Ma collaboratrice

Chapitre 5
mercredi 6 décembre 2006
par  Bluetit
popularité : 3%
4 votes

Je publiai donc ces photos sur le site de….. Hélène avait une forte appréhension que je pouvais lire sur son visage chaque matin au bureau.
Pour la faire patienter, mais aussi pour qu’elle rumine ce qui venait de se passer je l’ai délaissée toute la semaine suivante. Toutefois, pour qu’elle ne croie pas que je l’abandonnais totalement je lui avais offert des boules de geisha qu’elle devait se mettre pour aller travailler.
Je sentais qu’elle cherchait à deviner ce que j’avais planifié pour elle, mais je ne lui en dis rien. De toute façon elle avait suffisamment de quoi s’occuper, car ces boules entravaient fortement ses déplacements. À tel point que je la suspectais de prendre du plaisir dans le couloir.
De mon côté, je me connectais régulièrement pour voir si les photos de ma soumise ainsi que le texte d’introduction faisaient leur effet. Le résultat fut au-delà de mes espérances. En effet, je débutais une relation « épistolaire » avec un homme d’une cinquantaine d’années, sans attrait physique particulier, d’après les photos qu’il me transmit.
Qu’est-ce qui me plaisait alors chez cet homme ? Deux points majeurs ressortirent dudit Fabrice. Tout d’abord, il habitait dans notre voisinage ce qui était intéressant si je souhaitais le faire intervenir dans l’éducation d’Hélène. Mais surtout, ses idées perverses pour Hélène me contentaient.
Après donc d’intenses échanges de mail, je convenais avec lui d’un plan pour prendre par surprise ma petite chienne. Mais avant cette merveilleuse surprise, je me devais de transformer Hélène en termes vestimentaires.
Le samedi, je l’emmenais donc dans un centre commercial pour lui faire acheter les vêtements que je désirais qu’elle porte. Enjouée de voir que je ne l’avais pas abandonnée, je me délectais à l’avance du plan que j’avais manigancé. Je voyais bien dans ses yeux qu’aujourd’hui, pour elle en tout cas, je n’allais pas la dominer. Quelle erreur, et j’imaginais quel désarroi cela allait entraîner en son for intérieur.
La première chute, fut quand je lui saisis la main et la dirigeai vers le magasin pour ados. Elle me regarda surprise d’un tel choix, mais comprit très vite pourquoi. En effet, étant déjà venu en éclaireur, je sortis des porte-manteaux plusieurs habits que je lui demandai d’essayer immédiatement.
Dans mes choix, on pouvait trouver une ultra mini jupe plissée, que les adolescentes accompagnent d’un lycra noir afin de cacher leurs fesses, mais cela ne serait pas le cas pour ma soumise Hélène. Il y’avait aussi un pantalon moulant blanc que j’avais pris une taille en dessous afin qu’il épouse si bien les formes de ma petite garce, qu’on puisse deviner le moindre string ou ses lèvres dans le cas d’absence de dessous.
Quant aux hauts, les jeunettes ont le goût pour acheter des habits très suggestifs. Je lui en achetai plusieurs afin de, laisser ses seins ballotter dans le vide ou, à l’inverse, les serrer au maximum pour faire pointer les tétons aux yeux et aux sus de tous. LIRE LA SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires

Logo de Henic
lundi 17 septembre 2012 à 21h58 - par  Henic

La « montée en puissance » de l’histoire est bien menée.
Du coup, on reste sur sa faim après ce deuxième épisode qui appelle évidemment le suivant !

Logo de Me Mentor
vendredi 22 avril 2011 à 09h55 - par  Me Mentor

Un très beau récit d’une expérience que j’aimerais vivre prochainement, moi aussi.

J’aime beaucoup la manière dont s’est écrit, c’est vivant et direct, cru sans être vulgaire. Bravo !

Prévoyez-vous une suite à cette histoire, je l’espère beaucoup.

Le Montor