Cap

lundi 27 octobre 2014
par  Crabou
popularité : 1%
1 vote

Ce récit est un fantasme mais basé sur ce que j’ai vu lors de mon séjour au Cap cet été et sur des choses que j’ai vécues là-bas ou ailleurs. Il n’est donc pas très loin de la vérité.

—  Ce soir, nous allons passer la soirée chez Clair-Obscur, viens que je te rase le sexe et que je te dégage les seins.
Nous sommes au Cap d’Agde. C’est l’été et le beau temps est de la partie.
Ma femme et Maîtresse me prépare en vue de ce qu’elle souhaite me faire vivre ce soir. Nous allons commencer par aller souper (en belge dans le texte) dans le village naturiste avant de revenir changer de tenue en vue de notre visite chez Clair-Obscur.

Maîtresse sort de la chambre vêtue d’une robe similaire à celle de Mireille Darc dans le Grand blond avec une chaussure noire si ce n’est que le décolleté dans le dos est encore plus profond et que le buste est couvert par une dentelle qui laisse voir ses seins. Sur le devant, une grande fente monte jusqu’au nombril dévoilant le sexe nu et lisse de Maîtresse lorsqu’elle marche ou s’assiet.

Moi, je porte un pantalon dégageant les fesses et le sexe. Il est complété par une poche qui englobe mes couilles et tenue par un cordon qui se balance contre mes fesses à chaque pas et qui ne cache pas le rosebud enfoncé entre mes fesses. Maîtresse me fait enfiler un gilet court en cuir souple.

Nous allons jusqu’à la zone des commerces et flânons dans les boutiques. Quel plaisir de voir bouger les fesses de Maîtresse, le début de la raie bien visible grâce au grand dos nu.
Nous ne passons pas inaperçus, c’est le moins qu’on puisse dire. J’aime voir le regard des gens qui plonge vers son sexe lorsqu’un pas un peu allongé ouvre largement la fente de sa robe dévoilant ainsi son sexe. J’aime aussi les murmures des gens voyant le rosebud entre mes fesses ou mon "cache sexe" (exhib sexe serait plus judicieux comme terme).

En arrivant devant le Waiki Beach avec sa terrasse surélevée, lieu permettant particulièrement bien de voir et d’être vu, nous apercevons une table libre en bordure de la terrasse. Nous échangeons un sourire et nous nous précipitons vers la table. Maîtresse prend place sur le tabouret haut. Sa robe s’ouvre rendant ses cuisses et son sexe bien visibles à tous les passants. Les personnes à l’arrière de la terrasse, elles, bénéficient d’une vue imprenable sur sa croupe.

Je me penche par-dessus la table et l’embrasse
—  Tu m’excites. J’ai terriblement envie de toi
—  Il faudra que tu patientes encore un peu et en plus, la soirée te réserve encore bien des plaisirs

Rien de particulier à vous raconter sur le souper (en belge dans le texte) qui a suivi. Nous avons mangé dans le restaurant qui se trouve juste au pied de la terrasse du Waiki Beach. Nous y avons partagé une table avec un autre couple et nous avons échangé nos opinions sur les tenues des gens qui passaient près de notre table ainsi que sur les activités et possibilités diverses offertes dans ce village naturiste qui sort franchement de l’ordinaire.

—  Il est temps d’aller se préparer pour la soirée chez Clair-Obscur
—  Bien Madame, avec plaisir et impatience même.

Nous prenons le chemin de notre chalet. En passant devant Clair-obscur, Maîtresse salue le portier pendant que moi, je passe mes doigts sur la croix en bois qui orne la façade. Je sais qu’elle sera la première étape de notre soirée SM.

De retour devant notre chalet,
—  Reste dehors et déshabille-toi

Elle me tend un rosebud.
—  Pendant que je me change, reste comme ça, la main ouverte montrant aux passants ce qui occupera ton cul pendant la soirée.

Maîtresse rentre se changer. Lorsqu’elle ressort, elle porte des cuissardes et un mini bikini string en cuir. Elle tient un marqueur en main.
—  Tourne-moi le dos

Dans le bas de celui-ci, elle écrit : "Je suis à votre disposition. Touchez-moi". Elle fait de même sur ma poitrine.
Un petit collier en cuir enserre la base de mon sexe et elle y accroche une laisse. Le rosebud entre dans mon cul (huummm j’adore).
Elle passe ensuite un grand lacet autour de ma taille. Il est terminé par deux grosses pinces qu’elle relie à mon sexe en le passant entre mes fesses puis tend le lacet de façon à ce que mon sexe soit tiré en arrière entre mes jambes. Elle complète ma tenue par une paire de pinces accrochées solidement à mes tétons.

Elle prend la laisse dans une main et une longue cravache dans l’autre.

Nous parcourons longuement le village pour que chacun puisse admirer nos tenues et ma soumission. Pendant cette promenade, je redresse fièrement la poitrine ce qui rend les pinces sur mes seins plus agressives mais j’aime et ça augmente mon excitation. De même, je serre et desserre mes fesses pour mieux sentir le rosebud. Plus je vois le regard des gens se poser sur moi, plus j’ai envie d’être cravaché longuement sans plus attendre. Mais je ne suis pas au bout de mes surprises.

Alors que nous regardons des accessoires dans un magasin, une main caresse mes fesses puis me claque chaque fesse. Je veux me retourner pour voir de qui il s’agit mais devinant mon envie, Maîtresse me dit
—  Non ! Et tend ta croupe pour que la personne en dispose à sa guise

Deux nouveaux coups tombent sur mes fesses. Huummm, j’aime ce jeu.

Un peu plus loin, nous croisons un couple. Les yeux de la dame restent accrocher aux pinces qui ornent mes seins. Elle s’adresse à Maîtresse en tendant la main vers la chaîne qui relie les pinces
—  Je peux ?
—  Bien sûr

Ses yeux pétillent un peu plus encore lorsqu’elle se met à tirer sur la chaîne et que je laisse échapper un petit gémissement.
—  J’adore, dit-elle à son copain

Et elle tire de plus bel sur la chaîne. L’autre main descend sur mon sexe qui s’est redressé sous la douleur et la beauté de son corps bien mis en exergue par la tenue qu’elle porte. Maîtresse lui précise :
—  Il porte ces pinces depuis assez longtemps, enlevez les lui
Le retrait de la première pince me fait pousse un petit gémissement. Elle me regarde avec plus d’attention pour mieux voir ma réaction lorsqu’elle ôte la seconde. Elle les tend à Maîtresse.
—  Comment vous appelez vous ?
—  Klara
—  Klara, gardez les et rapportez les lui plutôt dans une heure chez Clair-Obscur. Il y subira bien des choses. Venez voir mais aussi participer si ça vous dit
Se tournant vers son copain
—  Pourquoi pas ! Depuis le temps que j’ai envie de découvrir ce monde, c’est une occasion rêvée.

Maîtresse me ramène devant Clair-Obscur mais au lieu d’entrer, elle m’attache le dos contre la croix se trouvant devant la porte. Elle demande au portier le panneau qu’elle a déposé dans l’après-midi. Il y est inscrit : Inscrivez ce que vous voulez qu’il subisse et je lui infligerai ce soir mais venez le voir souffrir pour vous.

Déjà passer une semaine nu dans ce village est déjà un vrai plaisir mais il augmente encore par le fait de porter en permanence un collier qui indique mon état de soumis, que ce soit pour aller chercher le pain le matin ou aller à la plage mais aussi même en dehors du village naturiste. Je le garde pour faire des courses en ville ou parcourir la brocante d’automne sur les quais du port du Cap d’Agde. Cela m’a d’ailleurs permis une belle rencontre à la plage. Une dame s’est approchée de moi et m’a dit
—  Ce collier vous va très bien et bravo de le porter aussi à la plage. Moi aussi, je suis soumise.
—  Merci. Vous devriez faire la même chose et être fière de votre statut.
S’en est suivi une discussion sur ce que nous aimons comme pratiques et ce que nous recherchions dans la soumission. Le lendemain, je l’ai vu arriver à la plage intégralement nue sauf une chaîne fermée par un cadenas accrochée à son cou. Elle s’est installée à côté de moi et nous avons continué à échanger sur nos envies et expériences.
Mais revenons à la soirée que j’étais en train de vous décrire.

Maintenant, mon excitation est encore plus grande car en plus je suis attaché à une croix, offert à la vue et au toucher de tous les passants et le tout sans aucune ambiguïté sur mon statut et surtout sur ce qui m’attend ensuite. Je suis terriblement excité et je voudrais que ce moment se prolonge mais en même temps, je suis aussi impatient de "subir" tout ce que Maîtresse a prévu ou que les passants inscriront sur le panneau.

J’adore le regard des passants et encore plus quand ils s’attardent, me touchent de leurs mains ou font courir leurs ongles sur ma peau. J’échange aussi des regards complices avec ceux qui entrent dans le club. Un couple m’a plus particulièrement marqué. La dame est la soumise avec laquelle j’ai discuté à la plage. Son maître lui dit
—  Écris sur le tableau ce que tu voudrais qu’il subisse en ton honneur mais sache deux choses : tu subiras la même traitement que lui et si ce que tu écris me paraît trop léger, tu seras punie.
Elle me caresse un peu et son regard me dit qu’elle aimerait être à ma place. Elle écrit : couvrir son sexe et la raie de ses fesses de cire. Elle pose ensuite un petit baiser sur mes lèvres, visiblement excitée elle aussi. Elle reprend le marqueur et ajoute sur le tableau le mot "abondamment" entre couvrir et son. Très bon choix, c’est mon tourment préféré. J’espère qu’on aura le plaisir de partager ce traitement plutôt que de le "subir" chacun de son côté.

Ce qui s’est passé chez Clair-Obscur est trop long à raconter ici et pourrait faire l’objet d’une autre histoire.

Voici juste un petit moment sur la fin.
Je suis à côté de Maîtresse, intégralement nu et une belle blonde s’approche de nous une longue cravache à la main.
— Bonsoir, je m’appelle Alice, dit-elle à Maîtresse en montrant son nom sur le tableau des supplices. Elle tend la cravache à Maîtresse et me caresse les fesses, les cuisses, le sexe. En me regardant,
— J’espère que votre maîtresse vous fera gémir si pas crier
— Je l’espère bien aussi madame, pour votre plaisir et pour le mien

Elle se penche et m’embrasse longuement tout en pinçant cruellement un de mes tétons avec ses ongles. Puis elle va s’asseoir. Maîtresse me met bien dans la lumière près de l’endroit où Alice s’est assise et commence à me cravacher.
Je vois s’approcher Klara et son copain. Ils prennent place près de nous. Klara dénude sa poitrine et tend les pinces à son copain qui comprend tout de suite ce qu’elle attend de lui. Elle grimace quand les pinces mordent ses tétons mais ne dit rien.

De son côté, au bout d’un moment, Alice glisse une main sur son sexe que rien ne couvre. De l’autre, elle empoigne vigoureusement le sexe de son voisin sans s’inquiéter de ses ongles qui lui entrent dans la peau.

Je regarde Aline dans les yeux et a dit Maîtresse
— Plus fort s’il vous plait

Elle ne se fait pas prier et chaque coup me tire alors un gémissement profond mais en même temps mon excitation monte au même rythme que celle que je vois dans les yeux d’Alice.
La jouissance d’Aline marque aussi la fin de ma flagellation et de mes cris par la même occasion. Mais un autre cri vient rompre le silence : Klara vient de retirer une de ses pinces. Je la regarde et elle hésite à enlever la seconde car elle sait maintenant qu’elle va avoir très mal. Je lui souris, elle hésite encore un peu puis sa main s’empare de la seconde pince et un long cri accompagne l’ouverture de celle-ci.

Après avoir récupéré, Klara se lève et me rend mes pinces.
— Je sais maintenant ce que vous avez enduré, du moins pour les pinces. J’espère parcourir prochainement les autres chemins qui transforment la souffrance en plaisir.

J’enfile un boxer en cuir qui laisse nu le bas de mes fesses et nous quittons Clair-Obscur. Avant de rentrer, nous faisons un petit tour dans le village et ça nous mène à un café Pole Danse.
— Tiens, c’est l’occasion de montrer tes belles marques

Je monte sur une table et commence à danser. Maîtresse me rejoint et m’ôte mon boxer
— Baisse toi et tend tes fesses à ces dames, qu’elles voient les belles marques qui couvrent ton cul et le rosebud qui s’y est enfiché.

Nous dansons un moment, Maîtresse enroule une jambe autour de la barre et frotte vigoureusement sa chatte contre celle-ci. Elle se place dos à moi, prend mes mains, les pose sur ses seins et me demande de les presser très fort. Pour accentuer la pression, elle pousse son buste vers l’avant. Elle se retourne et parcourt mon corps de ses lèvres en pliant les jambes pour aboutir à mon sexe qu’elle prend en bouche quelques instants.

Elle se redresse et approche sa bouche de mon oreille :
— Déshabille-moi

Elle se retourne. Je dégrafe son soutien-gorge et je le montre aux gens autour de nous avant de le lancer dans la foule. Tout le monde a eu ainsi l’occasion de voir les longues pointes qui le garnissent à l’intérieur. Maîtresse projette son bassin en avant pendant que je défais les deux attaches de chaque côté de son string. Il tombe à ses pieds et révèle lui aussi les pointes qui étaient plantées dans son sexe jusqu’à maintenant. Elle se retourne et se penche en avant sans plier les jambes, dévoilant le même bijou planté dans son cul que dans le mien : un rosebud.
Nous recommençons à danser, nous caressant mutuellement de plus en plus explicitement jusqu’à ce qu’elle s’agenouille pour prendre à nouveau mon sexe en bouche. Ses fesses et son sexe sont à portée de main des spectateurs. L’un d’entre eux pose une main sur ses fesses. Elle tourne la tête et lui sourit sans bouger sa croupe.
Le signal est compris et d’autres s’enhardissent. Des mains caressent ses cuisses et ses fesses, des doigts entrent dans son sexe. Elle synchronise le basculement de ses hanches pour s’empaler plus profondément sur les doigts qui la fouillent avec le mouvement de sa bouche sur mon sexe.

Nous jouissons tous les deux.
Elle se redresse et vient partager avec moi mon sperme dans un long baiser.

Pour rentrer dans notre logement, nous ne prenons pas la peine de nous rhabiller. C’est donc nu, nos "vêtements" à la main que nous rentrons en accentuant le roulement de nos fesses pour mieux sentir les rosebuds qui ornent toujours nos culs.





ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur