Vive le bio

dimanche 15 octobre 2006
par  Manet
popularité : 1%
3 votes

Afin de faire quelques économies, et de vivre un peu plus sainement, nous avions pris l’habitude d’acheter nos fruits et légumes, chez un agriculteur adepte du bio. Achetant les variétés en saison, nous avions décidé de faire des cornichons en bocaux. Pendant la cueillette, mon épouse m’appella en riant et me dit : « Viens voir ce que j’ai trouvé. » Je m’attendais un un petit animal, ou une pièce de monnaie. En me penchant je m’aperçus que c’était un petit concombre atteint de malformation, très naturel pour un homme.

Un sexe complet de trente bons centimètres de long et sept de diamètre, mais en plus il y avait, à une extrémité, une malformation qui ressemblait à des grosses boules. Je comprenais son sourire, et lui dis : « Tu peux le cueillir, mais pas pour le bocal. »

— Et je le mange en entrée ou en plat de résistance ?

— Moi je serais toi , j’en ferai plutôt un dessert !

— Coquin, dit—elle toute rouge, et quand ?

— Ce soir,

En apportant le panier au paysan pour la pesé et payer, nous séparâmes les légumes et ce dernier en le voyant, lui dit en rigolant :

— Voila ce que c’est le bio, la nature reprend c’est droit, et d’un oeil coquin il rajouta, vous voulez une recette pour le concombre !

Mon épouse toute rouge ne savait pas si elle devait rire ou se taire, il lui dit : « Surtout ne le mettez pas au frigo, mais vous le lavez bien et vous enlevez la peau du bout sur cinq centimètres et vous le faites tremper dans une eau a 38° pendant un quart d’heure avant l’utilisation et à votre prochain passage vous m’en direz des nouvelles. Mon épouse est une fine connaisseuse, c’est sa recette. »

En sortant, nous la vîmes, et en nous arrêtant pour la saluer, elle nous dit tout de go : « Et bien je vous ai vue tout à l’heure ramasser mes légumes favoris, j’espère que vous savais quoi en faire... »

— Votre mari m’a donné votre recette, lui dis—je en la fixant, elle n’a pas rougi mais a regardé ma femme

— Ha ! Alors bonne nuit, dit—elle en rigolant.

***

Dans la voiture, la conversation pleine de sous—entendus, nous fit rigoler, et ma femme me mit ma main sur mon légume en disant : « Tu crois qu’il faut l’éplucher celui la ? »

— Surtout pas mais le laver oui. Je suis tout excité, vivement ce soir !

— Je ne sais pas si je le ferai, je n’ose pas, on ne la jamais fait avec un objet, alors un légume tu comprends ?

Déçu, mais loin d’avoir dit mon dernier mot, je la rassurai en lui disant, que la fermière le faisait et qu’elle avait toujours l’air réjoui, et que dans ces conditions c’était peut—être le secret du bonheur, tout en riant, et que cela serait quand même dommage de ne pas essayer une nouvelle expérience. « Et si cela peux te faire plaisir ce soir c’est moi qui fait la cuisine de a à z. »

— Tu es un voyou, me dit—elle, on verra.

Faisant preuve d’autorité je lui dis :

— Mais c’est tout vue ! tu mangeras du concombre ! Car c’est bon pour la santé et si tu discutes en plus tu auras une fessée comme les petites filles capricieuses et pas sages.

Elle me regarda avec un sourire et un air indéfinissable qui voulez dire à la fois il est fou, jamais de la vie et quand est—ce qu’on commence......

— Mais..., commença—t—elle à dire et je la coupai sèchement en la regardant et en lui souriant.....

— Il n’y a pas de mais, quand tu arrives tu prends ta douche, tu reste nue, tu mets le tablier de jardinier et surtout tu laves délicatement le concombre, tu fais les bocaux et tu te tais sinon tu seras déjà en tenue pour ce que je viens de te promettre.

Effectivement le tablier bleu à une sangle que l’on passe au cou pour protéger la poitrine et il arrive aux genoux avec une autre sangle qui s’attache sur le devant en faisant le tour du dos, mais il a le mérite de laisser une vision totale et parfaite de l’envers du décor.

— Oui, dit—elle doucement en souriant et en baissant la tête, mais pas trop fort pour ce que tu sais. LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Henic
lundi 13 décembre 2021 à 21h23 - par  Henic

Économies avec le bio...? C’est pour le moins discutable. Mais le sujet de l’histoire n’est pas vraiment un débat sur les bienfaits du bio !
Cette histoire est habilement troussée et pourrait convaincre que, bio ou non, les légumes oblongs peuvent procurer d’autres plaisirs que ceux de la table.
Les personnages sont sympathiques, il n’y a pas d’épouvantable violence, juste un besoin de nettoyage après l’action, mais c’est le propre des repas au lit que d’être généralement plus salissants qu’à table...
Bref, un agréable divertissement !

Navigation

Articles de la rubrique

  • Vive le bio