La nouvelle vie d’Isabelle

TOME III
dimanche 3 décembre 2017
par  manumaitre
popularité : 53%

Maître Brad et Zabou quittaient le studio de piercing lorsque Candy les interpela :
« Vous n’oubliez pas quelque chose ? Dans ce monde rien n’est gratuit ! »
« Demandez à Zabou, c’est elle qui paie ! »
« Mais je n’ai pas de crédit ! »
« Et les crédits ne tomberont pas dans ta poche en ne travaillant pas, comment vas-tu faire pour payer Candy ? »
L’air interrogatif et le silence de Zabou fut sa seule réponse.
« Combien vous doit-elle ? »
Candy sortit de la poche de son chemisier, une carte et tapota sur celle-ci.
« Le tatouage et les piercings d’aujourd’hui…..Ca fait 1400 crédits. »
Maître Brad donna sa carte de visite :
« Zabou vous paiera ce soir. N’est-ce pas Zabou ? »
Zabou fit un oui timide de la tête. Maître Brad sortit du shop en tenant toujours fermement Zabou par le bras. Lorsqu’ils se retrouvèrent dans la rue, les hommes se retournaient sur son nouveau visage. D’autres la regardaient avec des yeux plus qu’envieux.
Maïtre Brad laissa Zabou entrer la première dans le Vénus Bar. Les clients accoudés au comptoir se retournèrent en entendant la porte d’entrée coulisser et sifflèrent lorsque Zabou pénétra dans la salle.
Maître Brad interpela Madame Longstreet et lui demanda une salle privée.
Madame Longstreet l’invita à la suivre. Des sifflets se faisaient toujours entendre dans la salle.
« Voici la chambre rouge, garnie de sofas et de méridienne en cuir rouge avec quelques objets qui se trouvent sur cette table pour vous divertir. »
« Je vous remercie Madame Longstreet, vous êtes très aimable. »
La chambre était spacieuse, la lumière soutenue éclairait toute la pièce et les enceintes crachaient une musique mid tempo. Maître Brad prit place dans un des sofas, Zabou resta debout les mains croisées sur le bas ventre. Il se saisit de la cravache et frappa le cuir.
« Déshabille-toi, tu ne gardes que tes escarpins et tes bas. »

Zabou sursauta et se déshabilla lentement plus par timidité que par envie de faire un streep-tease devant son Maître.
Elle ôta sa jupe, dégrafa son bustier. Ses seins gonflés apparurent devant Maître Brad. Celui-ci dégrafa son pantalon et sortit sa bite.
« Allez salope, viens me sucer ! »
Zabou avança lentement vers le sexe tendu que lui présentait son Maître. Pas assez vite au gout de Maître Brad qui claqua des doigts pour accélérer les choses.
« A quatre pattes maintenant, avance comme une chienne. »
Zabou s’agenouilla et avança vers le pieu de chair. Elle saisit le chibre de sa main droite et le prit en bouche. Elle commença à sucer du mieux qu’elle pouvait le sexe de son Maître. Lui regardait le visage de Zabou monter et descendre sur son engin et promena la cravache sur le dos de sa pute. Le dos de Zabou frissonna et ondula sous le passage de la cravache.
La porte de la salle s’ouvrit. Madame Longstreet et Candy pénétrèrent dans la pièce. Zabou s’arrêta nette et quitta la tige de chair qu’elle avait en bouche à l’entrée des deux femmes.
« Continue salope, t’arrête pas de sucer parce que nous ne sommes plus seuls. »
Maître brad, força Zabou à replonger sur son sexe mais elle était décontenancée par la présence de Candy et de Madame Longstreet. Maître Brad le ressentit et tira la crinière de Zabou.
« On m’avait dit que tu ne savais pas sucer, je ne le croyais pas sachant généralement que les avocates sont des suces boules mais là je suis sur le cul. Elle ne sait pas sucer de la bite !!! Candy, viens lui montrer comment on s’y prend. »
« Pardon mais je ne suis plus une pute depuis bientôt deux ans. Je n’obéis plus aux ordres des clients. »
« Pardon Candy, mais auriez-vous la gentillesse de montrer à cette greluche comment on suce la bite d’un client moyennant rémunération. »
« Dit comme cela, ça me va. Ca vous fera 500 crédits. »
Candy s’agenouilla juste à côté de Zabou. Cette dernière laissa la queue pour la donner à Candy.
« Tiens regarde comment on s’y prend. »
Candy prit en main la tige de chair et commença par sortir sa langue piercée et à lécher le sexe de Maître Brad. Sa langue passa sur toute la surface du gland. Elle passa ensuite au frein qui sous le contact du métal fit sursauter Maître Brad. Sa langue descendit ensuite sur toute la longueur de la queue. Puis Candy plongea pour engloutir le sexe dans sa gorge Zabou avait les yeux grands ouverts à la vue de cette fellation. Candy avala toute la queue. Sa tête pivotait autour du cylindre de chair et remontait pour terminer avec la langue déployée. Un filet de salive reliait cette langue au sexe. Ce filet de bave s’affaissa et tomba sur les couilles du Maître.
Puis Candy fit bouger sa langue tel un serpent et celle-ci touchait délicatement le gland. Elle commença ensuite à titiller de ses lèvres le pieu de chair. Elle passa ensuite sa langue sur le scrotum et lécha avidement les couilles du Maître. Elle ouvrit la bouche et goba l’une d’entre elles et l’aspira ce qui fit gémir Maître Brad.
Candy lui tendit alors le sexe et dit :
« A toi maintenant. C’est comme cela qu’on suce une bite. »
Maître Brad leva le pouce en direction de Candy qui ne répondit même pas à ce compliment. Il lui fit signe d’approcher et lui parla à l’oreille. Candy acquiesça. Maître Brad tira Zabou à lui et la força à s’empaler sur sa queue.
« Allez maintenant fais-toi plaisir quelques instants. »
Zabou montait et descendait sur le sexe de son Maître. Candy regardait le corps de cette esclave qui ondulait sur le sexe du Maître. Elle se saisit d’un gode ceinture qu’elle enduisit de gel et se positionna derrière Zabou. Candy pointa le gode sur le cul de Zabou pour la prendre en double.
« Non pas ça ! »
Excédé, Maître Brad, pinça les tétons de Zabou qui cria de douleur. Candy en profita pour enfoncer son plug dans les entrailles de Zabou. Zabou pleurait. Le pincement de ses tétons récemment piercés lui envoya une douleur dans le corps et elle croyait qu’on lui déchirait le fondement.
Madame Longstreet ouvrit la porte et fit entrer plusieurs hommes dans la salle.
« Mais ma parole, c’est cette petite oie blanche qui se fait embrocher par les deux trous ! »
Bo et deux de ses inséparables amis faisaient leur entrée, invités par la tenancière du bar.
« C’est pour me faire pardonner du désagrément d’il y a quelques jours. »
« A la bonne heure patronne ! »
A la vue de ces hommes, Zabou voulut s’extirper de ces deux sexes qui la bourrinaient mais Candy et Maître Brad la ceinturaient fortement.
« Tu suces le premier qui se présente et les deux autres tu les branles sans les faire juter. Tu avaleras leur sperme aux 3. Entendu salope ! » Dit Maître Brad à son esclave en lui pinçant les mamelons juste sur ses piercings tout frais. Zabou acquiesça par un « oui » étouffé alors qu’elle suçait toujours Bo. Elle savait qu’elle ne pouvait pas échapper au destin qui s’offrait devant elle. LIRE LA SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur