Tribulations d’une assistante 1

L’entretien d’enbauche
mardi 18 septembre 2012
par  maryaline
popularité : 1%
6 votes

Je cherchais du travail et avis envoyé de multiples CV.
Un soir, je reçois un courrier d’une grande surface.
J’ouvre fébrilement l’enveloppe et suis surprise par la façon dont ce patron écrit mais heureuse d’avoir un entretient.

Tu vas venir à mes bureaux car tu cherches un stage. Après mûre réflexion, je décide de te faire passer l’entrevue. Nous verrons bien.
Je te fais passer celle-ci une fois que les employés sont partis.
J’ai vu ta photo, tu es belle.

La lettre est curieuse.
Mais j’ai tant besoin de boulot que le lendemain soir je me présente au Bureau de ce patron de grande surface.
Je me suis habillée sexy mais BCBG.

Il ouvre la porte et je rentre dans son bureau un peu angoissée.
« Bonjour jeune fille » dit-il d’un ton ferme et autoritaire.
C’est un assez bel homme de la cinquantaine mais qui porte sur lui l’autorité.

« J’aime les filles qui savent se faire sexy. Tu es provocante et j’aime les petites coquines. »

Je rougis et ne réponds pas de plus en plus angoissée par le ton que prend cette entrevue.

« Asseyez-vous ! Maryaline ? C’est ça ? »

Timidement je réponds un « Oui monsieur » qui le fait sourire
Et je m’assoie dans un fauteuil profond qui me fait remonter ma robe bien trop haute.

« Vous étés vraiment une très belle jeune femme habillé très sexy. Décidément, je sens que je vais profiter de la situation. »

Sur ces mots, je suis terrorisée et prête à m’enfuir.
Je n’ose pas le regarder. Je ne suis pas du genre à me soumettre mais j’ai terriblement envie de cet emploie.
D’un ton assez dur, il me dit :

« Pourquoi tu te présentes à moi. »

Je tente de répondre mais il me coupe fermement la parole. Je baisse la tête et ne sais quelle attitude avoir. Je sens son regard sur mes cuisses dénudées.
J’essaye un sourire un peu timide. Mais c’est la gêne que mes yeux trahissent.

Il approche son siège de moi.
Je me force à le regarder en rougissant.

Il s’assoit devant moi et ne se gêne pas de lorgner mes cuisses et mon décoté.

« Alors Maryaline, pourquoi je devrais t’embaucher. »

Je le regarde fixement. Je me mords la lèvre.

Je lui dis :

« Parce que j’ai absolument besoin d’un travail. »

« Que sais-tu faire petite »

En me disant çà, il s’’approche et pose une main sur mon genoux. Je sursaute et me crispe.

« Allons détend toi petite »

Et il monte sa main au niveau de ma petite jupe. Je repousse timide sa main elle reste fermement sur ma cuisse.

« J’ai une bonne expérience de secrétaire monsieur »

Il sourit et me dit :

« Cà ne suffit pas jeune fille. Il faut être obéissante et te plier à tous mes désirs »

En disant ses mots sa main remonte sur ma cuisse et passe sa main sur mes fesses en tentant de m’embrasser.

Je le repousse.

Il recule et d’un ton péremptoire :

« Salope ! Si tu veux bosser va falloir être plus obéissante que çà ! »

Je ne sais plus quoi faire et à contre cœur, je le laisse investiguer.

« Voilà qui est mieux ! Mais tu ne portes pas de culottes ! »

Et le voilà qui me lèche le minou.
Je me mords la lèvre pour ne pas gémir sous cette caresse mais je craque.

« Ta petite chatte est trempée ! Tu es chaude, humide. C’est un vrai plaisir. »

Il me fixe. Je suis très excité mais paralysée.
D’un coup, il se lève.
Me prends les bras pour me dresser d’un coup !
Je tiens à peine sur mes jambes.
Il me claque contre le bureau.
Il se trouve contre mon dos et je sens mon gros désir.
D’une main il me prend la nuque et me baisse pour me mettre en levrette.
Il me caresse la chatte déjà humide et me fous une grosse claque sur les fesses.

Je gémis.

« Monsieur, que faites-vous ? »

Il ne répond pas et me prenant les cheveux il me redresse d’un coup. Et m’enfile son braquer dans la chatte sans ménagement.

Je crie mais il me tient fermement par les hanches.
Il me prend le coup dans ma main et m’étrangle.
J’ai peur et en même temps, je sens comme une vague d’excitation qui monte en moi.

« Mais tu mouille comme une chienne salope ! »

Les mots qu’il prononce sont insultant et bizarrement çà me plait.
Il se met à me labourer la chatte et je m’entends lui dire :

« Oui encore ouiiii »

Il me dit à l’oreille :

« Que crois-tu jeune salope !? Que tu allais t’en tirer comme çà ? Tu devras me servir comme je le souhaiterais et où je le souhaiterais OK ? »

La jouissance montant en moi je luis répondis :

« Oui monsieur comme vous voudrez »

Alors en me tenant par les cheveux, il me dirigeât vers sa grosse queue.

« Suces petite salope »

Il m’imprimait le mouvement en me tenant la tête et enfonçait trop loin sa queue dans ma gorge me faisant tousser.

Le souffle coupé, je bredouille :

« Baisez-moi, je vous en supplie, baisez-moi... »

Il me tire la tête en arrière à nouveau.

« Crois-tu pouvoir me donner des ordres ! »

Je ferme les yeux et il se renfonce dans ma bouche. Sa verge dure comme du béton.

Puis me tenant les cheveux il me retire la tête en arrière.

« Hum… Tu aimes ça…chiennasse ! »

Je gémis et humiliée et honteuse :

« Ahhhh, oui, hum…oui monsieur ».

Là, il me retourne d’un coup sec !
Me soulève et m’assois sur le bureau sans ménagement.
Il me prend ma petite gorge dans la main fermement.
Il m’installe violemment au bord du bureau.
Je gémis. Alors qu’il me bascule d’un coup en arrière.
Mon dos claque contre le bureau.
Je m’agrippe au bord du bureau.
Il plonge son visage entre mes cuisses bouillantes !

« J’ai tellement envie de te bouffer ce minou trempé. Hum… »

Il le prend à pleine bouche pour le sucer d’un coup.
Il plonge sa langue dans ma fente juteuse.
Je me cambre.
Je lève la jambe gauche et la pause derrière ma nuque.
Je tremble, frémis. Je gémis. Je mouille tellement quel plaisir.

« Ouiiii encore oui c’est trop booon ! »

Il appuie sa langue fort sur mon clito. Il est tellement dur !

Il se met à le mordiller.
Je gémis de plus en plus fort.

Il me bouffe la chatte de plus en plus fort !
Je sens cette chaleur me monter dans le ventre.
Mon corps s’abandonne.

Je vais jouir. Je le sens. Il accélère. Je commence à jouir…
Puis brusquement, alors que j’allais hurler de jouissance, il s’arrête net !
Il se redresse.

« Crois-tu avoir le droit de jouir si tôt ?! »

Son visage est rougi de plaisir.
Je le regarde avec tant d’envie.
Je reste allongée sur le bureau, offerte.
Il fait le tour du bureau et je reste frustrée de mon orgasme naissant.
Arrive au niveau de mon visage. J’entrouvre la bouche pour gober se dard bien dressé.
Mais il me fourre ses doigts dans la bouche.
Comme une salope dépravée, je me mets à lui sucer les doigts.
Mes lèvres glissent sur ce doigt.
Je ferme les yeux doucement, je me caresse.

Je le regarde avec envie de mes yeux si gourmands…

« S’il vous plait, monsieur, donnez-la-moi. » et j’entrouvre la bouche à nouveau.

Je prends sa queue dans la main mais il me la retient d’un coup.
Je lui fais un regard de petite sainte tellement j’ai envie de pomper cette hampe.
Il me regarde fixement amusé de me faire ainsi languir.

« Je ne veux pas en rater une miette. J’ai hâte de voir cette belle bouche autour de mon gland gonflé de plaisir. »

Il me frappe doucement la joue avec sa queue.

« C’est ça que tu veux ? »

« Oh oui monsieur donnez-moi votre queue à sucer s’il vous plait »

Avec mon regard vicieux, je souris et prend ce magnifique objet dans ma bouche commençant une pipe comme je sais si bien les faire avec gourmandise.

Il me prend les chevilles d’une main et me claque les fesses.

Il me prend par la nuque en me tenant les cheveux.

« Alors que tu me suces de plus en plus fort. »

Je le regarde droits dans les yeux avec provocation.

« Tu aimes me sucer salope et tu le fais si bien. »

Alors que sa main tient ma nuque, il prend ma mâchoire et m’ouvre la bouche.
Il me pénètre profondément et fait des va-et-vient.

« Tu adores ça. Putain ! » En me regardant avec intensité.

Je gémis, Je veux jouir mais il enfonce son sexe dans ma bouche.

Il m’étouffe avec son sexe.

Je sens qu’il est prêt à exploser.
Il ressort de ma bouche brutalement.
Je tousse et essaye de reprendre ma respiration.
Il se met à gicler une première fois fort et abondamment dans ma bouche.

« Que tu es gourmande ! « 

Il gicle encore et je branle toujours.
Il grogne.

« C’est bon… »

Il gicle, encore et encore. J’en ai plein la main, plein la bouche, les seins.
Il me fixe avec malice

« Hum… Ma belle petite assistante. Tu as un bel avenir devant toi »
.
Je reprends alors son sexe qui débande dans la bouche. Je le lèche délicatement et le nettoya consciencieusement.

« Tu es mon assistante désormais. Il nous reste beaucoup de chose à explorer. »

Il m’embrasse sur les fesses.

« Hum. Que tu es douce. Rhabille-toi vite il y a un endroit que je veux te faire connaître… »

A SUIVRE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur