Soirée SM Hard en compagnie de Kirstel

jeudi 13 octobre 2016
par  Joced
popularité : 1%
2 votes

Kirstel avait en tête de nous faire participer à une soirée SM hard. Aussi après avoir consulté ses amies "dominatrices " elle avait réservé nos deux places ...
J’étais averti que cette soirée ne serait pas une partie de plaisirs mais je restais partant et motivé....
Dans ma tenue de soumis c’est à dire mon collier autour du cou et totalement nu , j’étais en laisse à 4 pattes à côté de Kirstel habillée seulement de son harnais de "Maîtresse" .... D’autres comme nous attendaient. Que des couples. Il y avait aussi des dominateurs accompagnés de leurs soumises. En général tout le monde était en tenue SM. Nous étions dans une cave avec au milieu 3 tables à fesser, 3 treuils et 3 fauteuils et autour des chaises et quelques tables ....
La salle se remplissait , 3 Maîtresses apparurent. L’une d’elle prit la parole et nous expliqua le déroulement de la soirée, elle demanda aux volontaires de s’avancer et annonça que seuls trois soumis accompagnés de leur Maîtresse seraient élus. Kirstel me fit avancer pour la sélection, nous étions 6 en piste . Les 3 dominatrices commencèrent à tourner et à nous observer , nous palpant en nous pinçant un peu partout. Elles s’attardèrent sur mon sexe et sur mes testicules qu’elles palpèrent et serrèrent dans leurs mains , me demandant de me baisser et d’écarter les jambes au maximum ,et demandant à Kirstel d’écarter mes fesse. Ce qu’elle fit en enfonçant ses ongles dans ma chair ferme. Cela pour contrôler l’élasticité et l’accessibilité et surtout la propreté de mon trou . Elle me montra un gode équipé d’une poignée qu’elle approcha de ma bouche me demandant de le sucer et d’y mettre un peu de salive comme lubrifiant, elle le positionna devant mon anus et sans ménagement elle me l’enfonça en tournant la poignée. Elle l’enleva et le montra à l’assemblée. Il n’y avait aucune trace. Mes tétons étaient aussi torturés. Elles apprécièrent leur grosseur et leur dureté et félicitèrent Kirstel. Je restai stoïque encaissant les premières douleurs sans le montrer. Mon sexe montrait une certaine excitation, il fut de nouveau palpé et après s’être concertées , à l’aide de leur cravache elles désignèrent les trois élus ....
J’en faisais partie et fut libéré de la laisse de Kirstel qui me tapota les fesses en signe d’encouragement. On nous emmena dans le vestiaire pour subir un lavement. Tout serait filmé et projeté en direct pour l’assemblée , la caméra filmait tout en gros plan et même le lavement complet put être vu. Notre intimité n’existait plus ....
Pendant ce temps des explications étaient données sur la soirée et surtout sur le côté hard , cette soirée serait sous le signe de la cravache et du fist ...
Le déroulement de la soirée était programmé et nous subirions tous les trois les mêmes supplices et le mot supplice fut répété et nos cris de douleur n’arrêteraient pas le contenu de la séance.....
Nous étions prêts et propres et attachés aux trois treuils , bras et jambes écartés face aux trois fauteuils où Kirstel débarrassée de son harnais vint s’asseoir mais elle avait du s’empaler sur un beau gode. On lui attacha les poignées et les pieds , elle ne pouvait plus bouger ne pouvant que m’admirer...
Les premiers coups de cravache s’abattirent sur mes tétons. Toute ma poitrine était touchée, elle descendait vers mon ventre , mon bas-ventre… On n’entendait que le bruit des coups sur notre chair, elle s’attaqua mon entre cuisses et d’un seul coup cravacha ma verge qui se dressait. La douleur m’envahissait mais un deuxième coup toucha mon gland et elle recommença par les tétons et redescendit sur mon sexe. Tous les trois hurlions de douleur mais rien n’y faisait , les coups tombaient. personne dans la salle ne bougeait. Kirstel m’observait et m’envoyait des signes d’encouragement. Elle se tortillait sur son fauteuil car le gode sur lequel elle était animé et lâchait des décharges électriques....
Les coups de cravache s’étaient arrêtés, un peu de répit. J’observais mon corps et j’essayais de retrouver une respiration normale. Mon ventre ainsi que ma poitrine étaient zébrés de traces de cravache , mes tétons et ma verge , rouges violacés et de plus en plus douloureux....
La Dominatrice s’agenouilla et saisit mes testicules qui jusque là avaient été épargnées. Elle noua une cordelette autour et serra fortement le lien. Après quoi, tenant fermement ma verge dans une main, elle pressa avec l’autre mes testicules provoquant d’énormes douleurs. Tous les trois nous hurlions en même temps car entre elles la syncro était parfaite....
Ne lâchant pas ma verge elle enfonça la tête d’une seringue sans aiguille dans l’urètre, la vida à l’aide d’une sonde qu’elle faisait tourner. Le gel fut étalé dans la verge et choisissant une plus grosse et plus longue ,elle força au niveau du gland et lentement elle l’enfonça jusqu’au bout. Ca me brûlait mais je supportai. Elle tourna l’embout qui écartait la tête à l’intérieur de l’urètre, elle tira sur la sonde , elle était bien ancrée , ma verge grossissait, j’avais une énorme érection
Elle se releva pour jouer avec mes tétons mais c’était plus tôt une torture supplémentaire car elle y fixa des pinces en serrant un max , nos cris n’y faisaient rien on continuait ...
On fut détachés du treuil et, après avoir saisi la cordelette, elles nous emmenèrent vers l’assemblée pour être admiré. Pour ma part j’avais envie de m’enfuir mais on nous dirigea pour être positionné sur la table à fesser et bien attaché on offrait largement notre croupe nos jambes écartées au maximum...
Elles attachèrent des poids aux pinces, les poids se balançaient dans le vide provoquant d’autres douleurs ....
Pour ne plus nous entendre, on fut tous les trois ballonnés. Nous étions prêts pour la deuxième partie. De nouveau la cravache s’abattit de suite sur notre rosette et ensuite sur nos fesses mais de plus en plus fort , nous reprîmes, mais en vain, nos cris. Rien ne les arrêtait. Le bruit des cravaches sur nos culs prenaient le dessus ....
On agitait la tête , essayant de bouger mais impossible nous étions fermement attachés sur ce banc. L’embout en cuir de la cravache à chaque coup voulait se frayer un chemin pour pénétrer notre anus .Les coups pleuvaient puis s’arrêtèrent. On nous caressait les fesses et la rosette en appuyant sur les morsures provoquaient par la cravache. Mon cul était en feu. Elle me saisit mes testicules, joua un peu en agitant la cordelette mais je craignais pour la suite. Elle lâcha la cordelette et deux coups de cravache s’abattirent. Malgré le bâillon nos cris se faisaient entendre. Nous n’avions pas repris notre respiration que deux autres coups plus puissants tombèrent, j’étais proche de l’évanouissement....
On nous laissa supporter ces douleurs mais étions prévenus que d’autres supplices attendaient notre virilité....
La cravache fut posée sur notre dos en signe d’apaisement, mais nous respirions difficilement par manque d’air et surtout par toutes les douleurs, on nous desserra le bâillon....
Un peu de gel fut étalé sur notre anus et un premier doigt s’enfonça , un deuxième et, à force de me travailler, la main me pénétra. Elle s’enfonça jusqu’au poignet en tournant et en essayant d’aller plus loin. Pour le moment je supportai . Elle se retira lentement et renfonça sa main plusieurs fois. J’étais totalement dilaté. Elle me montra un gros gode conique dont le cône était plus gros que sa main , elle l’approcha de mon trou et commença à vouloir l’enfoncer. Mes sphincters résistaient mais elle appuya fortement et le gode m’envahit , vu la grosseur j’avais l’impression que j’allais exploser !!!
Elle rajouta deux poids supplémentaires aux pinces , réveillant les tétons meurtris en les secouant ....
Après quoi elle attrapa ma verge toujours en érection et la serra fortement. La sonde que j’avais oublié se réveilla. De l’autre main elle attrapa mes testicules et commença à les travailler , les pincer ravivant les douleurs provoquées par la cravache , mes testicules étaient en feu ...
Elle appuya de nouveau sur le gode et le gonfla un peu plus. Je sentais mes chairs s’écartaient. Elle reprit sa cravache et de nouveau elle cravacha mes fesses et dans tous les sens. Même le gode était visé et les vibrations provoquées se ressentaient à l’intérieur. Elle abandonna mes fesses et visa de nouveau mes testicules, 4 coups successifs, je secouai la tête dans tous les sens , essayant de trouver un peu d’air pour tenter de supporter les douleurs.....
Notre supplice était fini enfin presque. Elle dégonfla le gode pour l’ôter et on nous détacha de la table. Debout tant bien que mal , on nous attacha les mains dans le dos et face à l’assemblée nous devions tourner sur nous-mêmes. Kirstel toujours engodé contemplait les dégâts de la cravache....
Les poids enlevés, les pinces retirés, le sang n’eut pas le temps de reprendre sa place car nos tétons étaient entre les doigts de nos bourreaux qui avec passion les torturaient, tous les trois nous sautillons de douleur, réveillant les douleurs dans notre bas ventre ...
On nous attacha une chaîne à la cordelette et on nous emmena à travers l’assemblée qui avait tout loisir de pouvoir observer de près et surtout toucher et jouer avec nos corps....
Les soumises et soumis nous regardaient avec compassion , observant les traces laissées par les coups de cravache. Par contre leurs Maîtresses et Maîtres n’hésitaient pas à nous palper un peu partout réveillant les morsures et surtout les douleurs. Une Maîtresse écarta mes fesses pour admirer le trou laissé par le fist et le passage du gode, mes sphincters n’étant pas rétractés. D’autres Maîtresses plus vicieuses s’attaquaient à mon sexe en jouant avec la sonde et surtout avec mes testicules en les malaxant. Je ne pouvais que crier. Nous marchions tous les trois en canard pour éviter que nos testicules touchent notre entrejambe. Le spectacle du ridicule était apprécié. Une dernière Maîtresse me stoppa et me fit mettre à genoux et je pus remarquer ses bottes dont les bouts étaient équipés de belles pointes métalliques. Elle demanda à son soumis de désinfecter avec de l’alcool à 90 les bouts métalliques de ses bottes. Pendant qu’il s’activait elle avait saisi entre ses ongles longs et pointus mes tétons pour les torturer. Ensuite on me détacha les poignets et je dus me mettre à 4 pattes. Elle approcha son pied et je sentis le bout piquant s’enfoncer et me pénétrer lentement entre mes fesses. Elle appuya et de suite les pics acérés s’enfoncèrent dans mes chairs. Pour accentuer les effets elle tournait son pied. De nouvelles douleurs me traversaient le corps et je m’écroulai sur le ventre. Dans cette position l’on m’enfonça un pansement imbibé d’alcool dans l’anus pour cautérise l’effet des pics , l’alcool me brûlait un peu plus. Je me relevai tant bien que mal et je suivis la Maîtresse qui m’enleva le bâillon. Enfin de l’air et libre ....tous les trois avions eu droit à la botte piquante !!!
On fut placé devant nos Maîtresses qui avaient été libérés de leur lien et c’est elles qui eurent le privilège de retirer la sonde. Etrangement une certaine excitation nous avait traversés car un beau filet blanc suivait la sonde. Kirstel ne put s’empêcher d’approcher sa bouche de mon gland et d’avaler mon jus , et elle me pompa. Un peu de douceur et pourtant caresser ma verge était encore un supplice !!!!!
La Maîtresse des lieux annonça que les équipements étaient à la disposition de l’assemblée qui avait été chauffée par notre spectacle. De suite plusieurs coups de fouet se firent entendre ....
Kirstel me dirigea vers le vestiaire et avant de me soigner elle m’embrassa langoureusement pour me féliciter d’avoir encaissé tous ces supplices. Après quoi elle me fit allonger sur la table gynécologue, positionna mes jambes dans les étriers et tenta de dénouer la cordelette autour de mes bourses. Impossible car la douleur excessive me faisait hurler. Elle abandonna et posa des glaçons sur mon bas ventre pour me soulager et surtout calmer ma verge toujours en érection. Après quoi elle observa l’état de mes fesses et surtout mon trou qui avait été envahi par le bout de sa botte et constata les dégâts après avoir ôté le pansement. Un peu de cicatrisant suffisait. Enfin elle tenta de me masser la poitrine avec du gel à l’arnica. Ses gestes étaient apaisants. Je fermais les yeux pour savourer ces moments de répit. De temps en temps elle me lâchait des baisers un peu partout sur le corps
C’était ma première expérience de séance hard. Kirstel était fière de moi et me demanda de renouveler l’expérience rapidement ....




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur