L’art de la décoration sur esclave et autres récits

jeudi 3 avril 2014
par  Henic
popularité : 4%
1 vote

L’art de la décoration sur esclave par Towaco Takamura
Jouets sexuels par Lucas
Manuel pour utilisateurs de bâillons Anonyme
Marchandises en transit par Elisa

Récits traduits de l’anglais par Henic

L’art de la décoration sur esclave

« Est-ce que nous commençons ?
— Quand vous voudrez : je suis prêt.
— D’abord, parlez-moi de nos préférences personnelles. C’est normalement le service commercial qui s’occupe de cela mais puisque vous êtes là…
— Oui, j’ai demandé à le faire ici.
— Comment voulez-vous l’appeler ? Son nom actuel est Suzanne, mais il est assez courant que le propriétaire change le nom.
— J’ai regardé ma nouvelle propriété et j’y ai réfléchi. Estrellita, "petite étoile". Ma mère avait une chienne qui s’appelait comme ça.
« Bien. La couleur des cheveux. Estrellita est brune. Est-ce que vous préférez les blondes, les rousses, ou voulez-vous quelque chose de plus moderne : rose ou vert ?
— Non, c’est bien comme ça. Les brunes ont un air sauvage, exotique. Je les ai toujours aimées.
— Est-ce que les seins vous vont ? La chirurgie est en supplément, si vous le désirez. »
Je m’approche d’elle et tâte ses nichons. Ses tétons sont percés et attachés au collier. Elle crie et remue autant qu’elle peut…
« Reste tranquille, dis-je d’un ton sévère, je t’ai payée un bon prix et j’ai le droit de t’inspecter. »
Elle cesse de bouger et réagit à l’exploration de ses seins par de faibles gémissements occasionnels. En la regardant dans les yeux, je commente :
« Elle a une très belle paire de seins, avec des tétons très sensibles. »
Elle a également de souffrir un peu, donc je les pince. Un filet de salive s’échappe de l’anneau qui maintient sa bouche ouverte.
« Ses nichons sont bien. Pour le nez, je ne suis pas sûr. Il est un peu plat. »
Les grands yeux d’Estrellita s’écarquillent.
« A mon avis, elle est trop jeune pour être opérée, répond le commis. Les chirurgiens préfèrent travailler sur un nez adulte. Mais c’est votre esclave, c’est vous qui décidez. »
Peut-être qu’il a raison. Je décide de ne pas prendre le risque. Le commis ajoute :
« Nous offrons également ce vibromasseur. »
Il lui enfile un énorme vibromasseur et le fixe avec un harnais de caoutchouc.

« C’est vraiment serré. Ce doit être son âge. Comme vous le voyez, nous l’avons rasée. Elle n’avait pas beaucoup de poils, de toute façon.
— C’est bien. J’aime bien voir les lèvres.”
Estrellita n’a pas l’air contente. Je suppose qu’elle associe le fait d’avoir une toison touffue avec celui d’être une femme. Je mets ma main sur sa chatte et commence à la caresser. Elle se tend mais elle ne peut rien faire. Ses chevilles sont attachées à une barre de bois. Elle essaie de clore les lèvres de son con mais cela lui est impossible. Elle sanglote à travers l’anneau. Après neuf mois d’électrolyse et de cire chaude, le pubis sera propre et épilé définitivement.
« Si vous n’y voyez pas d’objection, nous placerons votre esclave dans un programme strict d’effort physique, pour brûler les dernières traces de graisse . Vous choisissez les chaussures. »
Je remarque les très hauts talons des chaussures qu’elle porte. Le commis ajoute :
« C’est douloureux au début mais elles s’y habituent. Dans quelque temps, elle sera à peine capable de marcher sur sol plat sans eux. »
J’aime ça. C’est sexy. Je suis un peu fétichiste des pieds et des jambes.
« Bodybuilding ? Piercings ? Tatouages ? Un entraînement spécial en quoi que ce soit ? Demande-t-il.
— Des anneaux d’or dans les tétons, un au nombril et un au clitoris – Estrellita hoquette à cet énoncé – et j’aimerais voir quelques exemples de tatouages, des queues, le mot "Esclave", vous voyez… et je la veux experte au service des femmes autant que des hommes. Et bonne pour les danses érotiques, le sexe oral, la conduite dans la haute société, tenir une maison et s’occuper des enfants…
— Nous avons neuf mois, dit-il, pourquoi ne l’inscrivez-vous pas pour le cours complet ?
— D’accord. Je n’aurai pas besoin de tout ce que vous enseignez mais ça entrera en compte pour son prix à la revente. Oh, oui – je passe mon doigt sur sa langue – mettez-lui un goujon dans le palais et une brosse adéquate sur sa langue, pour gratter ma queue quand elle me démange. »
Vous n’imaginez pas l’expression d’horreur sur son visage. Nous discutons de son corps comme si c’était une voiture. Nous choisissons les options pour le reste de sa vie. Je ne pense pas qu’elle était dans le piercing !
« Très bien, Monsieur, si vous voulez bien signer ici… »
Elle a l’air terrifiée lorsque je décide de sa destinée en apposant mon paraphe.
« Je vais lui parler un moment. Enlevez-lui l’anneau. »
Elle me supplie, elle m’implore de la libérer, elle ose même me menacer…
« Si vous le souhaitez, Monsieur, nous pouvons lui enlever les cordes vocales. Il y a des clients qui préfèrent ça. »
La bouche d’Estrellita s’ouvre toute grande mais elle reste silencieuse. Je reste également silencieux, pesant le pour et le contre de cette option…Lire la suite

L’intégralité de ces récits est disponible pour les [abonnés-<art19] de RdF



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur