Du temps ensemble

jeudi 5 novembre 2009
par  silvan
popularité : 1%
0 vote

Sabrina et moi aimions jouer ensemble à des jeux de bondage, et le faisions depuis longtemps. Nous aimions tous les deux avoir une petite aventure dans nos vies tellement convenues, et aujourd’hui était le jour que nous avions attendu avec intérêt pendant presque un mois. Nous allions faire le grand plongeon aujourd’hui pour la première fois. Ardemment, je me réveillai tôt à cause de bruits très inquiétants : le tonnerre. Ce qui naturellement fut suivi de la pluie, une situation très inattendue pour ceux qui vivaient dans le désert du sud-ouest. Pendant que Sabrina se réveillait et réalisait qu’il pleuvait dehors, nous nous pelotonnâmes ensemble dans le lit et boudâmes le temps qui ruinait notre plaisir.

Ne sachant pas quoi faire, nous restâmes là à nous étirer et apprécier l’air frais et la paix calme de début de matinée. Après environ une heure nous commençâmes à bouger et à nous chamailler. Après seulement quelques minutes de baisers je demandai à Sabrina si elle voulait m’attacher. Après tout, je faisais toujours la moue de ne pas être capable de faire le grand plongeon et me sentais plus docile que d’habitude. Sabrina me dit qu’elle avait la même impression et qu’elle préférait plutôt être attachée que de m’attacher. Ceci nous mettait dans une situation qui se produisait tous les quelques mois. Sabrina et moi nous nous sentions dociles en même temps.
C’était alors que Sabrina suggéra que nous appelions Stéphanie et Laure, deux de nos amies qui partageaient notre intérêt pour le bondage. Stéphanie et Sabrina étaient de bonnes amies et avaient déjà joué avec nous, Stéphanie fut très excitée quand Sabrina l’appela et lui demanda si elle voulait venir. Elle arriva en moins d’une demi-heure, ce qui était une vitesse record pour Stéphanie les autres jours.

Nous sortîmes tous deux du lit et prîmes un petit déjeuner tandis que nous attendions l’arrivée de Stéphanie. Elle a mentionné au téléphone qu’elle avait imaginé des choses nouvelles et créatives, et qu’elle allait attendre avant d’appeler Sabrina, ainsi elle pourrait essayer quelques nouvelles positions dont elle avait rêvé pour nous. Elle fit une arrivée fantastique lorsque qu’un puissant éclair de tonnerre secoua la maison alors qu’elle ouvrait la porte d’entrée.

Stéphanie était comme à son habitude. Grande, cheveux noirs très courts, et un regard perçant qui rayonnait de confiance en soi. Elle avait le parfait look et paraissait être parfaite pour une femme qui allait avoir du plaisir à attacher et taquiner ses amis. Elle apportait un sac noir de gymnastique assurément rempli d’ustensiles de contraintes intéressantes.

Sans plus de conversation, nous allâmes dans la chambre à coucher. Sabrina et moi étions piqués d’excitation sachant que nous serions bientôt attachés et taquinés en position d’impuissance par notre amie, la femelle prédatrice.
Nous commençâmes par ôter tous nos vêtements et nous asseoir sur le bord du lit. Stéphanie avait gardé son short et son T-shirt une-taille-trop-petit pendant qu’elle commençait à nous enlever notre liberté. Notre bondage commença et chacun de nous reçu un collier en cuir épais autour de nos cous. Ni l’un ni l’autre ne fut bouclé trop fortement au début. Stéphanie aime beaucoup le plaisir de serrer des choses de plus en plus au fur et à mesure que le temps passe. Ensuite on nous demanda de nous tenir debout au centre de la pièce et de nous faire face.

Nous fûmes informés qu’il était temps maintenant pour nos bras d’être fixés derrière notre dos. Je fus le premier. Stéphanie choisit deux gants de cuir et les enfila sur chacune de mes mains. Elle boucla les courroies en cuir étroitement autour de mes poignets, emprisonnant chaque main dans sa propre prison privée. Chacun des gants avait une boucle en métal à son extrémité sur laquelle elle attacha un simple cadenas. Tirant chacun de mes bras vers le haut derrière mon dos elle attacha un cadenas à une boucle dans le dos de mon collier et referma le cadenas. Mes épaules étaient tirées en arrière presque à leur limite et mes poignets tiraient durement sur le collier. Mes bras ne pouvaient plus aller nulle part. Stéphanie se tourna alors vers Sabrina et fit une large grimace. Elle aimait attacher et taquiner les hommes, mais je pense que sa vraie passion était d’attacher, de taquiner et de tourmenter les autres femmes. Elle s’approcha de Sabrina avec une ceinture en cuir large de 3cm. Allant derrière elle, elle passa la ceinture autour des coudes de Sabrina et commença à les rassembler derrière elle. LIRE LA SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Henic
samedi 26 janvier 2013 à 14h44 - par  Henic

Quel plaisir de découvrir les histoires de Silvan : elles n’ont par pris une ride en ces quelques années.
Mais celle-ci annonce une suite, et l’impatience gagne le lecteur...

Navigation

Articles de la rubrique