Un autre soir

dimanche 26 août 2007
par  Jiyes
popularité : 2%

Cet autre soir là, selon la règle, Jiya est nue, le sexe glabre, chaussée d’escarpins noirs à très haut talon, porte son collier de cuir et les bracelets de cuir aux poignets et aux chevilles. Tous les objets ou vêtements utilisés pour leurs jeux sado masochistes sont noirs, toute autre couleur n’ayant aux yeux de Jiyes aucune valeur érotique. Comme d’habitude Jiyes a installé une camera digitale qui montre la scène sur une TV à écran large. Une télécommande lui permet de filmer les moments les plus torrides qu’il aime revoir seul ou avec Jiya, c’est son côte voyeur.

Jiya a les jambes légèrement écartées, les mains menottées derrière le dos. Elle porte une pince sur le clitoris dont l’anneau est lesté d’un poids. Il a fallu quelque temps et une persuasion sévère avant que Jiya supporte et maintenant apprécie que son clitoris soit pincé et étiré. La mise en condition comporte habituellement une masturbation, elle ou lui et comme il dit une sensibilisation au martinet ou à la cravache, extrémité souple et au moins vingt coups.

Jiya a des seins généreux, un peu tombants avec l’âge. Jiyes hésite sur la phase suivante, poids au seins ou bondage, au fond, pourquoi pas les deux. Il trouve les cordes inesthétiques, c’est pourquoi il c’est pourquoi il a trouvé un autre moyen de bondager, de faire saillir les seins : un système de velcro, noir évidemment qui permet de serrer au maximum la base des seins. Le "plaisir" des seins est complété par la pose de pinces lestées aux mamelons. Il ne résiste pas au plaisir de finaliser le tableau par la mise en place des pinces aux grandes lèvres auxquelles il fixe des poids de 200 grammes à chaque pince. C’est ainsi "vêtue"qu’elle va chercher la bouteille de champagne rituelle. Les poids l’obligent à marcher les jambes écartées, pour accentuer la sensation de soumission, il lui demande de continuer à marcher en position accroupie. Jiyes est assis. Après avoir servi le champagne, elle doit rester debout pour boire et il lui demande balancer le bassin d’avant en arrière pour imprimer un large mouvement de balancier aux poids du clitoris et des grandes lèvres. Manifestement la sollicitation de son sexe l’excite.

Jiya va maintenant partir en promenade. Les pinces des grandes lèvres sont toujours en place, mais il a enlevé le poids de la pince du clitoris. Habituellement Jiyes la mène par une longue laisse qu’il attache au collier. Aujourd’hui la laisse est fixée à la pince du clitoris. En maintenant la laisse sous tension il la promène dans le living. Il l’oblige à marcher en levant les genoux très haut en cravachant les fesses qui rougissent rapidement. L’exercice dure une dizaine de minutes. Elle est autorisée à enlever les pinces et le bondage des seins.

Jiya doit maintenant se pencher en avant, dos à la camera, et prend appui sur le siège du fauteuil pour recevoir 5 coups de cravache qui seront régulièrement espacés, il utilise la tige, pas l’extrémité souple : Jiyes aime voir les marques sur les fesses. Ensuite elle se redresse pour recevoir le martinet sur les fesses. Depuis longtemps le martinet à larges lanières, bruyant mais peu efficace, a été remplacé par un martinet à lanières fines, beaucoup plus douloureux. Il lui demande de se masturber pendant la punition. Avec un peu de perversité, il lui demande donner le signal de la fin et compter les coups. Jiyes frappe de plus en plus fort, à son étonnement Jiya ne demande pas grâce, les fesses sont maintenant écarlates, elle jouit. Elle devient vraiment maso, but de Jiyes qui arrêtera à 50 flagellations. Il la tourne ensuite face à la camera, jambes largement écartées, et entreprend de frapper sa chatte par derrière, technique qu’il trouve plus efficace que par devant, les coups étant harmonieusement distribués sur le pubis, les grandes lèvres et le clitoris. Ensuite elle présente ses seins dans les paumes des mains pour une dizaine de coups de cravache. En vue d’une répartition équitable des coups, elle doit ensuite se pencher en avant, mains derrière la nuque pour permettre d’atteindre les côtés des seins. Pour que l’opération soit parfaite elle soulève ses seins par les mamelons pour offrir la face inférieure des seins aux coups.

Ils vont boire un autre verre de champagne accompagné de quelques zakouskis. Jiya met ses lunettes pour revoir le début de la soirée sur l’écran de télévision. Au début de leur expérience elle revoyait les scènes de bondage et de flagellation avec une certaine réticence mais maintenant cela l’excite.

Jiya doit maintenant se mette à genoux, les épaules au sol pour donner un accès idéal à son vagin et son anus. Ses orifices sont évidemment tournés vers la camera. Après avoir lubrifié abondement l’anus, le vagin n’en a vraiment pas besoin, tant elle a mouillé lors des exercices précédents, il entreprend progressivement son anus qui au cours des années est devenu très souple. Un doigt, puis deux pour élargir son conduit après quoi il introduit un plug gonflable récemment acquis, noir évidemment. Très progressivement il gonfle le plug jusqu’à amener la base qui est au niveau du sphincter à environ 5 cm. Jiya ahane, c’est le maximum qu’elle peut supporter aujourd’hui. Il laissera le plug en place pendant une dizaine de minutes, pendant qu’il la fiste dans le vagin. Plug enlevé il fiste l’anus, profitant de la dilatation et introduit facilement 4 doigts, il ne désespère pas un jour arriver à l’introduction de la main entière. Exerçant un aller retour s’accélérant il amène Jiya à l’orgasme en lui caressant simultanément le clitoris, sensibilisé par la pince posée précédemment.

Jiya toujours à genoux se redresse et se tourne vers Jiyes. Il remet les pinces lestées aux seins. Debout il va entamer sa jouissance dans sa bouche en frappant les fesses avec le martinet. Ensuite elle se retourne, pinces des seins en place, se met en en appui sur les épaules et écarte ses fesses pour offrir son anus. Le trou vient d’être largement dilaté, le membre glisse sans effort, il est littéralement englouti dans les entrailles de Jiya. Il va et vient lentement, au plus profond du rectum et finit par éjaculer à larges jets. Jiya a joui, aujourd’hui elle arrive à l’orgasme aussi bien en étant sodomisée que par la voie vaginale.

Pinces enlevées, amoureusement, ils boivent un dernier verre de champagne étendus dans le canapé, de cuir noir évidemment en revoyant les scènes de la soirée. Jiya gardera ses signes de soumissions, collier et bracelets pendant toute la fin de la soirée. Demain elle reprendra la direction de son cabinet d’avocats.

SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Logo de soumise-marly
lundi 10 février 2014 à 09h41 - par  soumise-marly

Une soirée remplie d’exigences, d’ordres, de jouissance et de jeux subtiles... comme je les aime quand je les passe en compagnie de mon Maitre Complice ! Et joliment raconté, merci pour cette lecture très excitante !
Amicalement, soumise marly

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur