que c’était Jean qui devait organiser cette seconde soirée et nous proposer un scénario. Comme Martine avait regretté la présence de préservatifs nous avions (...)

mardi 10 mai 2016
par  Pierre René

MARTINE et le sulky

L’opération fut très simple : il a suffi de faire passer les deux branches de chaque coté de la pouliche et de fixer chacune d’elles par une sangle et un mousqueton à l’anneau situé sur la ceinture, de chaque coté du torse. C’est là que je compris pourquoi les branches étaient incurvées : attachées par leur extrémité à la ceinture au niveau de la taille, leur forme courbe permettait ensuite de contourner (...)

Commentaires récents

14 octobre

Henic traduit MERVEILLEUSEMENT un excellent texte. L’auteur sait parfaitement doser, relater, ménager le suspense. Le traducteur réussit à rendre d’une façon SUBLIME la pensée de l’auteur, rendre très (...)

13 octobre

Elle accepte sa soumission et se prend au jeu. Il souffre mais prend beaucoup de plaisir. C’est presque un cliché !
Mais c’est en tout cas bien raconté et cela met en émoi - douloureux - le lecteur (...)

12 octobre

Voilà une histoire fort bien racontée. Elle me fait penser au film « The pet » (2006), ainsi qu’à l’histoire « Olenka » d’Alex Cordal, en ligne sur ce site de rdf. Il y a bien sûr de très grandes (...)

5 octobre

Voilà en effet une visite médicale très orientée ! Elle s’exerce sur une femme d’un naturel très soumis, ce qui facilite bien sûr l’exécution de la manœuvre.
Il est toujours étonnant de voir un mari livrer (...)

28 septembre

Parler d’éveil est déjà être dans le pléonasme, ou mettre la barre très haut, au choix. La séance vécue par la soumise n’est pas de celles que l’on vit au tout début d’une relation D/s : la durée, mais (...)

27 septembre

Après la lecture de ces quinze pages, on se demande si les hors d’oeuvres subis par la femme n’étaient déjà pas une punition. Apparemment pas vu l’annonce finale d’un geôlier. La traduction est (...)

26 septembre

C’est une approche pour le moins originale du mariage : le mari candauliste assumé et volontaire n’est pas si fréquent.
Voilà une histoire bien troussée, c’est le moins que l’on puisse dire (...)

24 septembre

Que voilà une histoire bien troussée !
Le piège était presque gros, mais entre gens de bonne compagnie, on finit par se comprendre et même, dans le cas présent, fort bien !
Le style est riche sans être (...)

20 septembre

ENFIN ! Laure et M se rencontrent. A la page 104 mon impatience est enfin récompensée. Un peu d’action ne nuit pas. De plus une fessée couronne cette entrée en matière. Christine sait parfaitement (...) Il est TRES étonnant que Luc n’impose pas le port d’un préservatif à Fabien pour la scène finale. A moins d’être certain que Lola prenne la pilule, et encore avec les maladies qui traînent... Il est (...)