7- Greta, ma propriété

lundi 27 juin 2011
par  kingliart
popularité : 2%

Une femme qui devient un objet sexuel et son mari propriétaire. Elle voulait connaître ses limites. Il la transforme en un objet sans volonté, entièrement dévouée et soumise sexuellement. Cette histoire n’est ni réaliste ni sympathique, elle ne recherche pas à comprendre les personnages, les sentiments des soumises ou des dominants mais à provoquer –à vous de juger. Contient des scènes d’humiliation, de dégradation, de philosophie sexiste, de viol et actes sexuels et dégradants sans consentement. Si vous n’aimez rien de tout cela, passez votre chemin.

Chapitre 7 - Endurer sans protester

Le lendemain matin, Conrad détacha Greta qui le vit comme un sauveur. Elle semblait ravagée par sa nuit et Conrad n’eu aucun égard. Il lui enleva son bâillon, la fit s’agenouiller sur le lit et debout face à elle, exigea d’elle qu’elle le suce. Il expliqua que cela est une obligation de toute esclave qui vient de se faire détacher par un Maître ou un gardien où qu’elle se trouve : une libération vaut un gâterie. Et à quoi peut bien servir d’avoir la bouche libre ? Réponse : à fournir du plaisir au Maître. Elle exprime ainsi sa reconnaissance profonde. Elle apprend ainsi qu’elle n’est libérée que pour servir un Maître. Un Maître peut exiger un service distinct mais sucer le Maître est la forme la plus courant de remerciement.

Maître Charles avait déjà expliqué ce qu’il pensait de cette obligation devenue rituelle dans la communauté : « Le cerveau de la soumise se rétrécit progressivement, il se spécialise dans les actes auquel on soumet l’esclave. Il est particulièrement difficile de la faire associer son sexe à un simple fourreau de plaisir pour nos membres », dit-il en s’amusant de son jeu de mots. « Ce n’est pas comme se faire baiser avec envie, ce que n’importe quelle soumise peut exécuter – que dis-je –doit recherche d’exécuter. Mais sucer quand elle a la bouche libre et ne penser qu’à cela dès que ses lèvres ne retiennent plus un bâillon ou un phallus artificiel est beaucoup plus difficile ! C’est aller à l’encontre de la différenciation de la parole. Ses mots doivent donc aussi être contrôlés. Ne cherchez pas toujours à lui demander de vous remercier. Faites-lui plutôt saisir votre sexe et le pomper avec délectation comme forme de remerciement. La soumission n’en sera que plus profonde. »

Conrad réveilla la soumise dans la cage, sa propre soumise (un doute persistent inquiétait Greta : cette femme était-elle soumise par Conrad comme il le faisait de toutes les femmes ici ou s’agissait-il de sa propre soumise ? elle n’eut pas le temps de beaucoup réfléchir à la question, tiraillée par Conrad qui exigeait d’elle cette fellation matinale) , cette cage qui pendait au-dessus du lit en la piquant avec le bâton qu’il tenait à la main. Elle poussait des petits cris étouffés et Conrad faisait des commentaires salaces sur le petit cul de sa chérie préférée, si étroitement enfermée dans sa cage, à ce petit oiseau qui ne gazouille pas suffisamment. En disant cela, il la piquait plus fort encore, ce qui tirait des cris –toujours étouffés par le phallus qu’elle avait en bouche— et ces piques achevaient de la réveiller violemment alors que Greta continuait à pomper avidement son sexe. Conrad semblait aux anges ! Il éjacula sur son visage plutôt que de lui demander d’avaler son jus. En remontant sa braguette, il l’empêcha de se nettoyer le visage. « Non, garde ma semence sur toi : l’attention que je te porte est pour toi un honneur et ma semence un cadeau que tu dois chérir ! » Il la tira par la laisse toujours attachée à son collier, pour la faire se tenir debout face à lui. « Tu peux aussi me remercier », ajouta-t-il. « Oui Maître… Merci. ». « Non, pas comme cela ; comme te l’as enseigné ton propriétaire principal hier soir. Tu dois dire, ‘oui Maître Conrad, votre propriété vous remercie !’ Allez ! Répète ! » « Maître Conrad, votre propriété vous remercie ! ». LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de kingliart
mardi 29 janvier 2013 à 09h48 - par  kingliart

Merci aux fidèles lecteurs. J’envoie le chapitre 8 ce jour au site... Râlez auprès de la webmaitresse pour sa publication. Salutations aux pervers.
KLA

Logo de henic
jeudi 17 janvier 2013 à 07h34 - par  henic

C’est comme du Proust : on relit... Mais à la différence que c’est avec plaisir !
Espérons que la nouvelle année permettra de donner une suite à l’histoire de Greta : comme pour « Les transformations de la pièce 69 », le lecteur, maintenu en haleine, est impatient.

Logo de GP
vendredi 24 février 2012 à 02h49 - par  GP

J’AI DEVORER L’HISTOIRE DE GRETA DE 1 À 7 JE VAIS ATTENDRE LA SUITE AVEC IMPATIENCE. UN VOTE SUR 10 JE DONNE 9. AU PLASIR DE VOUS LIRE