1 Deux amies....

jeudi 31 août 2006
par  Jocelyne
popularité : 2%

C’était la fin de l’après-midi. Cela faisait moins d’une heure qu’elles étaient rentrées de la plage. Isabelle s’était douchée la première et était étendue sur le ventre au milieu du grand lit de leur chambre d’hôtel.

Il faisait encore chaud ; elle ne portait qu’une petite culotte de coton blanc et elle feuilletait un magazine.

Sylvie sortit de la salle de bains en s’essuyant les cheveux mi-longs avec une petite serviette. Elle posa la serviette sur une chaise et s’assit sur le lit à côté de son amie. Elle caressa doucement des doigts de sa main droite le dos nu d’Isabelle.

— C’était sympa à la plage aujourd’hui, dit-elle. Tu n’es certes pas la seule, mais, tu sais, j’admire vraiment ta liberté de te baigner complètement nue …

— Ben, ce n’est rien du tout, répondit Isabelle, tu sais bien qu’avec mes parents j’ai fait du naturisme depuis que je suis petite. Je ne crois pas avoir rien à cacher…

Sylvie sourit.

— Là, tu as tout à fait raison ! Tu t’es rasé les aisselles, n’est-ce pas ?

— Oui, je pense que c’est plus joli. Tu sais, avec des hauts sans manches, les poils sous les bras c’est vraiment moche. Est-ce que cela ne te plaît pas ?

Du bout de son index, Sylvie suivait le bord de la culotte d’Isabelle avant de répondre :

— Cet après-midi, quand tu es repartie nager seule, puis revenue sur le bord, tu es restée un moment près des deux petites filles, tu te souviens ?

Isabelle pouffa :

— Ca c’est sûr ! leur père n’arrêtait pas de me mater en douce. Mais les deux petites sont gentilles. Pourquoi me parles-tu de ça ?

Isabelle se retourna et regarda Sylvie. Celle-ci planta ses yeux dans ceux de son amie :

— Tu sais, quand je t’ai vue si nue à côté de ces deux petites filles, j’ai réalisé pour la première fois que tes aisselles sont rasées....

Sylvie faisait glisser doucement sa main sur le devant de la culotte d’Isabelle avant de continuer :

— J’ai soudain pensé à quelque chose que je n’arrive plus à m’enlever de la tête.

Isabelle sourit à Sylvie et posa une main sur son épaule :

— Alors, alors, Sylvie ? Dis-le tout simplement ! Depuis quand avons- nous des secrets l’une pour l’autre ?

— D’accord ! …

Sylvie sentait avec ses doigts l’épaisse fourrure d’Isabelle à travers la fine culotte :

— Pendant que je te regardais à côté des deux petites, j’ai eu envie de te voir aussi nue que ces deux petites filles. Et je me suis demandé ce qui se passerait si tu me laissais faire…

— Mais, j’étais aussi nue qu’elles : pas de haut, ni de bas !

Isabelle regardait Sylvie d’un air amusé.

— On ne peut pas faire plus, ou plutôt moins, non ? Que devrais-je te laisser faire ?? Tu sais bien que je ferais n’importe quoi pour toi, non ? Donc, s’il y a quelque chose, dis-le !

Sylvie avait maintenant fait glisser le bout de ses doigts sous le bord de la culotte d’Isabelle et elle caressait les boucles de sa toison. Isabelle ferma les yeux de contentement.

— J’ai un peu peur que tu le prennes mal, répondit doucement Sylvie, et elle retirait prestement sa main quand elle sentit la main d’Isabelle retenir doucement son bras.

— Donc, ce que je voulais dire, c’est que je me suis simplement demandée comment tu serais si tu n’avais pas non plus de toison pubienne et que ton sexe était aussi nu et lisse et, … oui bon,… si c’était moi qui te rasais pour le voir. Voilà j’t’ai tout dit ! Tu peux éclater maintenant…

Isabelle se figea une fraction de seconde, avant de se reprendre et de caresser tendrement le bras de Sylvie.

— Heu, en voilà une surprise…

— Tu vois, je savais bien que tu le prendrais mal, l’interrompit Sylvie en se redressant et en tentant d’enlever sa main de la culotte d’Isabelle.

A sa grande surprise, elle entendit Isabelle lui susurrer :

— Laisse-la là, s’il te plaît.

Sylvie regarda Isabelle dans les yeux et la vit sourire.

— Si tu en as vraiment envie, Sylvie, alors dépêche-toi de le faire avant que j’aie le temps de réfléchir !

Sylvie regardait Isabelle d’un air ébahi. :

— Tu veux dire … Tu me laisserais vraiment faire ? C’est bien vrai ?

— Maintenant, ne parle pas, Sylvie, murmura doucement Isabelle, mais fais-le. Quoique … je ne sais pas si j’aurai le courage d’aller à la plage demain sans une culotte…

Elle eût un sourire espiègle :

— Mais je suis impatiente de sentir ta langue sur ma foufoune lisse !

Sylvie n’avait pas attendu et s’était levée le cœur battant et elle revenait maintenant de la salle de bains avec quelques objets qu’elle étala sur le lit. Elle glissa ses deux index sous le bord de la culotte d’Isabelle :

— Il nous faut enlever cela, dit-elle d’une voix tremblante d’excitation.

Isabelle s’était allongée sur le lit et souleva les fesses pour que Sylvie puisse lui ôter son slip. Elle se plia gracieusement à la douce traction de Sylvie qui lui écartait les cuisses et offrit son épaisse toison sombre et bouclée au regard de son amie.

— Je crois qu’il faut que tu saches, Isa, que je ne suis pas venue ici à la plage pour rien. Je ne veux pas que tout cela soit réservé seulement à nous deux… Si tu ne te sens pas de toi-même, il faudra que je te force à te montrer dans ta toute nouvelle splendeur, dit Sylvie d’une voix qui se voulait plaisanter, mais dont les accents étaient fermes, et elle empoigna de sa main droite le ciseau chromé.

Isabelle sentit un moment le froid du métal alors que Sylvie manoeuvrait le ciseau sur son mont de Vénus. Elle entendait les coupes plus qu’elle ne les sentait. Elle avait fermé les yeux et se tenait maintenant les cuisses très écartées, une main sur chaque genou. Après que Sylvie eût parcouru à plusieurs reprises avec ses ciseaux l’entrejambe d’Isabelle, elle balaya de la main les mèches coupées. Comme de petits nuages sombres, les boucles de la toison d’Isabelle glissaient sur le lit et livraient un commencement de vue sur son mont de Vénus qui n’était plus, maintenant couvert que part des poils de moins d’un centimètre.

Sylvie était concentrée sur son travail et eut tôt fait de couper très courts tous les poils des grandes lèvres d’Isabelle, et jusqu’à sa rosette. Isabelle soupira doucement lorsque Sylvie l’enduisit de mousse à raser qu’elle sentait un peu fraîche.

— Fais-le à fond, Sylvie, murmura Isabelle. Rends-moi comme si je n’avais jamais eu de poils !

Sylvie sourit :

— Bien sûr, qu’est-ce que tu croyais ?

Et elle glissa doucement le rasoir sur la peau d’Isabelle, laissant parfaitement lisses les endroits où les petits poils gâchaient encore le tableau. Bientôt le mont de Vénus d’Isabelle se trouva parfaitement lisse au-dessus et des deux côtés de sa colonne de chair fragile. Attentive et disciplinée, Sylvie continuait le rasage des grandes lèvres brillantes d’humidité jusqu’à ce qu’elles soient dépourvues de tout poil. Et même les plus petits restes de poils de sa rosette n’échappaient pas au regard et au rasoir de Sylvie et, lorsqu’à peine un quart d’heure plus tard Isabelle rouvrit les yeux, elle était depuis le nombril en passant par son sexe et jusqu’à son entre-fesse aussi dépourvue de poils que les deux petites filles de la plage.

— C’est fait, Isa ! lui sourit Sylvie en la prenant dans ses bras. Super ! On l’a vraiment fait !

Isabelle laissa glisser sa main droite entre ses cuisses et parvint pour la première fois à sa peau totalement lisse que Sylvie venait d’enduire de crème :

— J’y crois pas, Sylvie, dit-elle en regardant son amie avec des yeux grands ouverts. Je le sens, mais n’arrive pas à y croire !








align="middle" quality="high" bgcolor="#000000" name="12079_WP_a_315x300"
allowScriptAccess="sameDomain" allowFullScreen="false"
type="application/x-shockwave-flash"
pluginspage="http://www.adobe.com/go/getflashplayer"
flashvars="siteurl=aff.wiredpussy.com&sitename=wiredpussy&natsid=christinearven&program=revshare&campaign=flash"
>


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur