Deuxième épreuve

jeudi 19 novembre 2009
par  nathykara
popularité : 2%
2 votes

Depuis mon agression deux jours se sont passés, pas de manifestations de mon voisin, cependant chaque soir la peur au ventre je rentrais chez moi, me transformais en fille et redoutais sa visite.

Le vendredi soir en prenant mon courrier je remarquais une enveloppe kraft vierge de toute adresse une fois chez moi je l’ouvris avec empressement, que des photos de moi en femme et même une en gros plan avec mon plug anal.

Je rangeais tout et filais à la salle de bains me préparer, cette enveloppe me signalait sa proche venue, c’était un rappel à l’ordre, je m’empressai de me rendre fille.

Mon téléphone sonne :

"Tire tes rideaux et marche dans la pièce que je te voie mieux."

Je m’exécute .

Lève ta jambe que je voie tes chaussures, …….. mets tes escarpins à boucle, change toi je te veux en mini-jupe, la noir en cuir et juste un top bretelles et ton soutien seins nus, pas de string ni culotte, tu peux garder tes bas. Tu as dix minutes pour te changer et cinq pour déverrouiller ta porte et te positionner à quatre pattes dans l’entrée jambes écartées et la tête entre tes mains, lubrifie toi si tu ne veux pas avoir mal.

Il a raccroché, je me précipite modifie ma tenue, lubrifie copieusement mon anus car j’ai aucun doute sur ce qui va se passer, file dans l’entrée déverrouille la porte et me positionne, je me vois dans le miroir de l’entrée dans une position obscène, ma mini remonte sur mes hanches, ma peau apparaît au-dessus des jarretières et le bas de mes fesses sont bien accessibles.

La porte s’ouvre sans bruit, un flash, il me prend en photos le salaud.

— Souvenir, souvenir.

Je sens le courant d’air frais se glisser entre mes jambes, mes pointes de seins durcissent, j’ai un frisson d’angoisse la porte est toujours ouverte, il se positionne entre mes jambes et je sens son gland à l’entrée de mon anus, il pousse d’un coup, je retiens mon cri pour ne pas alerter les voisins de palier, il me lime longuement variant les amplitudes et ressortant pour mieux plonger d’un coup.

Je mords mon poing pour ne pas hurler,

— Tu déguste et en silence, c’est bien ma pute, ce serait con que tu appelle tes voisins à assister au spectacle, comme tu as été obéissante je ferme la porte mais à toute incartade je t’enferme dehors les mains attachées dans le dos.

Il se retire et ferme la porte, me relève à genoux et plante son sexe au fond de ma gorge.

— Suce et avale.

Il me viole la bouche plus que je ne le suce et dans un sursaut il m’emplit la bouche de son sperme, je déglutis tant bien que mal essayant de ne rien perdre.

— Bravo ma vide couilles beau boulot, sers moi une bière au salon sans verre.

Et il me claque les fesses au moment ou je me rendais à la cuisine, je prends sa bière et j’en profite pour boire un peu d’eau.

Il est installé dans mon fauteuil, a débarrassé le centre de la pièce de la table basse.

A genoux au milieu du tapis mains derrière la tête cuisses écartées.

Il se lève me tourne autour, pince un téton, tord l’autre, malaxe mes petits seins naturels si sensibles, je gémis.

Je vais te les faire grossir un peu, tu vas laisser pousser tes cheveux, je n’aime pas les perruques. Programme du week-end, ce soir je te laisse te reposer, tu as été très obéissante et ça me fait très plaisir.

— Demain matin dix heures tu te trouves habillée en fille dans mon garage, je te laisse une clef il y a le numéro dessus, pour l’instant je me fous de comment tu iras mais je veux qu’à dix heures piles tu sois prête et assise dans la voiture siège du passager avec sur les yeux le masque qui sera dans la voiture.

Je t’emmène en week-end prévois un sac avec du change, la tenue de ce soir, celle que tu avais l’autre jour et celle de tout à l’heure, pas la peine de culotte ou string ni de vêtement d’homme, ok ?

— Oui Monsieur, bien compris.

— Suce moi à fond et vas te reposer tu vas avoir un week-end chargé et épuisant.

Je prends son sexe en bouche et le suce, il me laisse faire, je pends du plaisir à sentir sa verge durcir et buter au fond de mon palais, je lèche ses bourses, avales ses boules et le reprends en bouche pour les derniers va et vient et il explose , je le nettoie consciencieusement.

Il se rhabille et presque affectueusement il me caresse la joue.

— Bonne nuit ma pute à demain.

PRECEDENT .................................................................... SUIVANT



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés, d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication

Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur