Petit cachou -1-

Pratiques insolites
samedi 30 juin 2007
par  Iron fist
popularité : 1%
1 vote

C’est certain, il n’est pas comme les autres. Il se définit de différentes façons : il prend en exemple les sportifs de très haut niveau dans les sports dits extrêmes mais surtout assez marginaux, sports de rebelles face à la sociétésnowboard, surf, skateboard, roller, kite-surf, wake-board, base-jump, bungy- jump (saut à l’élastique) et d’autres encore...
Il dit qu’il est un extrémiste du sexe, particularité qu’il assume sans problèmes ni états d’âme.
Dans son approche des relations avec les gens des deux sexes assez ouverts pour comprendre, il se décrit comme un hétéro à géométrie variable, dans la mesure, dit-il, où il est capable d’apprécier le charme et la beauté masculine comme il en est de même pour la gent féminine, sans parler bien sûr ensuite de la concrétisation des relations insolites qu’il peut avoir avec les deux.
Dans sa vie de tous les jours il est perçu par la plupart comme un être atypique, il ne s’en défend pas mais les gens ont du mal à le comprendre, quant à lui, il y a longtemps qu’il ne cherche plus à le faire, il les accepte et surtout les ignore, plus ou moins.
C’est peut être parce qu’il est ainsi que ses relations amoureuses ont toujours été particulières et difficiles.
Ceci étant, arrivé à l’âge qu’il a aujourd’hui, il vit sa vie, tranquille et serein la plupart du temps. Oh bien sûr il y a encore parfois des orages, mais il a appris à les gérer et dilue les difficultés dans cette écriture qu’il affectionne.
Grâce à cet exutoire, il vous livre ses pensées les plus intimes, celles où il dévoile son corps nu et lisse par le biais de ces mots qui sauront vous exciter
Il vous parle ainsi de sa vie sexuelle, de ses rapports intimes avec le monde et les gens qui le constituent, il vous dévoile ses pratiques insolites...

PREMIER RENDEZ-VOUS

Aujourd’hui 30 juin est un jour pas comme les autres, j’ai eu le plaisir de rencontrer hier soir une charmante jeune femme mariée avec qui le contact est très bien passé. Lorsqu’elle m’a annoncé qu’elle était mariée, je lui ai rétorqué que je n’étais pas jaloux, "moi non plus" m’a-t-elle répondu en me demandant mon numéro de téléphone. Sitôt enregistré elle a fait sonner mon portable afin que je puisse enregistrer le sien. Avec un petit accent venu des îles elle m’a donné également son prénom que je ne citerai pas ; pour vous, elle sera "petit cachou", sachez cependant que son véritable prénom est un poème à lui seul. Mais un prénom ne suffit pas à charmer, jeune avec un joli petit minois, une stature de petite poupée bien faite, avec de jolis seins ronds, une paire de fesses fermes, féminine et souriante, conviviale apparemment, tout pour plaire à un homme dans mon genre.

Donc nous sommes le 30 juin et je dois partir en congé demain, mais la journée est belle, je suis debout depuis 6 h 30 et j’ai fait tout ce que j’avais à faire.

L’après-midi est à occuper, il est 12 h 00, il me vient à l’idée de contacter petit cachou histoire de prendre la température.

Profitant du fait qu’elle soit charmée par mon appel, je lui propose de se voir dans l’après-midi, elle accepte à condition que je vienne la chercher à proximité de son domicile, "en moto" lui dis-je, "ce n’est pas un problème" répond-elle, "13 h 00 à la poste" ajoute-t-elle.

La moto et deux casques, et me voila parti pour faire chevaucher le dragon à ma belle. Elle a accepté de passer chez moi puisque je dois avoir une visite pour la vente de mon appartement.

J’arrive 5 minutes avant l’heure du rendez-vous (on ne fait pas attendre une femme charmante) et je la vois arriver, un petit bermuda noir, un haut dos nu multicolore, de jolies petites chaussures au pied et un sourire qui lui illumine le visage. Une peau douce vient effleurer mes lèvres, me mettant un peu en émoi, je suis sous le charme moi aussi.

Nous voila en route, elle colle ses cuisses contre mes fesses, ses genoux dénudés invitent à la caresse, ce dont je ne prive pas à chaque feu rouge, "ça va ?" me demande-t-elle, "oui, très bien. Tu apprécies ?" réponds-je

"Ca va !" acquiesce-t-elle avec un sourire coquin qui en dit long sur ses intentions.

Nous arrivons au pied de mon immeuble à 13 h 30. Nous entrons dans le hall, jusque-là, j’ai encore affaire à une jeune femme raisonnable.

Nous entrons dans l’ascenseur, sitôt les portes fermées, elle se jette sur moi et dévore ma bouche en un baiser vorace telle une petite cannibale d’amour. Mes mains se plaquent sur ses fesses rondes et fermes et je la colle à moi en la soulevant à demi, ses seins sont contre ma poitrine, je sens sa respiration courte sur ma joue.

7eme étage, "nous voila au septième ciel" dis-je à ma petite mangeuse d’homme.

Il est maintenant 13 h 40 et ma visiteuse doit venir à 14 h 00, j’offre à boire à petit cachou, elle ne boit que de l’eau, nous nous installons sur le divan où elle vient se plaquer sur moi en commençant à ôter ma chemise, "ce ne sera qu’un apéritif, ma visite à lieu dans vingt minutes" lui dis-je, "pas grave" répond -elle dans un souffle "on continuera après" en ôtant son bermuda offrant à ma vue un très mignon boxer en dentelle orange habillant une taille délicieusement minuscule, elle se jette sur mon pantalon histoire de voir s’il peut résister à son désir de me l’ôter, ni le pantalon ni moi ne résistons, je me retrouve nu face à elle vêtue encore de son dos nu et de son boxer.

Ma queue est comme happée par sa bouche gourmande où elle devient raide, sa bouche est une pompe à vide, mon membre gonfle entre ses lèvres, je la relève et l’embrasse tout en soulevant ce corps léger, elle pèse à peine 45 kg apprendrai-je un peu plus tard, et je la transporte vers le lit où je la pose tout en me collant à son corps, elle me désire, je la désire, nos êtres sont tendus vers cette union.

J’ôte ce petit voile de dentelle qui me cache son pubis que je découvre démuni de poil, ma bouche vient immédiatement se coller à ses lèvres vaginales humides et ma langue s’immisce au sein de son intimité rose et délicate.

Sa main empoigne ma verge me branlant avec dextérité avant de l’enfourner à nouveau au plus profond de sa bouche pourtant petite.

"Que veux-tu ?" lui dis-je, "baises-moi" répond-elle, "je veux sentir ta queue dans ma chatte", "tu as des capotes ?" continue-t-elle.

"Oui" réponds-je en ouvrant le tiroir supérieur de la table de nuit où se trouve capotes et gel lubrifiant, le gel ne sera pas utile pour l’instant, elle est tellement mouillée que ma queue capotée va entrer dans un instant profondément dans son vagin ouvert sans rencontrer de résistance.

Elle est si souple que ses jambes se plient jusque ses seins, son cul apparaît dans toute sa splendeur sculpturale, je suis en train de la baiser et elle gémit de plaisir à mes premiers assauts contre ses reins cambrés pour ouvrir encore plus ce con qui avale ma queue comme sa bouche précédemment.

"Décidément cette petite me semble gourmande de partout" me dis-je en la retournant pour me mettre à la baiser en levrette et en glissant un doigt dans son trou du cul tendu mais souple pourtant, "aimerais-tu sentir ma queue entrer dans ton cul", "tu vas me faire mal" me répond-elle " ta queue est un peu grosse pour passer par là".

Je lui écarte les fesses en lui léchant le cul, "ne t’inquiète pas, je sais m’y prendre, et si je te fais mal, tu me diras, j’arrête aussitôt dans ce cas", je la sens en confiance, son cul se détend, elle cambre les reins pour me l’offrir et offre sa jolie petite rosette a mon gland, je le frotte contre son cul puis je commence à appuyer au centre de son trou du cul, il s’ouvre délicatement et ma queue commence à entrer lentement centimètre après centimètre, elle gémit d’aise.

"Je vais commencer par aller et venir doucement, lentement, pour que ton cul se détende, quand je commencerai à sentir que tu apprécies le mouvement de va et vient, je me mettrai à accélérer pour te faire découvrir ce plaisir particulier que tu peux retirer de la sodomie"

" Va doucement, je n’ai pas l’habitude" dit elle sans appréhension pendant que son cul et son corps se détendent à l’unisson.

J’accélère le mouvement et imprime à ses fesses une pression accrue, mon pubis tape sur son cul.

Elle commence à aimer vraiment, la preuve : " viens dans mon cul je veux te sentir éjaculer dedans" dit-elle, mes couilles commencent à avoir envie de gicler comme elle le réclame, je décide de me laisser aller et je jouis avec un grognement de bête fauve, je râle le souffle court et je m’écroule d’un coup frappé par un orgasme vibrant.

Elle hurle de plaisir " oh oui, je te veux dans mon cul". Nos reins sont secoués de spasmes.

Nous éprouvons après ce plaisir intense, le besoin de nous reposer un moment l’un contre l’autre,

"veux-tu boire ?",

"oui, je voudrais de l’eau, s’il te plait",

et polie avec ça ! cette petite a tout pour me plaire semble-t-il, il ne lui reste que quelques petites choses à faire pour me donner envie de continuer à la voir, mais ce sera dans la deuxième partie de cet après-midi pervers, disons que ça démarre sur des chapeaux de roues.

Nous discutons un peu elle m’avoue qu’elle aime le sexe, que ses tabous sont assez réduits, qu’elle apprécie autant un homme qu’une femme, ça tombe bien j’en connais quelques unes qui ont les même goûts qu’elle, nous allons prendre une douche, une envie d’uriner me prend, elle est face à moi, je me mets à lui pisser sur le ventre, elle écarte ses cuisses et m’offre sa chatte pour que je la gratifie de cette pluie dorée, encore un goût que nous partageons avec certaines de mes autres amantes. Ce n’est pas un potentiel que ce petit cachou possède mais un solide tempérament pour le cul et probablement l’extrême, à suivre de très près donc.

Après la douche, j’essuie son corps humide, nous faisons face au miroir , elle lève la jambe et pose son pied sur le lavabo, sa chatte attire irrésistiblement ma bouche , ma queue se manifeste à nouveau,

"Je vais te baiser face au miroir"

"Oui prend moi debout"

J’enfile une deuxième capote et me glisse d’un coup de rein dans son intimité tout en la soulevant légèrement, elle fait presque le grand écart je lui mets des grands coup de boutoir qu’elle accueille en râlant de plaisir, non seulement à me sentir la pénétrer mais aussi à nous voir soudés l’un a l’autre par nos sexes qui gouvernent nos sens à ce moment précis.

Nous retournons sur le lit, elle écarte les cuisses et sa chatte lisse me donne immédiatement envie de la lécher à nouveau, tout en se faisant titiller le clitoris par ma langue, elle s’arrange pour se glisser sous moi et gober ma queue avec ses lèvres charnues, elle passe ensuite à mes couilles qu’elle avale de la même façon, je bascule les reins légèrement en avant de façon à lui offrir mon trou du cul qu’elle lèche derechef, et goulûment en plus !

Mes couilles sont à nouveau happées par sa bouche pendant qu’elle entreprend de glisser le doigt qu’elle a mouillé dans mon cul,

"Tu aimes ça ?" lui dis-je,

"Oui, j’aime ça" répond-elle. Je m’arrête un instant de la lécher et regarde ses mains, petites et délicates,

"Si tu veux, tu peux glisser bien plus qu’un doigt dans mon anus, toute ta main si tu en as envie" m’entends-je lui dire,

"Ah oui ? Je n’ai jamais fait ça mais je veux bien essayer, mais je ne veux pas te faire mal".

"Pas de risque, j’ai l’habitude"

Elle salive abondamment sur mon cul, avant de commencer à introduire ses doigts les un après les autres, elle m’en a déjà glissé quatre, et le cinquième ne tarde pas a les rejoindre, sa main glisse en moi comme si elle n’était destiné qu’à ça, mon cul est rempli de sa main alors que ma queue emplit sa bouche qui me pompe avec délectation en bavant littéralement, je suis sur le dos elle me possède pleinement,

"Tu aimes avaler ?"

"Vas-y, inonde ma bouche"

Je jouis d’un coup, mon sperme déborde de sa bouche et coule sur ses lèvres, puis sur ma queue, je viens d’avoir un orgasme anal, elle continue à aller et venir dans mon cul, cela l’excite tant qu’elle ne tarde pas à jouir elle aussi de m’avoir défoncé, sa main tourne dans mon cul comme si elle jouait au "baby foutre", bon dieu quel pied, elle mérite vraiment ses cinq étoiles au gode et millaut.

"C’était très excitant, j’ai vraiment aimé te prendre" dit-elle.

Il faut dire que je sais offrir ce que j’aime prendre, il est certain que c’est parce que j’aime autant posséder qu’être possédé.

"Tu pourras recommencer la prochaine fois, tu veux de moi comme amant ?"

"Je vais réfléchir" répond-elle avec malice

" Tu vas avoir une dizaine de jour pour y réfléchir alors, je pars en congé demain jusqu’au 13 juillet".

Nous voila repartis à la douche pour la deuxième fois. Cette fois c’est elle qui me pisse sur la queue.

"Tu aimes ça aussi" me dit-elle ingénument, ingénue certes mais sacrément salope, perverse, coquine.

Waouh, un beau cul, ouvert, un beau corps, jeune, un beau visage, d’ange, une diablesse en matière de sexe cachée derrière tout ça.

Mais alors, me direz-vous, que demander de plus ?

Deux comme elle, peut-être...




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

    OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

    Allopass Solution de micro paiement sécurisé
    Secure micro payment solution
    Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
    To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur