Castleton

Par James Lacy
mardi 12 octobre 2021
par  Henic
popularité : 58%

1. Le rituel

Vêtu de la robe de chambre traditionnelle en tissu éponge, Jon entend un ricanement pendant que l’Assistant nettoie la salle de bain après sa douche. Aujourd’hui est une journée spéciale au Grand Manoir. L’homme subit chaque année ce rituel ancien, pour satisfaire la charte originale de l’Ordre. Il se demande qui a été choisi pour effectuer le rituel, mais encore une fois, cela n’a pas vraiment d’importance, car le résultat sera le même. Ce peut être un Membre étranger qu’il n’a jamais rencontré. C’est peu probable, car il a beaucoup voyagé et il connaît tous les Membres susceptibles d’être choisis.
À l’extérieur de la Grande Maison, il entend une agitation près de l’entrée du manoir. Il se dit, à juste titre, que c’est l’arrivée des Novices qui s’engagent dans l’Ordre. Jetant un coup d’œil par la fenêtre, il voit huit femmes s’affairer autour de la camionnette qui les a transportées jusqu’à la Grande Maison. Plus tard, il concentrera son attention sur les Novices, mais auparavant le rituel l’attend. Un Assistant frappe à la porte, entre et dit à l’homme de le suivre. Ils montent une volée de marches utilisée par les domestiques, puis empruntent un couloir sombre jusqu’à une grande porte en chêne foncé. L’Assistant fait signe à l’homme d’entrer, puis il s’en va.
Jon ouvre la porte et entre. Sa Maîtresse pendant les heures qui vont suivre, est assise, impassible dans un fauteuil massif en cuir au fond de la pièce. Elle lui fait signe de monter sur un piédestal, au centre de la pièce sombre, pour être inspecté. Il baisse les yeux et obéit. La Maîtresse hausse légèrement les sourcils, comme pour demander une réponse, et l’homme dit :
« Mon nom d’esclave est Jon. »
Elle hoche la tête et fait signe à Jon d’enlever le peignoir en éponge. Jon obéit rapidement et se tient nu sur le socle pour être inspecté.
Sans un mot, la Maîtresse se lève et se dirige vers le piédestal. Elle tire en arrière le prépuce du membre de Jon et passe son pouce sur la tête bulbeuse et sous le rebord. Elle saisit la tige pour sentir sa circonférence et sa longueur considérables. Ensuite, elle soulève et soupèse ses énormes couilles, qui sont rasées comme elle aime. Elle saisit Jon par la nuque et le fait se pencher. Elle passe derrière lui et passe brutalement ses mains sur le cul de Jon. Elle écarte les fesses bien formées pour révéler un trou du cul glabre et ridé, rose brunâtre. Sondant son trou du cul avec son index, elle sent le sphincter commencer à céder. La Maîtresse sourit et hoche la tête avec satisfaction.
La Maîtresse fait signe à Jon de se lever tandis qu’elle poursuit son inspection. Elle remarque que la queue de Jon commence à se raidir. Tendant la main vers la poitrine de Jon, elle effleure légèrement de ses doigts ses mamelons. Instantanément les tétons durcissent et elle continue la douce caresse pour augmenter le plaisir de Jon. Ses tétons ont toujours été en quelque sorte « reliés » directement à sa bite. Toute caresse, torsion ou même traction brutale de ses mamelons augmente son excitation et son désir. Il caresse souvent ses propres mamelons lorsqu’il se masturbe ou est impliqué dans une activité sexuelle où il est libre de jouer avec ses tétons. Le plaisir évident de Jon ne passe inaperçu pas de la Maîtresse.
« Je suis Maîtresse Lira, dit la femme. Je suis ta Maîtresse jusqu’à ce que je te renvoie plus tard dans la journée, ou quand cela me plaira. Me comprends-tu, esclave ?
- Oui, Maîtresse Lira, répondit docilement Jon, mettant fin à la communication. »
Lira saisit Jon par son érection et le guide hors du socle. Elle le tire vers le grand lit dans le coin de la chambre. Elle fait signe à Jon de monter sur le lit, pendant qu’elle ouvre sa valise en cuir noir pour retirer des articles de contrainte, de discipline et de punition. Les poignets de Jon sont ensuite liés par des menottes en cuir noir, recouvertes de clous et d’anneaux en acier. Ensuite, elle choisit un instrument avec une petite palette recouverte de cuir à une extrémité et une lanière en cuir de cinq centimètres de large de l’autre.
Lira s’assure que Jon voit la sélection pendant qu’elle l’examine, avant de placer ses instruments sur le lit. Sa maîtresse attache les poignets de Jon à des crochets fixés dans la tête de lit, afin que les bras de Jon soient largement écartés de chaque côté de sa tête. Ensuite, Lira met des entraves similaires aux chevilles de Jon et soulève ses jambes pour fixer ses bracelets de cheville aux mêmes anneaux que les menottes.
Jon est étendu largement ouvert. Sa bite, ses couilles et son trou du cul exposés aux caprices de sa Maîtresse. Dans cette position, son sexe raide n’est qu’à quelques centimètres de son visage et pointe directement vers lui. Lira est debout sur le lit et se déshabille, révélant un corps tendu et athlétique avec de gros seins et des mamelons durs et dressés. Elle commence par frotter légèrement les tétons de Jon d’une main, caressant ses couilles et sa bite de l’autre. Jon se tortille sous l’exquis « tourment » sexuel de ses doigts.
Le trou du cul de Jon se serre à plusieurs reprises tandis qu’elle continue les préliminaires sensuels. Il respire plutôt fort maintenant, et se tortille de plaisir sous les soins de sa Maîtresse. Une goutte épaisse et claire de liquide séminal se forme au bout de son membre et se met à grossir au fur et à mesure que les préliminaires se poursuivent. Lira ramasse ce liquide sur son index et le pose sur sa langue. Jon soupire et sa respiration devient plus lourde pendant que le merveilleux tourment sexuel se poursuit.
Lira apprécie l’évidente excitation qui monte dans son Esclave qui se tord. Elle augmente le tourment sexuel, prenant un téton entre le pouce et l’index pour le faire rouler en lui appliquant une pression toujours croissante. Jon se tortille en sentant sa bite devenir plus dure et avoir besoin de soulagement, mais il sait que sa Maîtresse ne le laissera jamais jouir si tôt dans sa visite. Lira se met à tirer plus fort sur le mamelon de Jon et son plaisir/douleur augmente. Jon crie quand Lira serre ses mamelons et les tire aussi loin qu’ils peuvent s’étirer, provoquant une intensification du plaisir/douleur. LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de de Perry Sylvain
jeudi 14 octobre 2021 à 17h17 - par  de Perry Sylvain

Henic traduit MERVEILLEUSEMENT un excellent texte. L’auteur sait parfaitement doser, relater, ménager le suspense. Le traducteur réussit à rendre d’une façon SUBLIME la pensée de l’auteur, rendre très passionnante la lecture avec cette traduction PLUS QUE PARFAITE. Un TRES grand régal pour le lecteur. Sylvain.