3- Emmanuelle B ou comment une jeune bourgeoise bcbg est devenue au fil des années, des rencontres une véritable salope, une femelle accro au plaisir, à la jouissance

Chap 3 : LA PREMIÈRE SOIRÉE D’EMMANUELLE À COSNE
mercredi 1er juillet 2015
par  emmanuelle batelle
popularité : 1%
4 votes

Je dois rejoindre le Dr Bernard à la gare SNCF. Il m’a dit que des panneaux annonçaient sa situation dès mon entrée à Cors.
Il est 17hres et des poussières que je réalise en jetant un coup d’œil sur le cadran du tableau de bord.

J’espère ne pas trop sentir le sexe, me vient immédiatement à l’esprit !
Je sens mon chandail en me penchant la tête dessus…non rien sinon une légère trace de mon parfum. Et puis je place mes mains sur mon jeans…je frotte un peu et je porte mes doigts à mon nez. Surprise, je peux percevoir une légère odeur de cyprine !! Je suis un peu mal à l’aise, mais je me dis aussitôt qu’on devra probablement se mettre le nez dedans pour percevoir cette odeur ! Et je souris….Et si on la sentait ?? Quelle effet cela aurait-il sur le Dr Bernard, me vient à l’esprit ? De ma vie, je n’ai pas vu beaucoup d’homme résister à l’odeur d’une chatte, me dis-je….Mais si c’est un homme très sérieux ? Je me réponds immédiatement : de la manière dont l’a décrit en quelques mots le Prof Philippe, il doit avoir un certain goût et un goût certain aussi pour ces odeurs….ou au pire des cas, il n’en fera pas un drame…

On affiche bientôt l’entrée dans la ville. Il est presque 17hres15. J’ai devant moi une trentaine de minutes pour rejoindre le Dr Bernard. Et Effectivement je vois un panneau indiquant que la gare est à 1 km, tout droit.
Il m’a aussi dit qu’il me rejoindrait au volant de sa Mercedes noire et qu’il porterait une fleur à la boutonnière.
- « En l’honneur de vous emmanuelle, m’a-t-il dit au téléphone et pour que vous ne faisiez pas une erreur sur la personne ! »
J’avais trouvé cette attention si délicate. Décidément je passerai du temps de qualité et du temps important pour ma carrière avec mes nouveaux collègues de CSL, que j’avais pensé.

J’ai vu la Loire. J’ai aussi vu le pont qui la traversait et je l’ai emprunté en virant à droite, alors qu’un autre panneau m’indiquait que la gare des trains étaient à ma gauche à 500 m
On y annonçait une Ile, l’ile de Cosne….j’ai roulé. Je ne l’ai pas vue…je la trouverai bien un jour cette Ile et j’ai poursuivis ma route…De jolis maisons, et puis un peu plus loin des vignobles, 1ou 2 restos, des gites, une station d’essence.
En la voyant, j’ai vérifié ma jauge dans la voiture et j’avais un peu moins que la moitié. Comme j’avais un peu de temps, j’ai donc garé ma Dyane face aux pompes.
Quelques minutes plus tard, le pompiste apparaissait….Le pantalon taché de cambouis. Les mains sales. Les ongles noircis par…je n’osais imaginer tout ce qu’il pouvait avoir sous ces ongles si sales !
- « Alors la belle, on fait le plein ? Et du super j’imagine pour votre bolide ? Qu’il me demande en me faisant un sourire laissant voir des dents noires qui auraient nécessités bien plus qu’un traitement de nettoyage que je me suis dit ! …c’est toi gros porc qui nécessiterai un traitement SUPER !!! »
- « SVP monsieur, mettez m’en pour 50Fr….et de l’ordinaire ! »
- « Ça sera 50 Fr pour la jolie demoiselle, me répond-il avec un sourire encore plus large…me montant un cas désespéré pour la dentisterie. Mon esprit de dentiste prend aussitôt le pas. Aucun moyen de sauver cette dentition que je me dis alors qu’il a introduit le tuyau dans le ventre de ma voiture. Et le salaud, en me regardant dans mon rétroviseur, en profite même pour se gratter impudiquement sa queue….
Il pense qu’il m’excite ce vieux cochon ? que je me dis….S’il se présentait à la clinique dentaire, je lui ôterais toute ses dents avec plaisir et en y allant mollo sur la carbo…qu’il souffre un peu ce vieux porc que je pense en éclatant de rire…..
Emmanuelle que me répond immédiatement mon esprit, ou mon ange gardien, je ne sais trop ! N’oublie jamais ton code de déontologie…Tu peux le souhaiter mais tu ne peux le faire en aucun cas !....Je sais, je sais que je me réponds à moi-même…mais il l’aurait bien mérité !

Il me rejoint et tends la main.
- « 50Fr ! »
Je fouille alors dans mon sac...J’y ai mis mon billet de 100 Fr, encore roulé et encore, je le sens en le retirant, mouillé par ma salive et ma cyprine.
- « Tenez monsieur ! »
Il prend alors dans la poche avant de sa chemise crasseuse un paquet de billets retenus par un ruban élastique et pliés en deux. Il me prend mon billet et me tend un billet de 50 Fr assez neuf pour que je ne fasse pas la moue en y touchant.
Il a mon billet de 100Fr dans ses doigts.
- « Dites donc, il a plu chez-vous ? Qu’il me dit en le secouant. Vous l’avez échappé dans quoi ce billet mamzelle ? Et puis il est chiffonné et roulé !! Vous avez une drôle de façon de serrer vos billets vous ! »
Je rougis…
- « Désolé je l’ai laissé échapper…. (J’ai failli lui dire dans les chiottes, mais je me retiens, je suis une dentiste bcbg, très bien élevée, et même qui a été chez les bonnes sœurs…)… je l’ai laissé échapper dans une flaque dos en partant ce matin de Paris, mais il vaut tout le même 100 Fr ! »
Il éclate de rire…..
Et il porte le billet à son nez !!

- « Et bien dites donc…elle a une drôle d’odeur l’eau de Paris ! Ça sent plutôt le s…… »
Je ne laisse pas le temps de terminer son mot.

Vieux salaud que je me dis en démarrant aussitôt, après avoir déposé son billet sur le siège côté passager.
Et dans mon rétroviseur, je le vois renifler mon billet et porter en même temps sa main vis-à-vis sa queue en mimant l’action de se branler….Il essaie d’attirer mon regard…Je le regarde une fraction de seconde et je file en me disant qu’il est temps que je rejoigne la gare, même s’il n’est que 18hres 40.
Je reprends le chemin inverse, je retraverse le pont….et des panneaux m’indiquent le chemin. Et bientôt me voici devant la gare.

Le stationnement est presque vide et je me gare bien en vue et avec de chaque côté des places de libre pour le Dr Bernard et sa Mercedes noire…et sa jolie fleur à la boutonnière !
Je coupe le contact et je sors de ma Dyane. Je sors de mon sac un miroir et me remets un peu de rouge sur mes lèvres…J’aime bien le rouge…le rouge vif. Il me va bien .Il me donne un aspect de ma bouche que je n’ai retrouvé avec aucune autre couleur. Je me trouve belle, je me trouve sexy quand mes lèvres deviennent encore plus charnues avec ce rouge que j’utilise depuis des années.
Et puis une retouche discrète à mes cils…Un peu de parfum dans mon cou, sur mes poignets…et pourquoi dans mon décolleté.
Je me regarde….

Merde que je me dis quand je réalise que mes tétons sont saillants. Je n’ai pas remis de soutif…J’ai vraiment l’air d’une pute surtout maintenant avec ce rouge à lèvres et mes tétons bandés….
Je regarde partout si je ne vois pas apparaitre une fichue Mercedes noire.
Non c’est tranquille !
Je regarde partout dans ma voiture à la recherche du soutif que j’avais enlevé en quittant la maison de papa. Je ne le trouve nulle part.
Bah j’ai dû le remettre dans une valise que je me dis.

Je vérifie de nouveau. Toujours pas de mercedes noire en vue…J’ai le temps que je me dis !
Je me dirige vers le coffre arrière. J’ouvre une valise…J’en sors un soutif blanc.
Je reviens vers l’avant et j’ouvre la portière arrière pour m’y engouffrer.
Personne en vue !
Je retire à la hâte mon chandail….je ne regarde plus dehors….Me faut mettre mon soutien et remettre mon chandail avant que le Dr Bernard n’arrive.
Je suis toute concentrée sur ce que je fais. Je mets le soutien avec les agrafes avant et je l’attache. Puis je glisse mes bras dans les fines bretelles…je retourne ensuite mon soutif vers l’arrière et j’y place bien me seins…Ca me prend 10-15 secondes ? Certainement pas plus !
- « Prenez tout votre temps que j’entends alors une voix me dire. Prenez votre temps emmanuelle, chère collègue, je ne suis pas pressée ! »
Et il éclate de rire.
Mon chandail est vite descendu. Je ne sais pas depuis combien de temps il est là…ni ce qu’il a pu voir.
Je suis rouge comme une pivoine, peut-être encore plus rouge que mon rouge à lèvres..
- « Dr Bernard je présume, alors qu’il m’ouvre la portière et que je remarque tout de suite une magnifique rose rouge elle aussi (fichtre…) à sa boutonnière.
- « Soi-même Dre Emmanuelle et chère collègue….et n’ayez crainte à votre pudeur. J’arrivais à l’instant ! » qu’il ajoute avec un sourire à la fois ironique, magnifique, doux, charmeur.
Je le regarde…je le dévisage….je ne peux baisser les yeux…je suis tout à fait intriguée….
- « Euh…Dr Bernard…que je balbutie….mais…..euh….! » et mes yeux le regardent presque effrontément.
Il éclate de rire.
- « C’est la ressemblance hein ? Ne vous surprenez pas…Tout le monde ou presque a la même réaction que vous quand on me voit et qu’on connait ou qu’on rencontre ensuite Philippe. On nous a toujours pris pour des jumeaux !
Effectivement, je suis bouche-bée devant la ressemblance…Même grandeur…..quoique je ne suis pas sûr si Dr Bernard n’a pas 1-2 cms de plus. Même regard, même yeux…..Je cherche quelques instants des différences…je suis trop confuse à cause de l’incident du soutif pour bien me concentrer…
- « Déjà pendant nos études, on nous prenait souvent l’un pour l’autre. On a su en profiter…Avec des nanas, mais je suis trop poli pour vous raconter ça, mais aussi lors de certains examens. Si le surveillant ne nous connaissait pas trop, il nous est arrivé quelques fois que l’un prenne la place de l’autre, ajoute-t-il dans un éclat de rire….Que de bons souvenirs !...Et on est toujours resté amis…comme 2 frères et même plus ! »
- « Ah ben dites donc, vous me voyez confuse. Dr Philippe n’avait rien dit sur cette ressemblance entre vous deux ! »
- « Je sais…On en avait causé un peu et on avait décidé de vous faire la surprise Emmanuelle ! »
- « Et quand vous êtes ensemble, on réussit facilement à vous distinguer ? »
- « Nos amis nous distinguent du premier coup d’œil…J’ai quelques grains de beauté dont un ici, sur la joue droite, juste sous l’oreille, au niveau de mon articulation temporo-mandibulaire Dre, me dit-il en pointant effectivement un grain de beauté ! »
- « Alors me faudra toujours vous voir de profil…et du côté droit, que je lui réponds du tac au tac ! »
- « Je marche toujours de côté qu’il me dit à la blague… »
Je sors alors de ma voiture, n’ayant pas réalisé que j’avais eu cette courte discussion bien assise sur mon siège arrière (because ce foutu soutif de merde…)
Je lui tends la main alors qu’il me présente la sienne.
Poignée ferme, comme je les aime.
Et puis il se rapproche et me prend dans ses bras pour me donner des bisous sur les joues…3 fois…je m’en souviens comme si c’était hier.
Et il sent bon ce type, en plus de tout son charme que je me dis, en le prenant moi aussi dans mes bras et en déposant 3 bisous…….et en laissant des traces de mes lèvres sur ses joues….ce que je remarque dès que je me retire un peu.
- « Désolée Dr Bernard, mais je crois bien que j’ai laissé de mes traces sur vos joues…Je ne voudrais pas que madame soit jalouse ! » que je dis moitié sérieuse, moitié à la blague,
- « Il n’y a pas de madame Emmanuelle. Je suis veuf depuis plus de 10 ans et je m’en porte très bien ! »
Il sort alors de sa poche de veston un carré de soie blanche et s’essuie le visage de mon rouge.
Il en met alors plein son mouchoir mais il en répand aussi un peu partout en essayant maladroitement d’effacer.
- « Laissez-moi faire. Je vais réparer ce gâchis ! » alors que je lui prends de sa main son carré de soie…
Mmmm fine soie……doux au toucher…..et dire qu’il devra probablement le jeter avec ces taches de mon rouge à lèvre.
- « J’ai un mouchoir dans ma voiture. SVP Dr ne gaspillez pas ce si beau carré avec mon rouge ! »
- « Hors de question…Je veux au contraire essuyer mes joues avec ce mouchoir qu’il me répond…et ça me fera le plus beau souvenir de notre première rencontre ! »
Je m’affaire alors à essuyer ce que je peux……toute émue par la gentillesse, la galanterie du personnage.
Il en reste cependant.
- « Pas sûre de pouvoir tout enlever, alors que je frotte doucement sa peau… »
Il me prend alors le mouchoir.
- « Je connais un truc infaillible pour ces marques de rouge sur la peau ! »
Et il porte le carré à mes lèvres que j’ouvre instinctivement….Je connais ce vieux truc de la salive…et je sors ma langue et dépose de ma salive sur son mouchoir qu’il me tient sur ma langue…
Je le vois avec ses yeux pétillants qui me regardent faire et qui m’encouragent.
- « Allez emmanuelle, votre rouge et votre salive me feront encore un plus beau souvenir de vous ! »
Ce Bernard me fait craquer que je pense….je me sens toute petite à ses côtés…Si c’est comme çà pendant toute la durée de mon stage…oufffff…
Et même ma chatte s’y met…je la sens se contracter…je la sens devenir humide…juste à cause de ce Bernard, de sa rose, de son carré de soie et de ses mots…Ce type doit rendre les femmes folles dingues que j’ajoute, alors que je reprends le mouchoir et que j’essuie minutieusement ses deux joues.
- « Ça semble bien maintenant Docteur…il n’y a plus aucune trace ! »
Il me prend alors…ou plutôt il me retire (tant son geste est sans équivoque) le mouchoir de mes mains. Devant moi, il le replie presque religieusement…il le porte à ses lèvres, il y dépose un baiser…il le sent…puis il le place avec précautions dans sa poche…

- « Et si on quittait me dit-il ? Votre logement vous attend et je suppose que vous voudrez vous changez ou bien prendre un bain ou une douche après cette route ? »
- « Tout à fait Dr, allons-y…J’ai hâte de voir l’espace que j’occuperai pour les prochains mois…et une douche ne sera pas de refus ! « ….et surtout après ce que j’ai vécu sur la route aujourd’hui….je dois empester le sexe que je me dis…
- « Alors suivez-moi, je vous conduis, c’est pas bien loin d’ici. De toute façon à Cosne, rien n’est bien loin de rien ! »
Il embarque dans sa mercedes de l’année, une magnifique voiture noire…Un bon jour j’aimerais bien en conduire une semblable que je me dis…et je garderais ma petite Dyane pour les routes l’été…..alors que je mets le contact et que je commence à rouler en suivant ses phares arrières et l’étoile mercedes grise sur fond noir.

Quelques minutes plus tard, je le vois mettre ses clignotants alors qu’il s’engage dans une rue transversale….Je le suis religieusement…Je peux voir ses yeux qui semblent briller dans son rétroviseur. Je peux voir aussi le sourire qu’il m’adresse.
Et ben ma fille….tout à fait l’homme de rêves…charmeur, beau, élégant…..et puis je me souviens de l’épisode du soutif et mes tétins durcissent…M’a-t-il vu ? A-t-il eu le temps de me voir en soutif ? Une chance que celui que j’ai choisi au hasard est un des beaux que je porte !! Ou bien a-t-il pu me voir mes seins et mes pointes ?.....Bof, à la rigueur, que je me dis en souriant, il le mérite bien…..Je sais que j’ai de beaux seins…On me le dit tellement souvent…et comme c’est un gentilhomme, il n’en parlera à personne et conservera pour lui ce coup d’œil qu’il a pu avoir….

La mercedes s’engage dans une ruelle et je vois une grille qui s’ouvre. Sans doute Dr Bernard a-t-il une commande à distance, que je me dis…C’est assez nouveau ces bidules, mais il en a certainement les moyens…..
Je le suis dans la cours arrière de ce long bâtiment…Sans doute une vieille maison…Il y a un puit au centre de la cour…peut-être même une ancienne ferme…C’est gigantesque. Ça doit bien faire près de 20 m de carré que je pense en regardant furtivement les alentours.

La porte de la grille se referme derrière moi. LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre ainsi que du suivant est disponible pour les abonnés de RdF


Chap 2 ........................................................................... Chap 4




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de AngeM78
lundi 14 mars 2016 à 11h34 - par  AngeM78

Texte bien écrit, mais pour l’instant rien de tres excitant (à part l’épisode du soutien gorge dans la voiture).
Esperons que la suite sera plus excitante !

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur