Charlotte est ma grande soeur

mardi 27 septembre 2016
par  Fannydeparis
popularité : 1%
9 votes

Partie 1

Charlotte est ma grande sœur, nous sommes de la même taille, mêmes mensurations, sauf pour la poitrine, elle fait un bonnet de plus que moi !
Ce qui me rend un peu jalouse, elle est rousse, moi j’hésite entre le châtain clair et le blond, nous sommes plutôt jolies, fines de corps et de traits.
Elle a trois ans de plus, mais cela ne se voit vraiment pas, nous nous ressemblons un peu de visage, même nez, même bouche bien dessinée, nos yeux, verts pour elle et noisettes pour moi Fanny.
Nous plaisons bien aux hommes de tous âges et nous avons les mêmes touches quelque fois, des jeunes dans la vingtaine aux hommes plus murs voire des séniors, qui nous dévorent du regard.
Même les femmes nous dévisagent, nous envient, nous désirent ….nos silhouettes élancées attirent les regards…attisent les jalousies !
Nous en rions de bon cœur, nous adorons rire et nous moquer des autres, pas méchamment, juste un peu médisantes, railleuses….
Nous avons un étudiant de 18 ans, nous venons de l’apprendre il y a quelques semaines seulement, qui va passer un mois de vacances avec nous dans la maison familiale sur le bord de l’atlantique….entre Bretagne et Vendée, cela fait étrange d’avoir un inconnu parmi nous tout à coup, il vit en Martinique.
Jérôme vient d’être majeur et veut connaitre la métropole, ainsi que ses coutumes, nous ne savons rien de lui si ce n’est que papa l’ a rencontré, il y a quelque temps lors d’un voyage aux iles ….
Nous sommes donc chargées de l’accueillir pour la première semaine ou nous serons seules, les parents nous rejoignant ensuite….en bord de mer.
A l’aéroport de Nantes, nous voyons arriver un beau jeune homme souriant.
De couleur café au lait très clair, musclé, un joli minois, des cheveux crépus et des dents blanches, il est vraiment craquant le Jérôme !
Pendant le trajet en voiture jusqu’à Pornic, il se tait, regarde les paysages et semble nous étudier attentivement …il se déride en arrivant à la vieille maison et son petit jardin donnant sur la falaise, sur la mer.
C’est une belle journée d’été chaude mais sans excès, température idéale et petit vent de mer, nous attendons que notre invité s’installe et partons a la plage toute proche, nous connaissons les petites criques sympa, tranquilles.
Actuellement c’est marée basse, elle commence à peine à remonter, nous allons pouvoir faire dorer notre peau, avec crèmes protectrices, surtout pour Charlotte et sa peau blanche et fragile.
Nous nous mettons en maillot deux pièces, noir pour moi et bleu ciel pour ma sœur, Jérôme lui se met tout nu !
Son sexe est long et gros bien qu’endormi, c’est impressionnant un engin de cette taille au repos, nous nous regardons Charlotte et moi, gênées et intéressées , se demandant quelles proportions cela peut faire en érection ….
Nous avons du mal à regarder ailleurs, attirées par le pieu de chair couleur café au lait, il n’a pas de poil, pas du tout !
Jérôme s’installe sur sa serviette entre nous deux, il se couche sur le dos, sans aucune gêne. Nous prenons le soleil, que c’est agréable surtout en ce début de saison plutôt calme …
Nous admirons son corps d’athlète, du moins de bon sportif, nos yeux sont aimantés par sa grosse tige de chair.
Ses muscles sont bien dessinés, ses abdos semblent en ciment armé, pas de doute notre étudiant est plus que réussi !
Son torse puissant se gonfle et se dégonfle calmement, il a les yeux fermés, il doit dormir et récupérer de son long voyage.
La peau de ma grande sœur de 24 ans commence à rosir, je lui propose de lui passer de la crème protectrice….Elle se tourne sur le ventre pour que je lui étale l’ambre solaire, je commence par ses épaules un peu rouges déjà, avant de passer à son dos tout blanc.
Je m’amuse à défaire l’attache de son haut de maillot comme je le faisais il y a une dizaine d’années quand sa poitrine naissait a peine. Cela m’amusait beaucoup de lui voler son haut quand nous étions seules dans les criques, elle était tellement gênée d’être seins nus devant moi que je retirais moi aussi mon haut de bain et me montrait avec mes minuscules dômes….
Mais aujourd’hui c’est bien différent, elle a une poitrine vraiment somptueuse, lourde avec de gros tétons mauves et surtout nous ne sommes pas seules, il y a le dormeur….Elle me supplie silencieusement de lui rendre son bien, je refuse lui demandant de se tourner sur le dos pour enduire ses seins magnifiques et son ventre .Comme autrefois elle finit par m’obéir, je lui enduis ses deux gros globes laiteux, ils sont doux, tendres et élastiques , je m’applique longuement a les caresser , a les pétrir doucement , ses bouts de seins s’étirent entre mes doigts, elle gémit faiblement quand je les pince un peu mais ne s’échappe pas de cette délicieuse torture. Elle tend même légèrement son buste, il me semble bien ! Je termine mon application sur son ventre plat si ferme.
Comme dans notre jeunesse je dévoile également ma poitrine, moins généreuse mais toute aussi sensible et fière, nous voilà torses nus …
La marée monte régulièrement, l’eau est à quelques dizaines de mètres, dans une demi-heure nous aurons les pieds dans l’eau.
Bien sûr cela réveillera Jérôme, l’atlantique est plus frais ici surtout la première semaine de juillet, il faut parfois se forcer pour s’y mettre et nager.
C’est excitant d’attendre cet instant, qui approche inexorablement, Charlotte est tellement pudique, un peu coincée et moi plutôt un peu exhibe ….une paire de sœurs si identiques et si différentes.
Plus que quelques mètres, les vaguelettes vont nous toucher….la frangine se raidit imperceptiblement, elle se contracte. J’aime la voir dans ce genre de situation troublante, j’aime bien la torturer gentiment …de mes 21 ans je la dirige avec plaisir et un peu de sadisme tendre.
Je crois que nous allons passer d’excellentes vacances….du moins pour ma part….Je souris de la voir embarrassée de sa grosse poitrine exposée …

Ca y est le dormeur se réveille, l’eau froide lèche ses pieds, il semble perdu le pauvre, il regarde partout autour de lui avant de s’apercevoir que nous avons le buste nu toutes les deux, il mate nos poitrines avec insistance, c’est délicieusement gênant, mes tétons se mettent à pointer sans retenue…
Charlotte est toute rouge de honte, de confusion, je me régale…Jérôme est bien réveillé maintenant, son sexe aussi, il prend de l’ampleur, il devient raide, bien droit tendu vers le ciel ….
L’eau monte encore, il faut se lever et ramasser nos serviettes, les seins lourds pendent et tremblent dans ce mouvement ….moi ils tiennent bon !
Le long sexe noir de notre étudiant est impressionnant de vigueur.
Je n’ai jamais vu de si près, un tel membre, si gros …il respire la santé notre Jérôme ! Nous sommes toutes les deux étonnées, Charlotte essaye d’aller à l’eau pour masquer sa nudité partielle et quitter des yeux le gros tuyau ….qui la trouble énormément, je la connais si bien ma grande sœur chérie.
Elle renonce à plonger, l’eau est froide et il y a encore trop peu de profondeur pour nager.
Jérôme nous regarde avec gourmandise, osera ou n’osera pas ….il semble timide notre petit antillais, bien outillé mais ne sachant pas trop quoi faire.
- on se baigne nu demande-t-il ? C’est super agréable les filles ! Moi je suis déjà prêt, allez un effort les filles, on est courageux en France, la dernière à poil dans l’eau, aura un gage …. !
Charlotte se tortille, moi je retire mon slip de bain noir, très excitée par la tournure des évènements, notre ainée a perdu …..
A contre cœur elle s’exécute sous nos rires et nos bravos, elle masque son pubis de sa main et court vers l’eau, sa poitrine ballotte grotesquement.
La mer est vraiment fraiche, nous nageons, nous chahutons, nous jouons pour nous réchauffer. Lors de nos ébats aquatiques, la matraque de chair de Jérôme vient au contact de nos mains, de nos cuisses, de nos fesses…il nous attrape ,nous soulève et nous jette dans l’eau en nous frôlant ,en nous touchant, en nous serrant dans ses bras .Quelle puissance dans ses bras musclés , il nous manipule avec aisance , avec force et douceur .
Nous jouons longuement tous les trois dans l’océan….. LIRE LA SUITE

L’intégralité des 5 parties de ce récit est disponible pour les abonnés de RdF



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de Fannydeparis
mardi 10 janvier 2017 à 08h47 - par  Fannydeparis

Merci Henic pour ce commentaire très plaisant , pauvre Charlotte...c’est vrai que je n’aime pas me relire...c’est un tort . Dans un autre commentaire vous parlez "du test du couillon" de quoi s’agit il ?
Vos avis sont vraiment les bienvenus ...Je vous laisse imaginer pour ce qui est de Fanny .

Logo de Henic
samedi 7 janvier 2017 à 14h44 - par  Henic

Heureusement que la suite est accessible, sinon, on serait horriblement frustré !
Fanny est vraiment une petite perverse, délurée et pleine d’imagination. Rien dans cette histoire ne relève de mauvais traitements physiques, toutefois, la pudeur de la pauvre Charlotte (est-elle vraiment si malheureuse ?) est bien malmenée.
C’est enjoué, pour ainsi dire printanier, bien raconté, avec une agréable variété de situations. Quelques fautes de frappe toutefois, mais peut-être Fanny cherche-t-elle à être punie, elle aussi ?

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur