La soumission de Stéphanie

3° partie
mercredi 2 décembre 2020
par  Henic
popularité : 1%
3 votes

8 – Orgasme

Lorsque Jim ouvre la porte de la chambre, Stéphanie voudrait crier « Alléluia ! »
« Dieu merci, il est là. Je ne suis pas sûre de pouvoir tenir longtemps. Il m’a laissé mijoter dans mon jus pendant bien trop longtemps - mais je suppose que c’est exactement ce qu’il voulait. Mais maintenant, enfin, le moment est venu. »
Elle sait qu’elle a l’air défait Ses longs cheveux sont emmêlés, son corps est couvert de sueur, les draps en désordre exposent son entrejambe trempée béante et elle est allongée là, haletante d’excitation. Toutes ses pensées depuis qu’elle s’est réveillée ne l’ont conduite que dans son état désespéré actuel.
« Eh bien, eh bien, qu’avons-nous là ? On dirait une petite salope en chaleur ! »
Jim reste un moment à côté du lit, il se repaît du spectacle.
Stéphanie, malgré son excitation, rougit en réalisant à quel point elle doit avoir l’air obscène. Il y a une semaine, elle n’aurait jamais pensé que quelques jours sans orgasme pouvaient l’amener à cet état.
Jim tire complètement les draps du lit, la laissant complètement nue devant lui. Stéphanie regarde ses yeux affamés s’abreuver de son corps luisant. Il dit en riant :
« Je devrais te permettre de coucher ici plus souvent si c’est ça qui va m’accueillir le matin. »
Il s’assoit sur le bord du lit et tend doucement la main pour caresser son flanc lisse. Stéphanie pense :
« Oh oui, oui, c’est ça ! Bien sûr, il va le faire pendant que je suis encore attaché, le salaud pervers. »
Le seul son qu’elle produit avec sa bouche est de laisser échapper un long soupir de contentement et de satisfaction.
Il prend son temps pour caresser sa peau, il évite ses zones érogènes et apprécie visiblement de posséder son corps charmant. Elle se tortille sous ses doigts dansants, voulant qu’ils deviennent plus audacieux, tout en appréciant les agaceries. Trop d’amoureux plongent directement, mais Jim sait comment la contrôler. Ses doigts s’attardent sur son ventre tendu avant de s’enfoncer pour jouer avec ses poils pubiens. Stéphanie se cambre hors du lit alors qu’il s’approche de sa chatte, prête et impatiente de le toucher, sachant qu’elle ne pourra pas tenir longtemps une fois qu’il aura commencé à la masturber. Ses doigts ne vont pas plus loin et retournent à la sécurité de son nombril, ce qui pousse Stéphanie à laisser échapper un gémissement de frustration.
Sa respiration commence à haleter maintenant et son cœur bat la chamade. Stéphanie est maintenant de plus en plus désespérée.
« S’il vous plaît. Touchez. Moi. Faites. Moi. Jouir. »
Elle ne peut pas former une phrase et à la place, elle grogne simplement des mots.
Jim répond en glissant ses mains sur ses seins et en les serrant doucement.
« N’oublie pas que tu ne dois pas jouir tant que je ne te le dis pas, sinon tout ton travail acharné n’aura servi à rien… »
Les yeux de Stéphanie roulent dans leurs orbites et elle se cambre au-dessus du lit, poussant ses seins dans ses paumes. Il sait ce qu’elle veut et prend ses deux tétons entre ses doigts et ses pouces ; Stéphanie laisse échapper un gémissement de plaisir animal. Alors qu’il fait pression sur ses tétons, elle se surprend à vouloir qu’il serre plus fort, pour rendre les sensations plus intenses.
« Ouiiii, siffle-t-elle entre les dents serrées, en guise d’encouragement. »
Puis elle se demande :
"D’où cela vient-il ? »
Jim satisfait son souhait. Il penche la tête contre sa poitrine et aspire son mamelon gauche dans sa bouche. Alors qu’il tète fort son bouton, elle applique plus de pression sur le droit. Stéphanie continue à cambrer son corps, elle se sent frissonner alors que les sensations dans ses seins se répandent dans tout son corps. Maintenant, Jim a pris son mamelon entre ses dents et passe sa langue sur la pointe enflée.
Stéphanie grogne cependant lorsqu’il s’écarte d’elle, étirant sa poitrine avec son mamelon capturé. Puis il le relâche et sa chair rebondit sur sa poitrine ; elle s’effondre sur le lit.
Jim se déplace sur son corps, maintenant à genoux entre ses jambes écartées, et se met à lécher autour de son autre téton. Elle se surprend à monter vers son point culminant alors qu’il s’occupe de faire plaisir à sa chair sensible, mais Jim ne va pas la laisser partir aussi facilement et il passe d’agacer son téton à simplement embrasser le haut de sa poitrine et son cou.
Lorsque sa langue entre dans sa bouche, Stéphanie répond avec enthousiasme avec sa propre langue, et lui rend son baiser avec passion.
Finalement, ils se séparent pour respirer, et Jim redescend pour embrasser son corps. Elle sait ce qu’elle voudrait maintenant et espère qu’il va lui rendre ce service. Alors qu’il descend pour embrasser et lécher son nombril, elle est sûre qu’il se dirige effectivement vers le bas.
Jim se déplace plus bas. Il glisse ses bras sous et autour de ses cuisses pour saisir ses hanches. Stéphanie baisse les yeux entre ses seins et voit qu’il est maintenant en position privilégiée, sa bouche à seulement quelques centimètres de son vagin. Elle le veut et jette sa tête en arrière avec plaisir alors qu’il commence à souffler doucement sur son clitoris exposé.
Sa langue sort et il se met à lécher ses lèvres lisses. Il refuse fermement de s’adresser à son clitoris palpitant, ne travaillant que d’avant en arrière sur ses lèvres et caressant doucement son ouverture avec le bout de sa langue. Elle pousse ses hanches en avant et les remue frénétiquement d’avant en arrière, essayant d’obtenir des frottements sur son clitoris, mais c’est peine perdue - il ne la laisse pas jouir.
Puis il s’arrête et attend qu’elle ouvre les yeux et le regarde.
« Maintenant, tiens bon, tu n’as pas la permission de jouir. Je sais que tu es très proche, plus proche peut-être que vous ne l’as été de toute la semaine. N’oublie pas que si tu jouis sans ma permission, tu auras échoué à accomplir ta tâche. Tu es ici pour apprendre le contrôle. »
Stéphanie ne peut pas croire qu’il lui donne une leçon à ce moment précis, elle veut juste qu’il lui lèche le clitoris et la fasse jouir. Un gémissement désespéré et plaintif résonne dans sa gorge.
« Maintenant, promets-moi que tu ne jouiras pas tant que je ne te le dis pas. »
Il souffle une fois de plus sur sa chatte dégoulinante pour obtenir une réponse, mais Stéphanie ne peut rien dire. Il insiste :
« Allez, dis-le moi. »
- Ou-ouiiiiiii, je le promets ! »
Stéphanie finit par haleter sa réponse, sachant qu’il ne continuera pas tant qu’elle ne l’aura pas dite.
Sur cette promesse, sa tête plonge une fois de plus entre ses cuisses et il commence à la manger sérieusement. En quelques instants, elle est de retour sur son petit nuage et plus que prête à libérer son long orgasme refoulé. Jim commence alors un long coup de langue, commençant juste en dessous de son vagin et continuant entre ses lèvres et finalement, merveilleusement, étonnamment, finissant directement sur son clitoris. Le corps de Stéphanie est en transe, mais elle tient bon, tient bon, tient bon ! Chaque muscle de son corps ravagé par le plaisir la tient fermement alors qu’elle attend qu’il dise les mots qu’elle a besoin d’entendre.
Elle se concentre, retenant les eaux de la crue, et attend, retenant sa respiration.
« C’est ça, ne lâche pas ! »
Jim glisse en arrière jusqu’à être à genoux sur le lit entre ses jambes.
Stéphanie, maintenant sans stimulation sur sa chatte, sent son orgasme commencer à s’éloigner.
« Bonne fille, ne lâche pas prise, je suis si fier de toi ! »
Pendant quelques instants de plus, elle tient bon et croit toujours qu’il va lui donner la permission dont elle a tant besoin et qui lui permettra donc de relâcher toute la pression refoulée. Elle sait qu’elle contient l’orgasme le plus grand et le plus fort de sa vie. Cependant, quand quelques secondes de plus s’écoulent, et d’autres ensuite, elle sait que sa permission ne viendra pas. Elle ne peut plus se contenir, et au lieu de l’orgasme auquel elle s’attendait, elle se retrouve à fondre en flots de larmes. Les montagnes russes émotionnelles de sa matinée déraillent.
« Comment avez-vous pu, comment osez-vous me faire ça ! Vous avez promis que je pourrais jouir, sanglote-t-elle à travers ses larmes. »
Pourtant, quand il la relâche et la prend dans ses bras, elle s’accroche à lui. Jim la calme, roucoule avec elle et elle laisse échapper toute sa frustration à travers ses larmes.
À la fin, elle est épuisée émotionnellement et a l’impression de n’avoir plus aucune force.
« Tu es merveilleuse, lui dit Jim en la tenant fermement. Tu auras ton orgasme aujourd’hui, mais pas maintenant. J’ai promis que tu jouirais samedi, mais je n’ai pas dit samedi matin. Ce matin était ton dernier test de contrôle. Tu as prouvé que tu peux te contrôler, que tu es une petite salope obéissante, je suis très fier de toi. »
Il la soutient. Elle se sent tellement épuisée émotionnellement qu’elle ne sait pas quoi faire. Finalement, il l’aide à se lever du lit et l’emmène dans la salle de bain. Il fait couler un bain puis la baigne, en prenant soin d’elle. Il lui parle constamment, lui disant qu’elle était « si bonne », « une belle salope soumise », « sa merveilleuse fille » et d’autres phrases similaires. Il lui dit qu’elle a tellement bien réussi.
Stéphanie est dans un état second, ses émotions sont bouleversées. Elle a l’impression de retenir quelque chose, de retenir quelque chose derrière un barrage qui a maintenant éclaté. Elle voudrait haïr Jim pour ce qu’il lui a fait, mais constate qu’elle ne peut pas.
« Il prend soin de moi, il me connaît mieux que je ne me connais moi-même. Il veut que je réalise mon potentiel. Je suis une salope soumise, il peut m’apprendre tellement… »
Elle se sent confuse, elle ne sait pas quoi faire et décide simplement de suivre le courant pendant qu’il la sèche.
« À présent, allons prendre le petit-déjeuner, il est assez tard maintenant. »
Jim la conduit, nue comme d’habitude, en bas puis dans la cuisine. En pilote automatique, elle leur prépare rapidement du café et du pain grillé. Il la guide pour se mettre à genoux à côté de sa chaise, dans la position qu’elle avait quelques jours auparavant. Il annonce :
« À partir de maintenant, je pense que tu vas manger comme ça à chaque repas que nous prendrons ici. »
Stéphanie hoche la tête :
« Oui monsieur. »
Cela lui semble juste, en quelque sorte.
Après le petit déjeuner, Jim lui tend les talons hauts sur lesquels elle s’est balancée la veille.
« Tu n’étais pas très confiante en les portant hier soir, alors je pense que pour le reste de la matinée, nous allons t’entraîner. Tu devras faire de gros efforts, car tu les porteras lorsque nous sortirons, plus tard. Si je suis satisfait de ton comportement, tu obtiendras ton orgasme cet après-midi. Sinon, tu attendras ce soir et tu seras d’abord punie. » LIRE LA SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires