Dompté par sa maitresse 6 et fin

mardi 18 décembre 2012
par  etalon_dompte
popularité : 2%
2 votes

Les jours, les fêtes et les semaines passèrent et nous avons décidé d’attendre le printemps pour décider en définitive. Nous continuâmes donc notre vie commune assez particulière.

Un jour elle me dit que ce sera bientôt mon anniversaire et qu’elle souhaitait le fêter de sorte qu’il reste dans mon esprit.

— Es-tu d’accord que j’invite quelques amies pour la circonstance ?

Pourquoi pas si cela lui ferait plaisir.

Durant les préparatifs je me suis retrouvé dans mon box de sorte
qu’elle puisse faire comme elle l’entendait et me créer la surprise qu’elle souhaitait.

La fête devait durer tout un week-end. Le samedi dans le courant de la matinée, après ma séance d’entrainement et de toilette je fus harnaché à la carriole avec tous les grelots. Je fus très surpris quand elle y ajouta des œillères et puis m’attacha après un anneau du mur de l’écurie.
J’ai attendu un bon moment ne sachant ce qui se préparait.
Subitement deux très belles jeunes femmes arrivèrent, montèrent dans la carriole et nous voilà partis pour une visite du domaine. Au retour deux autres non moins belles attendaient leur tour puis encore deux autres. Chaque ballade devait bien durer environ 45 minutes.
Je fus dételé et ramené au box avec mon harnachement. Deux à trois heures plus tard le même scénario recommençait avec trois fois deux belles femmes.

Je fus ramené au box comme dans le temps avec toujours mon habit, la chaine entre le nez et le sexe et les mains dans les boules métalliques.

Au matin entrainement et toilette. Après séchage au soleil, tout nu et mains dans le dos elle arriva et me banda les yeux avant de m’entraîner vers le château. Elle me fit monter à l’étage mais pas dans sa chambre me semblait-il. Je fus couché sur un lit, les mains attachées au sommet et les pieds au bas du lit. Tout nu et sans couverture. Elle m’enfila un god vibrant qui ne tarda pas à me faire bander. Elle ajouta des boules dans les oreilles et un casque par-dessus.
Soudain une femme arriva (je la sentais se coucher sur moi) et s’empala sur moi jusqu’à jouir puis elle reparti. Mon sexe commença à ramollir et c’est là que je senti le vibro se mettre en route. Bientôt une autre femme me fit de même que la première, puis une autre et une autre, six en tout.

Plus rien ne se passa pendant une petite éternité puis le vibro se remit en route et le manège recommença six fois. Après au moins une heure je sentis quelqu’un s’asseoir sur ma poitrine et me présenter son sexe. Le casque et les boules furent ôtés et ma chère me demanda d’ouvrir la bouche. Elle s’était rempli la chatte avec au moins une demi-bouteille de champagne et venait me l’offrir. Quand j’eus tout vidé et léché proprement elle me fit : "bon anniversaire mon chéri" et elle me détacha.

— Mes copines sont parties et tout est rangé, nous allons prendre un bon bain ensemble et je ferai ta toilette avant que nous allions dans mon lit.

Une fois couchés elle me demanda ce que je pensais de son cadeau.
Je répondis que cela a été formidable et restera inoubliable et qu’elle m’avait convaincu d’accepter définitivement son offre. Je ne voulais pas me prononcer avant d’être sûr de moi et surtout ne pas te créer de faux espoirs.

— Puis-je t’appeler ma chérie ?

— Mais rien ne me ferait plus plaisir et tu ne vas pas le regretter mais maintenant place au divertissement.

La nuit fut chaude et le réveil tardif.

Au matin elle me dit :

— Tu sais je ne voulais pas forcer ta décision mais je suis vraiment amoureuse de toi et regrette même la façon avec laquelle je t’ai enlevé et traité.

— Aucun problème même si au début j’étais vraiment malheureux et en colère, tu as d’ailleurs eue l’occasion de t’en rendre compte, aujourd’hui je suis super content et je t’aime vraiment. Finalement c’est une très bonne chose qui m’arrive, au boulot j’ai vraiment été malheureux et je n’avais pas de vrais amis. Pour ce qui est du traitement que tu m’as infligé, tu peux recommencer quand tu veux, tu le fais avec tant d’amour que j’ai vraiment fini par aimer. Lorsque tu auras envie exceptionnellement de rencontrer tes copines juste entre filles tu me remets dans mon box le temps qu’il faudra.

Elle me répondit :

— Je ne t’en ai pas parlé avant, pour ne pas orienter ta décision, mais j’ai prévu que nous passions chez un notaire pour officialiser notre union et faire en sorte que les choses soient claires si jamais il m’arrivait quelque chose. Auparavant il faudra qu’on fasse ôter l’anneau de ton nez. Il faut passer par le spécialiste qui l’a mis en place car je ne voudrais pas que tu sois blessé pendant l’opération de découpe.

L’opération de retrait de l’anneau s’est bien passé mais un peu stressant car il a fallu protéger mon visage pour pouvoir découper l’anneau avec une disqueuse (il avait bien été soudé).

Quelques jours plus tard elle me dit que nous avons rendez-vous chez le notaire.

Arrivé sur place je m’entends dire qu’elle a prévu que, vu notre union, nous étions copropriétaires de toutes ses propriétés mais qu’elle seule en serait la gestionnaire et que ceci serait valable tant que nous serons ensembles. Qu’à son décès j’en serai donc seul propriétaire. Si elle devait avoir des problèmes de santé et que sa capacité mentale ne lui permettait plus d’assumer je serais son tuteur à condition, bien sûr que notre union soit toujours effective et que je m’occupe réellement d’elle.
Si, pour une raison quelconque, nous venions à nous séparer, je ne serais plus ayant droit mais percevrais une rente de 6000€/an pour tous les mois passés ensembles depuis le jour de mon arrivée involontaire. Ce montant serait réactualisé tous les ans selon l’indice du coût de la vie.

Je croyais m’évanouir tant tout ceci était inattendu.

Le notaire me demande si j’étais d’accord avec ces dispositions et je répondis que si cela était bien sa volonté je ne serais pas contre. Ce fut donc officialisé sans que je ne sache vraiment l’importance de sa fortune.

Depuis, tous les jours au lever, qu’il vente ou qu’il pleuve, je vais m’atteler au tourniquet pour ma séance d’une heure sans oublier de relier le god au système électrique. Je suis toujours tout nu et parfois la manille qu’elle m’aura fixée au nez est reliée au sexe avec la chaine. Lorsque je suis attelé je mets mon bandeau sur les yeux et je passe les mains dans le dos et me les attache avec une paire de menottes. Lorsqu’il fait vraiment froid ou qu’il neige je mets ma combinaison de cheval. Quand le programme est terminé c’est toujours elle qui doit venir me détacher. Des fois je suis obligé d’attendre qu’elle soit disponible. Pas un jour ne passe sans que je ne fasse cet exercice et je ne m’en plains pas puisque j’ai une forme de sportif. Je lui avais demandé que si je n’ai pas été très correct avec elle, elle peut me mettre le programme renforcé à mon insu.

Nous menons une vie normale avec énormément de travail d’entretien. Nous ne sortons que très rarement et n’avons pas beaucoup d’amis mais ceux que nous avons sont de vrais amis !

Un jour, alors que je m’apprêtais à m’habiller, je constate un slip et un tee-shirt particuliers ainsi que le pantalon. Le tee-shirt comporte des trous au niveau des tétons. Dans le devant du slip il y a une ouverture pouvant être fermée avec une cordelette, je l’enfile et passe mon sexe entier au travers puis resserre la cordelette. Le sexe et la bourse sont à l’extérieur et ne peuvent pas rentrer. Pour le pantalon c’est pareil sauf que c’est un élastique qui a remplacé la cordelette. Je suis bien avec mon sexe à l’extérieur et le cadenas qui le ferme.
Sur ce elle arrive et sourit.

— Alors comment trouves-tu ta nouvelle tenue ? Rassure-toi ce ne sera que très occasionnellement.

Elle m’enlève le cadenas et me donne deux grelots à fixer après les trous de passage du cadenas et deux autres avec des pinces pour les tétons.

— Comme cela je saurai où je peux te trouver et cela me réconfortera de savoir que tu n’es pas loin.

Le soir elle me demanda comment j’avais trouvé la situation.

— Du moment que c’est ton idée cela ne peut que me faire plaisir.

Elle me dit que chaque fois qu’elle avait entendu les grelots son cœur avait commencé à bondir (elle a eu l’occasion de les entendre vu que je me suis beaucoup déplacé dans la propriété). Elle m’a enlacé et embrassé très longuement et très amoureusement. C’était mon plus grand remerciement.

Elle me dit vouloir ôter définitivement le cadenas du sexe.

Je ne suis pas convaincu car je crains que les trous du prépuce se referment et qu’elle ne puisse plus jamais les utiliser. Nous décidons de trouver des bijoux sexuels qui combleraient les trous en temps normal et qui assureraient l’utilisation ultérieur de ces trous soit pour le cadenas soit pour les grelots. Ainsi fut fait.

Malheureusement elle ne peut pas avoir d’enfants et c’est bien dommage.

Nous faisons l’amour presque tous les jours et je l’aime de plus en plus. C’est toujours elle qui a la position prédominante (pour ne pas dire dominante, ce qui serait faux car tout ce qu’elle me fait subir est un cadeau que j’accepte comme tel et que j’espère même). Les cadeaux sont d’être attelé par exemple, de passer à nouveau un jour ou plus dans l’écurie, de pouvoir la saillir comme la première fois (les yeux bandés, elle à genoux à côté du lit avec le buste sur le lit et moi, les mains attachées dans le dos, à genoux derrière elle et attaché par le nez à son collier à l’aide de la manille ce qui limite considérablement les mouvements mais quelle explosion, après elle se couche en travers du lit et me tire par la chaine du nez pour que je la nettoie à fond avec ma langue). Et j’en passe et des meilleures. A part cela nous menons une vie tout à fait normale. D’esclave enlevé et rabaissé au rang d’animal je suis devenu un mari comblé et très heureux. Merci mon amour, ma princesse, ma reine.

Voilà, vous connaissez toute l’histoire (ou presque) du cheval sauvage dompté par sa maitresse puis devenu châtelain.

L’intégralité de ce récit peut être téléchargé dans la zone abonnés de RdF



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur