La soumission de Stéphanie

2° partie
jeudi 19 novembre 2020
par  Henic
popularité : 2%
0 vote

4 – Entraînement à la masturbation

Stéphanie est à nouveau devant la porte de Jim, où elle frappe nerveusement. Elle y est à nouveau attirée comme un papillon de nuit par une flamme, sa chatte la menant le long de cet étrange chemin sur lequel elle s’est engagée dans le restaurant une semaine auparavant. Il est sept heures moins quelques minutes, le soir après qu’il l’a baisée pour la première fois.
Après que Jim l’eut prise en levrette sur le sol du salon, il avait pris son corps nu dans ses bras et l’avait portée dans une chambre. Il l’avait allongée doucement sur le lit et s’était allongé à côté d’elle, toujours complètement vêtu. Stéphanie se sentait si fatiguée, elle était contente d’être sur le lit moelleux. Jim venait de la caresser et de lui dire à quel point elle avait réussi, qu’il était très fier d’elle. Elle se souvient qu’elle s’était endormie très facilement, baignée dans une lueur de satisfaction.
Une minute, il l’avait apaisée dans la pièce éclairée, la suivante elle s’était réveillée en sursaut dans l’obscurité. Elle était troublée par le sommeil, ne sachant pas si c’était encore le matin ou non, mais elle avait immédiatement su ce qui l’avait réveillée. Jim était agenouillé entre ses cuisses écartées. Il avait attrapé son clitoris entre ses dents et ses doigts travaillaient sur son vagin, où ils entraient et sortaient en la caressant doucement.
Elle avait poussé un gémissement de plaisir, réalisant qu’il devait jouer avec elle depuis un moment avant de la réveiller car elle était très mouillée là-bas. Il avait levé la tête et lui avait souri, ses dents scintillant dans la faible lumière de la lune, filtrée à travers les rideaux. Puis il avait déplacé son corps nu le long du sien et, avec un peu d’aide de sa main, avait à nouveau glissé son membre raide en elle. Elle se souvenait avoir pensé qu’il était ironique qu’il eût touché son corps nu pour la première fois en plein jour, dehors dans le kiosque, et que la première fois qu’il était nu avec elle, ils fussent dans une pièce sombre et qu’elle ne pût pas vraiment le voir. Ces pensées passèrent bientôt, lorsqu’il avait commencé à la baiser sérieusement.
Le sexe avait duré plus longtemps qu’auparavant. Il avait été tendre et aimant, et cela l’avait rendue très confuse. Juste au moment où elle pensait avoir réglé la question, il avait fait quelque chose qui lui avait fait devoir y réfléchir à nouveau. À un moment, il lui donnait une fessée et lui ordonnait de faire le tour de son salon comme une poupée vivante, la minute d’après, il lui faisait l’amour comme s’il était un petit-ami « normal ». Puis, quand ils eurent joui, il l’avait emmenée sous la douche pour se nettoyer. Il l’avait regardée se nettoyer et après, il l’avait séchée avec une grande serviette. Puis il l’avait de nouveau troublée : alors qu’elle pensait qu’ils allaient se recoucher ensemble, il avait changé une fois de plus.
« Tu seras de nouveau ici demain, à sept heures. Cette fois, sois ponctuelle. »
Il l’avait ramenée dans le couloir et lui avait dit de s’habiller. Elle avait trébuché sur ses vêtements, ne sachant pas quoi dire. Quand elle était montée dans sa voiture, elle avait découvert qu’il n’était que minuit, elle pensait qu’il était beaucoup plus tard.
Elle se souvenait avoir pensé que peut-être qu’elle ne lui avait pas plu avec sa manière de faire l’amour et que cette pensée l’avait bouleversée, mais maintenant elle pensait que tout cela faisait peut-être partie du jeu sexy auquel ils jouaient, du moins l’espérait-elle.
Elle attend qu’il ouvre la porte. Sa confusion de la veille la trouble toujours. Elle ne sait pas où va leur relation et elle n’est pas sûre de ce qu’elle veut vraiment. Tout ce qu’elle sait, c’est que Jim l’a amenée à des orgasmes incroyables et qu’elle en veut plus, non, qu’elle en a besoin.
Alors que l’horloge de l’église sonne l’heure, il ouvre la porte.
« Il tient vraiment à la ponctualité », pense-t-elle quand il lui fait signe d’entrer. Stéphanie ferme la porte derrière elle et reste un moment juste à l’intérieur du seuil avant de réaliser ce qu’il attend. Elle se met à déboutonner rapidement son chemisier uni, espérant ne pas avoir trop tardé et avoir des ennuis. Jim ne fait cependant aucun commentaire en la regardant se déshabiller. Comme indiqué, elle ne porte à nouveau aucun sous-vêtement. Son chemisier est l’un des plus épais qu’elle ait, pour essayer de cacher ses mamelons libres, mais elle le trouve néanmoins attrayant. Après l’avoir placé dans la boîte, elle enlève ses chaussures et défait sa jupe lâche, qui descend sous le genou ; encore une fois, elle la trouve jolie, mais pas assez courte pour que son absence de culotte lui cause un problème.
Stéphanie est de nouveau nue, et même si elle est toujours gênée d’être nue devant quelqu’un, en particulier quelqu’un de bien habillé, elle se trouve à aimer ça. Jim, un sourire jouant sur ses lèvres, se retourne et se dirige vers le salon. Ne sachant pas quoi faire, Stéphanie se met à quatre pattes et le suit. Dans la pièce, elle s’arrête au milieu et prend la position « à genoux », se rappelant ses instructions de la nuit précédente.
« Bonne fille. Tu n’as pas eu besoin qu’on te dise quoi faire, tu as évité tout blâme - même si à l’avenir, je compte qu’il n’y ait aucune hésitation avant que tu te déshabilles. »
Jim ramasse sa cravache et se tient devant Stéphanie, qu’il regarde pendant environ une minute. Il utilise la pointe de la cravache pour relever son menton et lui faire tourner la tête vers la gauche, puis vers la droite. Stéphanie ne comprend pas ce qu’il fait, la seule pensée qui lui vient à l’esprit est qu’il manifeste son autorité, qu’il l’habitue à son contrôle. Cette pensée lui donne des frissons le dos, d’autant plus qu’elle sait qu’elle accepte volontiers ses instructions. Il finit par demander :
« Es-tu mouillée, salope ? »
Elle rougit à sa question.
« Oui, répond-elle, puis elle se souvient d’ajouter : …Monsieur. »
Elle ne peut pas se résoudre à regarder son visage et garde les yeux fixés sur les pieds de Jim. Elle se demande s’il a remarqué cette hésitation et si elle obtiendra un « blâme » pour cela. Elle n’est pas sûre de ce que signifie un blâme, mais elle devine qu’elle n’aimerait pas en avoir un.
« Bien sûr que tu l’es. Une salope comme toi est toujours mouillée. As-tu joui depuis que tu es partie d’ici hier soir ? »
Encore une fois, elle rougit.
« Oui Monsieur… »
Ça sort comme un chuchotement, mais il l’entend quand même et ne la fait pas répéter.
« Combien de fois ?
— Deux fois, Monsieur. »
Elle sait qu’une réponse simple ne va pas suffire, mais ne peut pas se résoudre à aller plus loin. Elle se sent mortifiée de lui parler d’elle à propos de ses moments privés.
« Quand et où ? »
Stéphanie sait qu’il ne sera pas satisfait tant qu’elle ne lui aura pas tout dit.
« À la maison ce matin avant de sortir du lit, et de nouveau au bureau, dans les toilettes des dames, Monsieur.
— Quelle vilaine salope tu es ! Se faire ça toute seule au travail. Fais-tu cela souvent ?
— Non monsieur ! »
Elle est choquée.
« C’était la première fois aujourd’hui, vraiment. »
Elle ressent le besoin qu’il sache qu’elle n’est normalement pas une salope folle de sexe. C’est ce qu’il lui a fait qui l’a tellement excitée et dérangée.
« Imagine ce que Samantha dirait si elle savait. Dois-je le lui dire ?
— Non, s’il vous plaît, ne le faites pas. Je ne le referai plus, promis. Monsieur.
— Ne sois pas si sotte, ne fais pas de promesses que tu ne pourras pas tenir. »
Il semble en colère pendant un moment, mais ensuite il se calme. Il continue ensuite avec un sourire sur le visage :
« En plus, je pourrais t’ordonner de jouir au travail pour moi. Aimerais-tu ça ?
— Non, s’il vous plaît, Monsieur. Je ne pourrais pas faire ça. Aujourd’hui, ce fut très difficile, j’avais tellement peur de me faire prendre. C’était trop humiliant.
— Alors pourquoi l’as-tu fait ?
— Je ne pouvais tout simplement pas me concentrer. Je ne parvenais pas à travailler - Samantha m’a même demandé si je couvais quelque chose. J’avais besoin de soulager la tension. »
Elle est désespérée qu’il comprenne que l’orgasme d’aujourd’hui avait été, devait être, unique.
« As-tu joui rapidement ? »
Stéphanie est en pleine action à présent, excitée d’avoir à raconter son histoire embarrassante.
« Oh oui. J’ai à peine baissé ma culotte avant de me branler. Cela n’a pris qu’un petit instant, Monsieur.
— Bien. »
Stéphanie est soulagée qu’il ne pose plus de question.
Jim ramasse quelque chose de petit, du tissu plié, sur la table basse, mais Stéphanie ne voit pas vraiment ce que c’est. Il continue de parler en reculant devant elle.
« Je pense que nous devons travailler un peu sur cette gâchette de poils que tu as entre les cuisses. Tu dois apprendre un peu de contrôle. »
Il lui tend l’objet qu’il tient dans la main, elle le prend et voit que c’était une sorte de bandeau pour les yeux.
« Maintenant, allonge-toi sur le tapis. Mets le bandeau. Jambes bien écartées. » LIRE LA SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Sylvain
lundi 23 novembre 2020 à 14h07 - par  Sylvain

La suite ne déçoit pas le lecteur. Le récit est parfait, bien rendu par l’excellente traduction de Henic. Certaines scènes répétitives ne lassent pas tant l’adaptation de la traduction rend ces scènes captivantes. Compliments au traducteur. Sylvain.