Nouvel ordre

vendredi 3 janvier 2014
par  Darkprincess
popularité : 1%
1 vote

C’est le récit de l’histoire d’une femme flic nommée Jenny, une belle américaine d’une trentaine d’année exerçant le difficile métier d’agent de police. Travaillant de nuit elle devait être d’une froideur et d’une autorité hors pair pour une femme qui côtoie la dureté de la rue .... Mais c’est là qu’en fait la véritable histoire commence et se répète chaque nuit !
Cherchant et traquant ses proies dans les rues, elle choisit les plus durs malfrats dans le but de les interpeler . En cette nuit elle reçoit un appel pour une agression sexuelle. L’occasion est trop belle pour Jenny et elle fonce interpeler le forcené !!! Une fois menotté et monté à l’arrière de sa voiture c’est là que le changement va opérer.
— Tu aimes agresser les faibles femmes, dit elle en le regardent avec mépris dans son rétro .
Celui ci répond d’une voix ferme :
— J’aime faire le mâle dominant et aucune femme n’est à même de ne pas être soumise à moi !!!!!
Jenny d’un rire moqueur lui répond :
— Et là tu te sens comment mon chaton ???
— Tu me défies, dit-il. Toi petite salope cachée derrière ton uniforme de police tu ne tiendrais même pas 5 minutes entre mes mains .
Il n’en faut pas plus pour que Jenny réagisse .
Enlevant son képi laissant apparaître une magnifique chevelure brune , puis ouvrant son blouson dévoilant une sulfureuse poitrine , elle dit :
— Tu crois savoir mettre tous ca à ta merci chaton ???
— Pffffff, répond-il cela ne sera pas difficile.
Jenny a une planque pour se genre d’occasion et si rend rapidement. Sortant son butin de sa voiture, elle se place devant lui les yeux dans les yeux .
— C’est quand tu veux, dit elle, tout en le détachant .
Il commence par tourner autour d’elle puis lui ordonne de se déshabiller mais elle refuse !!!
— Non je ne me déshabillerais pas !
Lui empoignant sa chevelure il tire fortement dessus ....
Un cri jaillit
— Ouiiiii ouiiiii je me déshabille.
Puis elle se retrouve en dessous très sexy . Il lui passa les menottes avec les mains derrière le dos, empoigne ses seins à pleine main puis d’une puissante pousser la plaque sur le capot ....
— Tu as un beau cul dis-moi , je vais le gifler jusqu’à ce que tu me supplies d’arrêter !!!
— Cela ne sera pas facile de me faire dire stop, rétorque-t-elle en ricanant. Et les premières gifles d’une main lourde et puissante commencent à tomber sur ses fesses, d’un claquement intense il martèle les fesses de Jenny.
Celle ci serre les dents mais ne bronche pas !!!!!
Après une vingtaine de claques sur les fesses, il dit :
— Tu es une dure toi ça me plaît bien.
Bien que Jenny ait les fesses rouge et brûlante elle ne dit mot . Mais le malin avais quelques petites astuces pour que cette fessée soit plus efficace..... Il prend la bouteille d’eau qui traine sur le siège ,la vide sur le cul endolori de Jenny et reprend les claques intensément avec un tout autre impact sur les fesses humides de celle-ci qui tressaille à chaque impact .
— Alors ça te fait du bien hein… tu les sens passer maintenant !!!!!
Elle répond dune voix stridente :
— C’est a peine mieux .....
Vexé l’homme arrête et laisse un blanc sans bruit ni geste puis soudain Jenny dirige toute son attention à écouter. Et elle prend une grosse inspiration quand à son oreille arrive le bruit du ceinturon se dégrafant !!!!!! Puis retentit un claquement énorme dans l’air suivi d’un cri intense .... L’homme reproduit ce geste en les comptants un par un et, à chaque impact, le même cri intense résonne dans la nuit. Une fois le chiffre 10 atteint, une petite voix toute tremblante dit :
— Stoooop stoooop stooooop c’est assez .....
L’homme fier de lui la redresse par les cheveux en faisant tournoyer fièrement son ceinturon. Avec un regard de mépris il lui dit :
— Alors petite salope tu commences à comprendre ???
La réponse ne fut pas celle attendue et retentit comme un rire sarcastique de Jenny.
— Tu me provoques à nouveau petite effrontée , tu es bien plus coriaces que les autres mais tu vas plier !!!!
Puis l’homme se met à fouiller la voiture de police et fait une découverte pour le moins intéressante .... L’homme se dirige à nouveau vers Jenny en agitant une drôle de trouvaille. Jenny, à la vue de cette trouvaille, ouvre grands les yeux d’effroi !!! Une chaînette avec trois pinces aux extrémités .....
— C’est à toi je suppose ce petit accessoire, murmura l’homme à l’oreille de la jeune femme toute tremblante .
Un oui à peine audible flotte dans l’air qui redonne le sourire à l’homme tout excité d’avoir trouvé un nouveau jouet .
— Viens ma jolie allonge toi ici, dit il.
Jenny s’exécute sans broncher. Allongée dans l’herbe fraîche ,son corps se trouve exposé à la lueur d’un lampadaire .
— Que tu es bonne, chantonne l’homme en se penchant sur elle.
Puis il se porte à la hauteur de ces yeux, la regarde subtilement avant de se jeter à pleine bouche dans son cou. Jenny frémit, puis l’homme sans raison apparente lui serre le cou très fort, déchire le soutien gorge puis le string de sa prisonnière ...... La jeune femme devant cette violence soudaine est effrayée, attachée par les menottes mains dans le dos elle ne peut se défendre ou se débattre . L’homme excité par le corps sublime de la jeune femme se met à embrasser ses seins goulûment. Chose qui fournit un grand plaisir à Jenny mais celle-ci cache son plaisir !!!!
— Alors mettons en place ce petit jouet, dit fièrement l’homme.
Il place une pince sur le téton du sein gauche ce qui provoque un sursaut à la jeune femme. Puis la deuxième pince est accrochée sur le téton du sein droit de la jeune femme ce qui provoque la même sensation. L’homme se demande où peut bien se positionner la troisième pince. Il la porte dans un premier temps vers la langue de Jenny qui obéit docilement à l’ordre d’ouvrir la bouche, il accroche la pince mais se rend compte que la chaînette est vraiment trop longue et du coup se dit qu’elle devait aller ailleurs ! Il la décroche et fait glisser la chaînette tout le long du corps de la jeune femme. Plus il descend plus la respiration de Jenny s’accélère à chaque centimètre parcourut jusqu’à la destination finale.
— Écarte donc tes cuisses, lui ordonne l’homme.
Mais elle refusa !!!!! En un éclair un rappel à l’ordre d’un coup sec sur la chaînette bien accrochée au sein de sa prisonnière donne le résultat escompté et elle écarte bien large ses cuisses laissant apparaître sa chatte toute lisse . L’homme ne put évidemment se retenir de se ruer pour manger le sexe de la jeune femme qui pousse un langoureux ohhhhhhh. Cela ne dure pas assez pour la jeune femme, mais l’homme bien déterminé à obtenir une soumission totale, place la dernière pince sur le clitoris de Jenny. Une fois celle-ci placée l’homme avec un petit rictus place sa main au milieu de la chaînette et tire dessus. La jeune femme ne peut résister et pousse des cris de souffrance !!!!!! Cette souffrance même qui lui procure tant de plaisir .....Après une dizaine de tension sur la chainette l’homme excité se lève et se met nu. Jenny porte le regard vers lui et remarque l’érection de celui ci .
— Qui t’a donner l’autorisation de porter le regard sur moi, dit l’homme
— Pardon pardon pardon, s’exclame la jeune femme, mais celui ci a déjà une petite idée sur ce qu’il allait infliger à la jeune femme. Il présente son sexe à l entrée de la bouche de celle ci et dit " Ouvres grand la bouche ...... " Elle ouvre la bouche et accueille le sexe de l’homme qui n’étant pas satisfait de l’ouverture de la bouche Jenny tire la chaînette ce qui fait ouvrir grand cette bouche si accueillante. Le voilà parti pour d’incessants va et vient dans la bouche de sa prisonnière la laissant à peine respirer l’étouffant même parfois. Inlassablement l’homme baise littéralement la bouche de Jenny qui a des larmes qui coulent sur le visage mais qui se laisse faire, totalement indifférente à son tortionnaire. Une fois rassasié de fellation, il retire une à une les pinces qui libère les tétons de Jenny, ainsi que son clitoris. Elle expire de soulagement, il relève sa prisonnière et la jette à nouveau sur le capot de la voiture en lui demandant si elle a aimé sentir bien profond dans sa gorge sa bite. Elle reste de marbre , ni réaction ni commentaire rien le silence absolu . L’homme contrarié tire sur la chevelure de Jenny en criant "J’ai pas entendu !!!!" Rien ne sort, aucun mot .....
— Ok dit il et il la plaque à nouveau sur le capot.
Cette fois ci il lui enfonce sa bite dans la chatte et se lance dans un va et vient fracassant, faisant plier la tôle de l’aile de la voiture. Donnant lieu à un acharnement hors pair la jeune femme gémit à chaque coup de reins
— Tu aimes que je te défonce, demande-t-il ???
— Oh oui dit elle , sauf que là tu me caresses chaton alors vas y démontes moi je n’attends que ça !!!!!!
Lhomme se sent humilié par une telle demande et redouble de vigueur en y rajoutant des claques sur sont postérieur .
— Ahhhhhh ahhhhhh ohhhhhhhh ouiiiiiiiii, crie-t-elle, brises moi ,casses moi ......
L’homme jubile de sa prestation mais soudain une chose au sol attire sont attention et le stoppe net !!!!! La matraque de la jeune policière prend soudain une tout autre rôle dans la tête de l’homme assoiffé de pouvoir. Il se retire puis ramasse l’objet crache dessus puis l’insère d’un coup sec dans la chatte déjà bien entamée de la jeune policière. La réaction est immédiate. Elle crie de plaisir , essaie de se débattre tellement c’est bon , elle ne contrôle plus rien, les sons sortent de sa bouche sans qu’elle ne puisse rien y faire .
— Stop stop stop, dit elle mais l’homme ne semble vraiment pas de cet avis et continue de matraquer la chatte de Jenny
— Supplies-moi dit il en criant !!!!!
— Non jamais répond elle, jamaiiiiis tu entends .....
— Ok répond l’homme d’un calme absolu, ce qui surprend Jenny.
Il retira l’objet de la chatte toute baveuse de la jeune femme mais à la grande surprise de Jenny il le présente directement à l’entrée de son anus et appuie. La jeune femme prise par surprise panique et ne trouve mot cohérent à dire mais trop tard l’objet pénètre déjà son cul. L’homme sans pitié rentre fort et va et vient avec la même rigueur, la jeune femme explose, crie tous ce qu’elle peut mais l’homme ne cesse de matraquer le cul de le jeune femme !!!! Au bout de 5 minutes, la jeune femme capitule et crie " je t’en supplie prend moi le cul avec ta bite je t’en supplie" . Alors l’homme satisfait de cette demande, retire l’objet et le remplace par sa bite et commence de puissantes insertions. Cela ne prend que 5 minutes pour qu’il éjacule dans le cul de sa prisonnière.
— Et voilà, dit il maintenant tu sais.
Il la retourne fasse à lui avec un large sourire. Les yeux brillant elle lui dit :
— Oui maître je sais à présent. Part, tu es libre lui dit elle.
L’homme s’habille puis tourne le dos et laisse la jeune policière.




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur