2- L’hétaïre

Chapitre 2 - Confession d’une soumise
samedi 6 novembre 2010
par  herpin
popularité : 1%
2 votes

Lorsqu’elle sortit de son engourdissement, Florence constata que sa camarade était occupée à laper consciencieusement la mouille qui continuait à sourdre de sa fente. Maintenant que l’excitation était retombée, elle eut honte de la position dans laquelle elle s’exhibait, et plus encore au souvenir du spectacle qu’elle venait de donner en s’envoyant en l’air comme la pire des débauchées. Elle voulut repousser son amie, tout en protestant faiblement :

— Non…c’est mal…il ne faut pas…

Emergeant d’entre ses cuisses, Sylvie eut une moue boudeuse.

— Tu ne disais pas cela, il y a quelques instants.

— Je sais…mais j’ai honte ; je ne sais pas ce qui m’a pris.

— Tu n’as pas à avoir de remords ; j’ai pris beaucoup de plaisir, et puis tu sais, c’est très naturel.

— Tu sais, c’est la première fois…

— Je m’en suis rendue compte ; mais ne voudrais-tu pas recommencer ?

— Oh non, je n’oserais pas.

— Pourquoi ? N’as-tu pas aimé lorsque je t’ai caressée…N’as-tu pas été très excitée lorsque je t’ai embrassée, que j’ai palpé ta poitrine…N’as-tu pas joui lorsque je t’ai pénétrée de mes doigts ?

— Si bien sûr ; tu le sais bien…

— Alors ne voudrais-tu pas me rendre la pareille…N’as-tu pas envie de venir boire à ma source ?

— Oh, je ne saurai pas.

— Ne t’inquiète pas…toutes les filles savent faire cela d’instinct…et puis je te guiderai.

Totalement sous l’emprise de sa camarade, et beaucoup plus troublée qu’elle ne voulait l’admettre, Florence se laissa attirer par Sylvie qui la fit s’allonger sur elle-même, la maintenant sous le charme de ses propos, comme hypnotisée.

— Prends mes seins…caresse-les…presse-les…remonte jusqu’aux aréoles…vois comme elles réagissent, comme leur peau devient encore plus grumeleuse…regarde comme les petits bourgeons durcissent, comment ils bandent pour toi… prends les dans ta bouche… suce-les… fais-les rouler sous tes dents…n’ai pas peur de me faire mal, j’aime ça…oui comme ça, mord-les…oh oui écrase-les…ahhh…oui…tu apprends vite…maintenant, descend sur mon ventre…là…j’ouvre les cuisses pour mieux te montrer ma petite chatte…j’écarte les lèvres…tu vois ma fente, je la sens déjà toute humide…vas-y maintenant, parcours-la avec la langue, enfonce-la, remonte jusqu’à mon bouton…oui…tu as deviné…prends le bien entre tes lèvres…aspire-le…écrase-le…oui…oh non pas si fort ! Ahhh tu me fais mal…mais non ne t’arrête pas…continue à me torturer, c’est si bon…Attend, je vais me retourner, pour que tu puisses continuer à me lécher la chatte tout en me mettant un doigt dans le cul…j’adore ça. Voilà, je me mets sur le ventre, j’écarte mes cuisses, et je me cambre au maximum…regarde…je me saisis les fesses et je les ouvre…je sens ma fente ruisseler…lèche-moi…bois mon jus…maintenant encule-moi…oui…je sens ton doigt qui m’ouvre la pastille, il force…il s’enfonce en moi…vite mets-en un deuxième…éclate-moi…ahh…ahhh…oui, je pars…ouiiii !

Si elle avait craint un instant que sa partenaire ne se montre trop timorée dans ses caresses, Sylvie avait vite constaté que son élève avait bien profité de ses leçons, et qu’elle se montrait attentive à la satisfaire dans ses moindres désirs, aussi n’avait-elle pas eu à feindre ou à simuler le plaisir. Elle était restée longuement haletante, prostrée dans la position où l’orgasme l’avait submergée. Elle fut tirée de sa torpeur par une caresse insistante sur sa croupe. Elle sentait les doigts de son Sylvie courir doucement sur des boursouflures qui striaient ses fesses. Devinant l’étonnement de son amie et devançant ses questions elle lui avoua dans un murmure :

— Tu ne te trompes pas ; ce sont bien des marques laissées par un martinet ; elles commencent à être anciennes et ne vont pas tarder à disparaître. Il y a quelques jours j’avais encore les fesses bleuies et il y avait même quelques écorchures. Il faut dire que celui qui m’avait ainsi fouettée n’y avait pas été de main morte. LIRE LA SUITE

PRECEDENT ................................................... SUITE

ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Crabou
mardi 9 novembre 2010 à 12h40 - par  Crabou

J’aime beaucoup cette entrée en matière et j’attends la suite avec beaucoup d’impatience.