La punition de Catherine 1

La Punition
jeudi 4 février 2010
par  doc aldo
popularité : 7%
6 votes

Cette fois c’en était trop ! L’attitude de mon épouse Catherine était inqualifiable, non seulement elle faisait preuve d’une véritable paresse sexuelle, mais en plus j’ai appris récemment qu’elle avait eu une liaison, certes courte, avec un jeune employé de la grande société d’assurances où elle exerce comme cadre. Je lui ai donc mis le marché en main : soit elle accepte de subir pendant une période à déterminer un dressage, supervisé par un maître, soit c’est la séparation pure et simple. Après bien des pleurs et des discussions, finalement elle a accepté, la mort dans l’âme la première solution : LE DRESSAGE
J’ai donc contacté Maître Pascal, qui m’a été recommandé par un ami. Un rendez-vous fut pris pour que Maître voit Catherine et me dise s’il était d’accord pour s’occuper d’elle, car, m’a-t-il dit, il est très occupé et sélectionne soigneusement les femelles qu’il prend en charge...!
Le rendez-vous a lieu chez nous, j’ai prévenu mon épouse en début d’après-midi avant qu’elle ne se rende à son bureau.
— Rentre tôt ce soir, chérie, Maître Pascal passe te voir vers 20 h.
Elle a rougi puis bégayé :
— Euh, mais… bien, d’accord…
Je dois dire que l’après-midi m’a paru interminable, tant j’étais pressé de cette confrontation : comment mon épouse, si sûre d’elle et si hautaine, allait-elle réagir....!!!!!?
Je suis arrivé à la maison vers 19 h. Catherine attendait déjà, elle portait un jean et un chemisier décontracté. À mon arrivée elle a essayé de parlementer, me demandant d’annuler le rendez-vous, mais trop tard, j’étais bien décidé. En plus, le carillon de la porte retentit…
— Va ouvrir, cela doit être Maître…
Catherine revient un peu confuse avec un homme assez jeune, la trentaine, barbu et très maigre, le visage dur, sévère. Il porte un costume strict. Nous nous saluons, l’homme ne s’adresse qu’à moi, il désigne Catherine avec le doigt :
— C’est la femelle dont vous m’avez parlé ?
— Oui Maître, c’est Catherine.
Puis s’adressant à mon épouse :
— Prends cette habitude : quand on ne te demande rien, tu te places debout devant nous, mains sur la tête, doigts croisés, allez, obéis !
Je suis surpris de voir Catherine prendre la position demandée sans rechigner, elle se place et baisse le regard.
— Bien, dit l’homme, tiens-toi droite, poitrine tendue, et garde les cuisses ouvertes : tu dois toujours être accessible...!
Elle rougit de plus belle et rectifie sa position.
— Tends plus ta poitrine ! Voilà, parfait, ne bouge plus !
Puis l’homme s’adresse à moi :
— A-t-elle déjà été soumise ?
— Non Maître, je compte sur vous pour cela.
— Quel âge a cette femelle ?
— 41 ans, Maître
— A-t-elle enfanté ?
— Oui, nous avons un enfant.
— Elle est plus tôt bien faite, ronde, agréable, les seins lourds…
L’homme s’adresse à mon épouse :
— Quelle est ta taille de soutien-gorge ?
Catherine rougit et bafouille…
— Euh ! Humm… 90 bonnet E, Monsieur.
L’homme la reprend :
— Maître !
— Oui Maître.
Puis reprenant avec moi :
— Vous me parliez au téléphone de paresse sexuelle ?
— Oui, elle est assez passive dans nos rapports et ils sont peu fréquents ; en outre, elle est souvent désagréable.
— Bien, bien. Et y a-t-il des pratiques qu’elle refuse ?
— Euh, pas vraiment, mais…
— Elle pratique la fellation ?
— Oui, très bien même, mais refuse d’avaler la liqueur.
Du coin du regard, je vois Catherine liquéfiée de honte à l’évocation de ses pratiques sexuelles.
— Et la sodomie ?
— Parfois Maître, et il me semble qu’elle apprécie cette pratique.
— Bien c’est un bon point pour elle.
L’homme se lève, s’approche de Catherine et soudain, il lui palpe les seins sur le chemisier, elle a un mouvement de recul. Mais la voix glacée de l’homme la reprend :
— Allons, ne bouge pas, reste sage et docile. LIRE LA SUITE

vos réactions, conseils, idées pour la suite de l’histoire
sadoox12@yahoo.fr



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

samedi 21 avril 2012 à 17h40

Pas mal...pas mal...
sauf que je préfère les petits fruits d’amour plutôt que les fruits lourds
enfin c’est une question de goût !!!

Logo de doc
vendredi 5 février 2010 à 11h24 - par  doc

Heureux que ce récit que j’essaie d’écrire avec le plus de réalisme possible, tout en restant humiliant vous plaise §
doc

Logo de Bernard
vendredi 5 février 2010 à 08h09 - par  Bernard

Bravo,
Récit interressant, mise en bouche sympathique, dans l’espoir d’aller jusqu’au bout de cette histoire !
Continuez