Re Naissance

après midi arrosé
lundi 25 juillet 2011
par  lÔrye
popularité : 2%

Lundi, nous avions un rendez vous informel avec ma Maitresse dans un appartement.
Je dis informel, car elle avait peu de temps à nous consacrer et de plus cela faisait quelque temps que nous nous étions pas revu  !

Bonjour ma salope  ! me dit elle en effleurant rapidement mes lèvres des siennes  !
Bonjour Maitresse répondis je  !

Il faisait très beau ce jour la, et tout naturellement, nous nous installâmes à l’ombre, sur le balcon terrasse qui surplombait une grande prairie verdoyante.

Je ne savais pas comment cette rencontre allait se passer, et dans le doute, sachant que rencontrer ma Maitresse est toujours un grand moment, j’avais décidé d’être nu sous mon pantalon de toile  ! Au cas ou ! Que j’espérais  ! Bien évidemment  !
Une salope comme moi ne change pas  ! Surtout en présence de sa Maitresse  !

Elle était habillée d’une sage petite robe noire, le décolleté toujours avantageux, qui me donnait (et qui me donne toujours) envie d’y plonger ma bouche ou mes mains !
Allongés sur les transats, nous avons commencé a converser tranquillement .
Après de longues minutes a discuter de choses et d’autres ainsi qu’a notre devenir, gentiment la discussion a dévié, bien évidemment, sur nos envies réciproques …que nous avions du mal a cacher l’un et l’autre  !
Elle me fixa dans les yeux, avec un sourire narquois espiègle et vicieux a la fois, et lentement, elle écarta les cuisses.
Mon regard plongea bien immédiatement sur une ravissante petite culotte rouge qui épousait son sexe que je connaissais si bien  !
Je ne pouvais que me rappeler a cet instant, les nombreux facesittings qu’elle m’avait imposé !
Voir son sexe et ses lèvres corail gonflées d’envie, déjà humide de plaisir en attente se rapprocher des miennes était toujours un grand moment de volupté et me remplissait de plaisir ! Humm !
Immobilisé par la force de son cul, le fait de sentir les lèvres de son sexe m’écraser la bouche, en m’empêchant souvent de respirer, ne me laissait comme seul mouvement possible que de plonger ma langue au plus profond de son sexe, pour en explorer les moindres recoins, tout en aspirant sa mouille qui m’inondait peu a peu le visage, m’excitait comme jamais !

Tous ces bons souvenirs ne faisaient bien évidemment qu’augmenter mon excitation  !

Sachant qu’elle me permettait souvent de lui donner du plaisir, par ma bouche, mes mains ou mon sexe, en fonction de son bon vouloir, je pris cela comme une invitation et je m’approchais en m’asseyant sur le même transat  !
Lentement je fis grimper ma main le long de sa jambe en direction de son sexe, et j’effleurai rapidement l’arrondi de sa petite culotte rouge qui semblait n’attendre que moi  ! Ma main se fit plus pressente en épousant la forme de son sexe comme pour le réchauffer.
Tout en regardant son regard vicieux d’acceptation, j’écartais rapidement l’obstacle de tissu pour faire apparaître son sexe dont les lèvres semblaient s’écarter comme une invitation a y entrer.
Tout en se regardant dans les yeux, mes doigts lentement écartaient les lèvres de son sexe et ne purent que constater l’humidité qui y régnait  ! J’enfonçais délicatement un doigt au fond de sa chatte, tandis qu’elle écartait les cuisses plus largement pour me laisser le champ libre a mes investigations.
Rapidement, sous son regard approbateur, j’introduisis un deuxième puis un troisième, et je commençais a les faire rentrer dans son sexe, tout d’abord lentement, puis de plus en plus rapidement.
Je lisais dans son regard, l’abandon au plaisir, la montée lascive de ses envies perverses, tandis que je commençais a caresser de mon pouce son clitoris qui pointait déjà d’excitation.
Rapidement, elle cessa de me fixer pour se concentrer sur son seul plaisir. Sa tête commençait a aller de droite a gauche sous l’emprise naissant du plaisir et de l’action de mes doigts qui maintenant lui pistonnaient la chatte tandis que mon pouce semblait lui écraser le clito…  !
Après plusieurs minutes de ce régime, son corps sembla se raidir et elle émît un long râle de plaisir interminable que je connaissais si bien et elle ferma les yeux quelques instants comme pour mieux gouter au plaisir reçu.

Alors que je la regardais reprendre ses esprits, je me calais les bras tendus derrière moi, les mains au sol, j’avais écarté les cuisses pour montrer a ma maitresse que je n’étais qu’avant tout, son esclave, et que je me mettais bien évidemment a sa disposition.

Je n’avais a ce moment là, il faut bien le reconnaître qu’une envie  : que ma Maitresse dispose de moi comme bon lui semble...  !
Elle se redressa, et constatant mon regard qui commençait je suppose a briller d’excitation et d’envie, sa main se posa rapidement sur mon entrejambes ! Lentement elle zippa la fermeture éclair de mon pantalon de toile pour se saisir de ma queue de salope  !
Elle se mit a me caresser la queue tout en me dévisageant, commença a plaisanter sur elle, comme si elle s’adressait a une personne vivante  !
Son regard passait rapidement entre mes yeux et ma queue de salope comme pour constater de l’effet de son dialogue qu’elle tenait a ma queue.
Rapidement, son visage se durcit et je pu lire dans son regard, un début d’agressivité que je ne compris pas tout de suite et que je ne lui connaissais pas.
Elle se mit même à faire semblant de saisir mon sexe par sa bouche en simulant une fellation et me le claqua rapidement du plat de la main. Elle mélangea douceur et fermeté avec dextérité pendant un long moment.
Alors que j’étais, les bras tendus en arrière, et les mains reposant au sol, mon visage prés du sien, elle se mit a me lécher et me mordiller le lobe de l’oreille, tout en me murmurant toutes les choses qui la travaillaient, qu’elle me reprochait depuis notre dernière rencontre, me reprochant la distance que je semblais prendre vis a vis d’elle.
Je compris alors, au fur et a mesure qu’elle se mettait a frapper ma queue du plat de la main de plus en plus fort, qu’elle était en train de se venger de mon attitude  !
Je compris en un instant, entre la douceur de sa bouche sur mon oreille et la dureté de sa main sur ma queue, que ma maitresse avait changée en un instant.
Au travers de son regard, je vis qu’elle avait découvert en elle, un coté sadique qu’elle ignorait peut être avant, mais qui maintenant, semblait être une évidence.
Ses yeux devinrent durs comme de l’acier et je compris qu’elle aimait a cet instant ce coté sadique naitre en elle. Elle prenait conscience qu’elle aimait me faire souffrir, pour son plus grand plaisir, et pour son seul plaisir…..  !

Et ce petit jeu dura un bon moment  !
Elle l’arrêta d’un seul coup et me dit d’un ton sec  :
— A la douche  ! A poil  !

Nous nous dirigeâmes vers la salle de bains  !
Une fois nu elle me dit  :
— Allonges toi dans la baignoire  !

Une fois allongé je la vis s’accroupir sur les rebords de la baignoire  ! Elle avait juste retiré sa petite culotte rouge et mes yeux étaient attirés par son seul sexe qui trônait au dessus de moi  ! Je savais ce qui allait se passer  !
Ma Maitresse connaissant mes gouts pour l’humiliation allait me pisser dessus comme pour mieux m’humilier davantage et pour mieux me faire sentir des nouvelles conditions qui m’attendaient et qu’elle allait a présent m’imposer et me faire subir.
Son sexe frémit et je vis les premières gouttes de son champagne commencer a me couler dessus. Comme nous avions beaucoup bu, eu égard a la chaleur de la journée, son jet m’inonda rapidement le visage, les cheveux, le torse et le sexe. Immobile, je recevais ce champagne avec beaucoup de plaisir  ! Plaisir d’être humilié, plaisir aussi de voir les yeux de ma maitresse heureuse de m’humilier de la sorte  !
Sans même me laisser le temps de gouter aux dernières gouttes de son sexe, elle lâcha d’un ton sec  :
Laves toi  ! Tu pues  !
Après cette remarque humiliante, je pris ma douche et alla la rejoindre sur la terrasse.

En dehors de la scène d’humiliation au champagne, si ma Maitresse venait de connaître ses premiers émois sadiques, ce fut pour moi une révélation  !
Je venais de comprendre qu’une chose nouvelle m’arrivait  !
J’aimais ça  !
J’aimais les coups durs qu’elle n’avait donner sur la queue.
J’aimais cela surtout parce que je constatais le plaisir sadique que ma Maitresse y avait pris.
Alors que j’aurai pu lui faire part de la dureté de ses gestes, et lui demander d’arrêter, je suis resté immobile dans ma position d’offrande, muet, commençant a savourer un sentiment alors inconnu a mes yeux.
Je prenais du plaisir, non seulement a recevoir des coups, mais je constatais aussi que la personne qui me faisait souffrir en ressentait tout autant  !
La conjugaison de ces 2 éléments fut pour moi un déclic et un pas énorme dans ma soumission.

J’avais découvert, le coté maso qui sommeillait en moi grâce a elle  !
Il devenait évident que ma Maitresse allait être celle qui allait, la première, me faire souffrir, avec pour seul plaisir, celui de me faire souffrir.
Inconsciemment ce banal après midi ensoleillé nous avait ouvert une porte dans laquelle je sais que nous allons nous engouffrer  ! Elle pour développer son côté sadique et moi pour découvrir mes instincts masochistes  !

J’ai compris aussi que ma maitresse avait elle aussi compris du changement de notre situation  !

Nous savions a cet instant que je serai un peu plus encore, son esclave.
Nous savions qu’elle allait maintenant devoir, tout naturellement, me dresser d’une manière beaucoup plus dure encore !
Nous savions que j’acceptais déjà cette évolution dans ma soumission.
Nous savions que nous venions de franchir un nouveau grand pas en avant.

Vous avez dit Re naissance  ??????


PRECEDENT .................................................. A Suivre




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Logo de Henic
lundi 25 juillet 2011 à 16h57 - par  Henic

Une introduction qui promet...

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur