KIDNAPPING ET SOUMISSION (8)

TOME VIII
jeudi 7 mai 2015
par  manumaitre
popularité : 1%
4 votes

Séjour chez Maître Tumba

Au matin vers 10h00, les deux esclaves étaient prêtes, habillées de leur cape en latex car enfiler leur combinaison leur fut impossible avec la douleur lancinante sur les fesses de Sweet Pussy et les douleurs communes à leurs seins. Elles virent le 4x4 entrer dans le corps de ferme. Maîtresse Marie salua Maître Alexandre lorsqu’il descendit du véhicule, échangèrent quelques banalités puis Maîtresse Marie fit demi-tour sans regarder les deux esclaves et retourna dans un des bâtiments de la ferme. Les deux esclaves sautèrent au cou de leur Maître car la semaine avait été éprouvante et elle voulait montrer leur joie de retrouver leur Maître.
« Pourquoi n’êtes-vous pas habillées de vos combinaisons latex ? »
Cet excès d’amour surpris Maître Alexandre qui leur demandait le pourquoi de cette étreinte. Les deux esclaves lui racontèrent alors les épreuves qu’elles avaient subies.
Maître Alexandre les fit monter dans le 4x4 et leur demanda des explications. Il en resta bouche bée tellement certaines épreuves lui paraissaient inhumaines. Mais il sourit fortement lorsque Sweet Pussy lui raconta l’épreuve des étalons et de ce qu’elle subit pour sa désobéissance. Par contre il fut inquiet lorsque N°1 lui narra la suspension par les seins. Il demanda à ses deux esclaves de lui montrer leurs seins pour voir si les prothèses de leur poitrine n’avaient subi aucun dommage. Les deux esclaves ouvrirent leur cape. Leurs seins étaient couverts de marques allant du rouge au violet. La peau autour de leurs piercings était très étirée et des croutes de sang s’étaient formées. Elles avaient tellement encore mal aux seins qu’elles n’avaient aucune idée sur ce sujet. Elle le supplia de ne plus les amener chez cette Maîtresse.
Maître Alexandre demanda à son chauffeur d’arrêter le véhicule. Il sortit et téléphona avec son portable.
Les deux esclaves comprirent qu’il avait appelé Maîtresse Marie au ton de sa voix et surtout lorsqu’il aborda le traitement de leurs seins. Ils entendirent leur Maître parler de remboursement de leur opération si tel était le cas. Même si pour les deux esclaves, leur Maître était prévoyant par ses paroles, elles comprirent qu’elles pourraient subir une autre opération des seins. Maître Alexandre cria haut et fort qu’il parlerait de leur comportement avec ses esclaves lors de leurs sauteries et que plus un Maître ne leur prêterait une soumise et les considérerait comme paria.
« Vous n’irez plus jamais chez cette Maîtresse. »
« Merci Maître. » dirent les deux esclaves en souriant.
« Pour me faire pardonner, je vous emmène chez Maître Tumba pour une semaine de repos. Mais d’abord, on va à la clinique voir le Professeur Van Ribien. Il examinera vos seins. »
Le 4x4 prit la direction de Genk et stationna devant la clinique. Maître Alexandre et ses deux esclaves descendirent du véhicule et se dirigèrent vers l’entrée de la clinique. Lorsque la réceptionniste aperçut Maître Alexandre et les deux esclaves, elle prit le combiné du téléphone et appela le Professeur. Celui-ci alla à leur rencontre et les accompagna dans son bureau. Maître Alexandre prit la parole et ouvrit les pans de la cape de N°1 pour lui montrer ses seins.
« Elles viennent de subir une séance un peu hard et elles ont eu des traitements sévères sur les seins. Vous pouvez me dire s’il n’y a des dommages Professeur ? »
« Que s’est-il passé Maître Alexandre ? »
« Maîtresse Marie les a pendu par les seins et les a cravachée. »
« Oui je vois, ils sont tuméfiés et la peau est légèrement distendue aux piercings. Il faudrait une mammographie pour s’assurer qu’il n’y a aucun dommage et surtout pas de prothèse éclatée. » En disant cela, le Professeur tâtait les seins de N°1 qui grimaçait légèrement au contact de la main du Professeur.
« Non pas la peine, Professeur. S’il faut opérer, allez-y. »
« Mais il ne » objecta Sweet Pussy qui fut coupée par Maître Alexandre en levant le doigt dans sa direction et lui jetant un regard désapprobateur.
« S’il faut changer les prothèses, changez-les et mettez-en des plus grosses encore ! »
Sweet Pussy fit une mine renfrognée en entendant cela. Elle allait, tout comme N°1, repasser sur le billard.
« Je m’en occupe Maître Alexandre. Le temps de commander les prothèses, je pourrai opérer la semaine prochaine, disons vendredi prochain à 06h00 à la clinique. »
« Parfait Professeur. Si vous voulez vous servir d’elles avant, je vous laisse tout loisir. »
« Je vous remercie Maître Alexandre mais je resterai fidèle à mon épouse, je vais simplement prendre les mesures pour les prothèses ! »
« Comme vous voulez Professeur, c’était de bon cœur ! »
Maître Alexandre ôta les deux capes des esclaves qui se retrouvèrent nues devant le Professeur. Celui-ci prit des photos et des mesures pour la contenance des prothèses.
« Quel profil de prothèse voulez-vous, Maître Alexandre, des anatomiques, des moyens ou des profils hauts ? »
« Des hauts, mais je ne veux plus des prothèses comme celles-là. » Dit Maître Alexandre en montrant les seins de Sweet Pussy qui avait des prothèses genre « ballon de rugby ». C’est original au début mais disgracieux. »
« Ok, Maître Alexandre. Ce sera des profils hauts. »
« Je vous recontacte pour vous confirmer le rendez-vous de vendredi prochain. Au revoir. »
Maître Alexandre serra la main du Professeur et quitta le bureau suivi des deux esclaves.
« Maître, croyez-vous utile l’opération. » dit de nouveau Sweet Pussy.
« Je ne veux pas prendre de risque ! Je pense à votre santé et tu me le reproches. Ne me mets pas en rogne Sweet Pussy ! » Répondit Maître Alexandre.
Après 1 heure de route, le 4x4 pénétra dans l’allée menant au château de Maître Tumba. Une soumise vint leur ouvrir et les dirigea vers le petit salon.
Maître Tumba était assis dans un fauteuil. Il regardait une esclave vêtue d’une combinaison de latex transparente, seins apparents piercés. L’esclave, mains sur la nuque, était en train de faire pénétrer dans son cul et sa chatte des plugs de bon diamètre. La pénétration devait être pénible car elle fermait les yeux et serrait ses lèvres pour faire passer les engins dans ses orifices.
« Bienvenue mes chers amis. » Fit Maître Tumba en se levant. J’étais en séance d’entraînement. C’est Lola qui s’entraîne au plug.
« C’est Lola ! » Dit Sweet Pussy avec surprise.
« Oui c’est Lola. Elle est en totale soumission désormais. Son mari était devenu soupçonneux lorsqu’elle partait une semaine pour sa soumission. Il y a deux mois, le mari l’a suivi pensant qu’elle allait voir son amie en difficulté comme elle lui disait. Et il est arrivé ici. C’était sa journée pute, et des hommes se présentaient et elle offrait ses charmes. Sophie a ouvert à son mari pensant que c’était l’un des hommes qui avaient payé pour se la taper. Il est entré dans le salon alors qu’elle suçait un homme et qu’un autre l’enculait. Il s’est transformé en furie mais Momo l’a vite immobilisé et l’a jeté dehors. Lorsqu’elle est revenue chez elle, sa valise était dehors. Il lui a interdit de voir ses enfants et lui a coupé les vivres et toute sa famille l’a rejetée. Ne sachant pas où aller, elle s’est présentée ici et m’a demandé si elle pouvait rester. J’ai accepté mais à condition qu’elle me soit soumise totalement et qu’elle accepte tous mes ordres. Elle a accepté. Et comme vous êtes là Maître Alexandre avec vos deux esclaves, vous allez pouvoir assister au rasage de son crâne et à son épilation complète ! »
Lorsque Lola entendit Maître Tumba parler de son rasage, elle s’arrêta net de travailler ses orifices.
« Maître, non je ne veux pas avoir la tête rasée !!! »
« Tais-toi ! Je t’ai accueilli chez moi sous certaines conditions, alors tu obéis ou je te jette dehors comme tu es là ! »
« Non Maître, je ne sais pas où aller. »
« Alors tu m’obéis ! »
Maître Alexandre, Sweet Pussy et N°1 suivirent Maître Tumba qui conduisait Lola vers sa « salle d’opération » comme il l’avait baptisée. Il plaça Lola sur un fauteuil de coiffeur. Il prit une tondeuse et la passa sur la tête de Lola qui pleurait à chaudes larmes quand elle voyait dans le miroir ses longues mèches blondes tomber et voir son crâne blanc apparaître sous le passage de la tondeuse. Maître Tumba prit un gant de toilette humide et mouilla le crâne de Lola. Il prit la bombe de mousse à raser et appuya sur celle-ci. La mousse fit un mont sur le sommet de la tête de Lola.
« Tu ressembles à une Dame Blanche comme ça. » dit-il en ricanant. Cette remarque fit glousser les deux esclaves et éclater de rire Maître Alexandre. Maître Tumba étala la mousse sur le crâne de Lola et passa méticuleusement le rasoir sur toute sa tête. Puis il passa une serviette humide pour ôter le restant de mousse et s’il ne restait pas un cheveu.
« C’est parfait ! »
Lola pleurait toujours autant. Maître Tumba lui prit la tête et passa le rasoir sur ses sourcils.
« Allonge-toi sur cette table maintenant, on va passer au reste du corps. »
Lola se leva et s’allongea sur la table sur le dos. Maître Tumba prit alors un laser qu’il dirigea vers le pubis naissant. Lola piaillait sous la petite douleur que créait le laser lorsqu’il détruisait un poil. Puis le laser passa sur les sourcils, les aisselles, l’anus.
« Ce sera tout pour aujourd’hui. On fera les jambes et le reste de la peau dans quelques jours. La semaine prochaine, tu pars avec Sweet Pussy et N°1 pour ton opération des seins. »
« Oui Maître. »
« Oui Maître Tumba, c’est vendredi prochain leur rendez-vous, à confirmer suivant l’arrivée des prothèses. Connaissez-vous un studio de piercing car je souhaiterais tenter une expérience avec mes deux esclaves. »
« Oui, Il y en a un à quelques kilomètres, pourquoi ? »
« Comme leurs piercings ont été stretchés naturellement avec ce qu’elles ont subi, j’aurai voulu passer un flesh tunnel au travers de leurs seins et ensuite repasser les barres pour avoir plus de tenue au poids. »
« Pas mal comme idée, je n’y avais jamais pensé ! »
« Mais il faudra sans doute commander les flesh tunnel car ce diamètre n’est pas très courant et leur longueur aussi. Je m’en occupe Maitre Alexandre, c’est du 30 mm intérieur pour leur piercing actuel ? »
« Oui Maître Tumba. »
Maître Tumba contacta le studio de piercing qui commanda les flesh tunnel de 33 mm de diamètre extérieur. Sweet Pussy et N°1 se rendirent au studio pour le stretch de leurs seins. C’est N°1 qui passa en premier dans les mains du pierceur. Même avec beaucoup de doigter, N°1 poussa un gémissement en serrant les dents pendant que l’outil de stretch lui dilatait les chairs lors de son passage. L’un après l’autre, les seins de N°1 furent ornés de flesh tunnel. Le pierceur vissa les embouts puis repassa les barbels dans les flesh tunnel et vissa les boules à chaque bout.
Sweet Pussy s’assit timidement sur le fauteuil de travail. Elle attendit non sans crainte que le pierceur fit son office. Deux longs gémissements se firent entendre pendant le stretching de ses seins. Des gouttes de sueur perlèrent sur son front. Sa bouche souffla fortement l’air alors qu’elle serrait les dents pour endurer la souffrance des stretchings.
Le vendredi suivant, Sweet Pussy, N°1 et Lola furent conduites à la clinique de Genk. LIRE LA SUITE

L’intégralité de cette 8° partie est disponible pour les abonnés de RdF

PRECEDENT .................................................. SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur