Un achat troublant

vendredi 19 septembre 2003
par  Christine Arven
popularité : 1%
2 votes

Ce lundi matin en arrivant au bureau, surprise agréable ! Sur mon bureau trône un paquet que j’attendais avec impatience depuis quelques jours et dont rien, vu de l’extérieur, ne laisse présager le contenu. Je sais ce qu’il contient..... Sur les conseils avisés de Dom en qui j’ai entière confiance en matière de plaisirs, j’ai en effet commandé la semaine dernière un plug. Il est là.....

J’ouvre rapidement le paquet et reste un peu interdite devant ce que j’y découvre. Je dois dire que l’objet ne correspond pas exactement à ce à quoi je m’attendais. La forme oui, une flamme effilée en caoutchouc souple rose mais d’une taille que je trouve ridiculement petite. A peine une dizaine de cm de long sur 3 cm tout au plus de diamètre. Je me demande quel effet cela peut avoir sur moi qui suis habituée à soutenir l’intrusion de membres autrement plus volumineux.

Mais bon, puisque Dominique m’a dit que ce tout petit objet prépare de façon idéale l’anus féminin au assaut d’un sexe masculin ..... Essayons voir...... Je m’isole donc et introduit délicatement le jouet dans mon anus. Il glisse en moi avec une facilité déconcertante et prend immédiatement sa place. Hummmmm...... Petit certes, mais présent je dois dire. Une présence discrète mais certaine. D’autant plus évidente lorsque je commence à marcher et que je le sens alors bouger doucement et frotter délicatement les parois de mon anus. J’ai manifestement, sans aucun doute possible, quelque chose planté dans le cul et la sensation est extrêmement agréable. Troublante. Subtile..... A tout point de vue, délectable......

Je m’amuse à déambuler dans le bureau comme si de rien n’était et je trouve particulièrement excitante l’impression que j’éprouve lorsque, parlant très sérieusement travail avec un collègue, je remue imperceptiblement les fesses afin d’amplifier la perception secrète mais oh combien présente, que je ressens d’être emplie. A l’insu de tous...... Sensation qui se propage alors le long de ma colonne vertébrale, irradie dans mon sexe des ondes de désir diffus et retenu et allume dans mes yeux, j’en suis sûre, une lueur ambiguë..... Dommage que Dom, ne soit pas là..... J’adorerai son regard sur moi connaissant, lui seul, mon secret.....

Je porte mon nouveau jouet depuis plus d’une heure et je suis maintenant très excitée. Cette sensation nouvelle pour moi, bien qu’il me soit déjà arrivé de porter au bureau des boules de geisha mais, me plaît énormément même si elle n’est pas vraiment propice à la concentration dans le travail. Les boules de geisha n’ont pas suscité en moi cette même réaction d’ouverture que fait naître le plug et qui met mon corps en émoi.
Il faut dire aussi qu’avec Dom, nous échangeons depuis des messages où je lui décris, à sa demande, les impressions que j’éprouve. Nos échanges de mail alliés à la présence de plus en plus tangible que je sens en moi exacerbe mon excitation.
Assise à mon bureau, les cuisses bien resserrées, je remue doucement les fesses en les appuyant fermement contre le fauteuil. Je sens alors le plug s’enfoncer davantage, bouger souplement au fond de mon ventre. Je remue un peu plus, le plug frotte contre les parois de mon anus, sensation de légère dilatation, d’écartement. La sensation de plaisir est très forte et se propage maintenant à mon sexe, à ma chatte que je sens s’humidifier....... La base du plug, souple et douce, appuie fermement contre mon anus. Je remue davantage pour la faire frotter contre l’entrée de mon cul. La stimulation est très forte.... Je ruisselle de désir. Je ne peux pas rester comme ça. J’ai envie de jouir.....

Une envie très forte.....

Aussi, je prends, dans le tiroir que je prends toujours grand soin de tenir fermer à clef, un autre de mes jouets. Il s’agit d’un œuf doré que je peux faire vibrer à ma guise.. Je le pose sur mon clito. Mets le vibreur en marche. Je reste un moment immobile savourant la sensation de plaisir que j’éprouve. Le plug enfoncé dans mon cul, l’œuf en train de vibrer contre mon clito...... Je suis bien ainsi...... J’enfonce l’œuf dans mon vagin. La vibration se propage alors au plug et au muscle de mon anus. Hmmmmmmmmm. Je sens le plaisir monter en moi..... C’est délicieux..... Je sens que je ne vais pas tarder à jouir..... Inutile de te dire que ce n’est vraiment pas le moment, bien que tout cela soit très discret, que quelqu’un entre dans mon bureau. Quoique........

Ce que je craignais est arrivé, quelqu’un, une jeune femme, très charmante qui plus est...., est entrée sans même frapper à la porte dans mon bureau pour me demander mon avis sur un dossier. Tu imagines ma situation...... au bord de la jouissance et obligée de parler bilan, situation financière...... comme si de rien n’était........ Sentant l’œuf vibrer en moi.... Heureusement que la vibration est quasiment inaudible.... Elle sort enfin... Il était temps...... je n’aurais guère pu me retenir plus longtemps...... Je fais aller et venir mon bassin contre le fauteuil. Je ne sais si c’est parce que le plug est en moi depuis plusieurs heures maintenant, mais sa présence est de plus en plus forte. Je le fais bouger comme je le ferais d’un sexe d’homme. Dommage que Dom, ne soit pas là....... J’aimerais qu’il me fasse me redresser, qu’il appuie sur mon dos pour me faire incliner sur mon bureau, les fesses offertes. Sentir ses mains écarter mes cuisses...... Retirer le plug...... sentir son sexe se poser sur mon cul et s’enfoncer d’un seul mouvement de rein au fond de moi. Je sais mon cul ouvert, préparé et il pourrait me pénétrer si facilement, comme je sais qu’il aime. Mon cul ouvert pour lui...... pour être empli par lui. Envie de sentir sa queue bouger en moi..... au plus profond de mon ventre..... me resserrer contre elle, l’aspirer au fond de moi...... Tout au fond..... ses mains sur mes hanches pour me retenir fermement contre lui...... me faire aller et venir le long de sa queue.... tige souple et ferme que je sens aller et venir au fond de mon ventre en mouvement de plus en plus rapide, de plus en plus envahissant....... Mes jambes écartées... mers reins cambrés...... offerte à ses assauts...... en redemandant encore et encore....... ne pouvant lui échapper..... Je l’imagine si bien planté ainsi en moi..... Je ne peux plus rien retenir..... Je jouis.......

Un grand merci à Dom pour m’avoir permis de découvrir cette nouvelle source de plaisir..... J’hésite maintenant à retirer ou à garder en moi le plug...... Je crois que je vais me sentir vide sans lui..... En même temps, je me dis qu’il est des plaisirs dont il ne faut pas abuser si on veut qu’il garde toute leur charge d’émotion érotique. Quel dilemme..... Je demande son avis à Dom..... qui me répond en me donnant l’avis de 2 de ces amies : "quand j’ai obligé une amie à le garder presque en permanence, elle ne se faisait pas prier, pour l’homme s’est si agréable de trouver un anus préparé. J’ai connu une amie qui ne s’en sépare pour ainsi dire jamais, c’est devenu une habitude comme mettre sa montre.... " D’autres avis ????

*****

Sur les conseils, toujours judicieux de D. j’ai procédé à d’autres quelques achats peu habituels mais oh ! combien générateur de d’excitation subtile.

Des achats pour mon plaisir bien sûr mais aussi et, surtout, pour lui plaire encore davantage et le séduire toujours plus. Je connais trop son goût pour le corps féminin pour lui refuser de me voir ainsi parée, telle une odalisque, comme il le souhaite et, ainsi, affûter et exacerber son désir. Si lui a sur moi ce pouvoir, auquel je me soumets avec délice et sans condition, du plaisir sublimé par la frustration auquel notre éloignement géographique me condamne, j’ai, moi, ce pouvoir de susciter son désir et de le tenter en lui accordant sans restriction toutes les exigences qu’il lui plait de m’imposer. Je me complets dans cette dépendance réciproque que nous savons tous deux faire naître et croître.

J’ai donc acheté les bijoux qu’il m’avait conseillés. Il s’agit de longs pendentifs à porter sur mes tétons et sur mes lèvres. Lorsque j’ai ouvert le paquet, j’ai tout de suite été séduite par leur aspect à la fois sobre et sophistiqué. La matière est belle. Dorée, brillante, douce et lisse au toucher. Légère et pourtant, je sens leur poids au creux de ma paume sans doute à cause des petites hématites noires qui pendent au bout des fines chaînettes en or. Un long moment, je les contemple, admirative, heureuse de mon achat et anticipant le plaisir de les porter. Le plaisir de me montrer à lui mes seins et mon sexe ornés de ces parures exquises.

Je m’isole un moment. Rapidement, je dégrafe mon soutien-gorge et dégage mes seins dont je constate que les mamelons sont déjà dressés d’excitation, anticipant à leur manière le plaisir d’être ornés. Je saisis ente le pouce et l’index mon téton et l’étire fermement. D’un mouvement preste, je l’entoure de l’élastique du bijoux et en resserre l’anneau autour. Même chose pour l’autre sein. Voilà, le bout de mes tétons est enserré dans les bijoux. Enchâssé serait le mot plus adéquat. Le lien serre légèrement l’extrémité de mon mamelon faisant jaillir mon téton que l’afflux de sang teinte, tel un délicat bouton de rose, d’une jolie couleur pourpre. Je griffe doucement du bout de l’ongle mon téton que la pression du lien rend extrêmement sensible. La sensation se propage brutalement le long de mon ventre jusqu’à mon sexe que je sens brusquement se contracter m’arrachant un soupir de contentement. La sensation est agréable.

Je mets en place maintenant les bijoux sur mes lèvres. D. a raison. Il faut absolument que je m’épile complètement. Ces bijoux ne supportent pas la moindre pilosité qui rend leur installation malaisée et qui, surtout, ne les met pas en valeur.

Arrivée chez moi, je sacrifie donc, sans aucun regret, ma toison. Je m’installe confortablement dans la salle de bain et méticuleusement étale du bout des doigts la crème dépilatoire. J’éprouve soudain une sensation de picotement alors que la crème astringente qui recouvre uniformément mon sexe d’un voile blanc et onctueux, commence à faire son effet. Au fil des minutes le picotement s’intensifie et je sens entre mes lèvres et autour de mon anus, une impression de légère brûlure. Mon sexe se contracte sous la sensation qui devient de plus en plus brûlante mais qui, paradoxalement, engendre en moi un trouble que je connais bien. Finalement, au bout de la quinzaine de minutes requise, je commence délicatement à ôter la crème avec un gant mouillé d’eau tiède. Lentement, je vois, fascinée, mon sexe se dévoiler, perdre cette barrière, dérisoire certes, de protection que lui offrait ma toison brune. Je fais aller et venir le gant enlevant soigneusement les dernières traces de pilosité. Me voilà nue, complètement. Le sexe offert. Je me regarde dans le miroir. Mes cuisses sont serrées mais je vois nettement se dessiner le pourtour de mes lèvres. Y encore fermé qui ne demande qu’à s’ouvrir et s’épanouir. L’image me plait. Elle suscite en moi une impression de force et de vulnérabilité. La force incommensurable et insondable de ma féminité mise à nu et ma vulnérabilité aux plaisirs et aux désirs masculins. J’écarte les cuisses et referme sur mes lèvres maintenant lisses et douces le clip des bijoux. Lentement, ma main glisse sur mon sexe subjuguée par la finesse et la délicatesse de la peau mise à nue qui a maintenant la douceur satinée d’un abricot bien mur empli d’un jus succulent. La sensation est délicieuse, exquise, d’une troublante ambiguïté. A la fois sexe de femme et d’enfant impubère. Je regarde les chaînettes pendre le long de mes cuisses amplifiant encore ces sensations de puissance et de faiblesse. Je remue doucement les hanches. Les chaînettes se balancent au rythme de mon mouvement, heurtant doucement mes cuisses.

Je reste ainsi, nue devant le miroir, admirant l’effet de ces bijoux qui ondulent et se balancent au gré de mes mouvements. Ma main glisse autour de mes seins, les caresse voluptueusement, mes doigts pincent mes tétons. Cela fait plusieurs heures que les liens des bijoux les enserrent et la pression se fait maintenant bien sentir. Mes tétons sont plus sensibles que jamais, avides de caresses, de baisers. Mélange de légère douleur et de plaisir que je n’arrive pas vraiment à démêler. Je suis debout jambes écartées devant le miroir, seulement vêtue de mes bas et d’un porte-jarretelles blanc. Mon autre main descend le long de mon ventre, s’immisce entre mes cuisses, se mouille à l’humidité qui sourd entre mes lèvres, trouve mon clitoris que je sens se durcir et se gonfler. Les clips des bijoux pincent fermement mes lèvres. La pression est plus soutenue que pour mes tétons mais, pareillement, il m’est difficile de faire la part entre le plaisir et la souffrance ténue qu’ils m’infligent. Au contraire, celle-ci exaspère mes sensations. Je suis mouillée de désir. Ruisselante. Mes doigts se font plus insistants sur mes lèvres gonflées. Plus précis. Je connais si bien la zone sensible, source de mes plaisirs les plus intenses. Me reviennent par flashes les images de notre première rencontre avec D. lorsqu’il est venu, inconnu que je n’avais vu, me rejoindre dans ma chambre d’hôtel et que je me suis livrée à lui. J’ai le souvenir brûlant de ses mains qui virevoltaient autour de mon corps, Le frôlaient sans jamais vraiment le toucher me faisant subir une torture des sens pire que tous les plaisirs réunis. Caresses d’une infinie douceur qui ont embrasé mon corps. Je le revois qui me regardait à travers la caméra, me soumettre sans aucune réticence à ses désirs, à sa volonté d’homme, m’imposant des gestes impudiques. Ligotant à sa demande mes seins, les serrant fortement avec les liens. Je sens encore leur dureté sous mes doigts. La trace des cordes sur leur peau si fine.

Une douce chaleur irradie mon corps, se propage loin en moi alors que ces images défilent devant mes yeux. Mon souffle s’accélère. Les images se font plus rapide. Les sensations éprouvées si présentes à nouveau. Je me regarde et c’est comme si c’était son regard qui me détaillait à nouveau, épiant mes gestes, comme si c’était lui qui guidait mes mains et me permettait, enfin, de jouir….



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur