Premier emploi... Nouveaux émois

Chapitre 4 (Fin)
mardi 2 août 2022
par  Sylvain de Perry
popularité : 9%
18 votes

Il y a un peu plus de deux heures que ma Maîtresse et moi sommes rentrées à son domicile. Je suis attachée sur un T en bois dans son sous-sol, totalement nue. Le motif : après qu’elle m’a demandé de la laver sous la douche, j’ai refusé de lui lécher le sexe. C’était trop pour moi. Je reconnais qu’Anne a su m’exciter, me faire jouir, mais un acte aussi intime me déplaît. Elle n’a d’abord rien dit. En sortant de la douche, nous nous sommes essuyées, puis Anne m’a ordonné :
— Suis-moi !
Toujours nue, alors qu’elle s’est vêtue uniquement d’un short de cuir rouge, très moulant, nous sommes descendues au sous-sol. Délaissant une porte à droite au bas de l’escalier, Anne a ouvert celle de gauche. Entrée à sa suite, je reste interdite à ce qui paraît devant mes yeux ouverts au grand diaphragme : deux croix de bois une en X, l’autre en T, chacune occupe un pan de mur, sur le troisième sont accrochés divers martinets, cravaches, raquettes de différentes tailles, gants de cuir ; trois étagères où sont alignés godes et plugs de différentes tailles, pots en verre de diverses couleurs.
Anne me dit :
— Comme tu as refusé de me lécher la chatte, une punition s’impose.
Je proteste :
— Ça, je ne peux pas. J’accepterai ce que vous voulez, mais pas…
Anne ne m’a pas laissé finir, m’a tirée violemment vers la croix…
Mes poignets sont fixés dans des bracelets en cuir, mes jambes sont libres, mon ventre est collé sur le poteau en bois par la ceinture qui entoure mes reins.
Anne est allée quérir un martinet à trois lanières, larges de trois centimètres, apparemment souples, qu’elle présente à mes yeux, m’explique :
— Tes fesses vont goûter à ce martinet (elle caresse les lanières longues d’à peine un mètre), regarde leur souplesse…
Contrairement au cuir vu plus tôt, on dirait trois rubans.
— … Je suis certaine que ton beau cul va apprécier la façon dont elles vont le lécher. Tu me diras rapidement si tu acceptes de lécher ma chatte avec ta langue.
Anne se recule à moins d’un mètre, lève le bras gauche. Aucun sifflement ne marque l’envol des trois lanières. Elles s’écrasent littéralement sur mes fesses et j’ai la brutale impression qu’elles les mordent. La douleur est horrible et forte. La seconde volée me procure la même impression. Un leitmotiv s’impose à mon cerveau : ne pas céder à la douleur, ne pas céder à ce que ma Maîtresse veut m’imposer.
Anne vise mes fesses toujours du même endroit ; je suis les envolées de son bras qui précèdent de peu les impacts douloureux sur ma peau.
Malgré ma bonne volonté de résister, la quatrième cinglade m’arrache un cri strident :
- Aaaaaaaye !... (Suivi de) Nooooooon !... C’est… horrible… Pluuuuuuus… ça… Maîtresse !
Anne, sans cesser de fouetter mon cul, répond :
— Je savais bien que tu allais apprécier ce martinet.
Elle vise la base de mon derrière, juste à la lisière fesses-cuisses, ce qui outre l’ardente brûlure, me fait agiter mes jambes, tirer sur mes liens, implorer sans pouvoir retenir mes larmes et sanglots :
- Pitiiiiiiié !... Maîtresse… j’ai trooooooop… maaaaaaal !... Asssssssez… s’il… vous… plaît… Je… vous… en… priiiiiiie !...
Après une nouvelle volée au même endroit, Anne demande :
— Que te disent tes fesses : acceptes-tu de me lécher la chatte ? LIRE LA SUITE



Entrez votre pass abonné

ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires