Un mariage sauvé

Carolyn Reynolds
mardi 4 juillet 2017
par  Henic
popularité : 3%
1 vote

Il y a maintenant vingt-quatre ans que nous sommes mariés, mon mari et moi. L’histoire qui suit relate la manière dont il a rendu notre mariage plus solide que jamais et où nous en sommes maintenant.
Il y a trois ans, notre mariage a traversé une passe difficile. Les enfants avaient quitté la maison et je voulais des relations sexuelles tous les jours. Pas lui. Je me demandais sans arrêt si la raison pour laquelle il ne voulait pas de relations sexuelles avait quelque chose à voir avec moi. J’ai établi que non. Mon mari, David, était à la retraite et je travaillais à plein temps. Un vendredi, comme le travail était fait, j’ai demandé à mon patron si je pouvais rentrer à la maison quelques heures plus tôt, pour passer du temps avec mon mari. Il m’a dit oui.
Lorsque j’arrive à la maison, j’entends la télévision dans notre chambre et je vais y retrouver David. En tournant le coin du couloir, je vois à l’écran un film explicitement porno. Puis, lorsque j’arrive à la porte, je vois que David frotte sa main recouverte de lubrifiant partout sur son corps. Lorsqu’il s’aperçoit de ma présence, il saute en l’air, éteint le film et s’habille. Je lui demande ce qu’il pouvait bien fricoter et il ne peut que balbutier. Je suis comme folle. Je viens de réaliser pourquoi nous n’avons de relations sexuelles qu’une ou deux fois par mois. Il ne veut pas de sexe avec moi parce qu’il le fait avec lui-même. Au bout d’un moment, nous discutons et il me dit qu’il se masturbe quatre à dix fois par mois. Son excuse est qu’il est excité lorsque je ne suis pas à la maison. Je suis encore plus énervée et je lui dis qu’il a intérêt à trouver le moyen de cesser de se branler.
C’est là que l’histoire devient intéressante. Environ trois mois plus tard, il me dit qu’il a compris et qu’il va faire quelque chose pour rendre bien meilleures les relations sexuelles – il me dit qu’il va se faire percer le pénis. Ma mâchoire en tombe. Mais je ne me soucie pas de ce qu’il fait : je suis toujours folle de lui. Je ne crois pourtant pas qu’il ne s’adonne pas au plaisir solitaire lorsque je suis au travail. Mais nous avons des relations sexuelles chaque semaine après le piercing. Je dois admettre que je me sens mieux.
Environ trois mois après avoir été percé, il me dit qu’il a résolu le problème. Un jour, lorsque je rentre du travail, il me fait asseoir et me promets que je peux être certaine à 110% qu’il ne se masturbe pas en secret. Il me tend alors un ensemble de toutes petites clés. Je les mets dans ma poche et lui demande de quoi il s’agit. Il est debout devant moi et laisse tomber son pantalon. Je suis complètement choquée. Il y a ce tube de métal qui entoure son pénis, avec un petit cadenas. Je lui demande ce que c’est et il me dit que c’est un engin de chasteté et que j’ai les seules clés. Il dit qu’il l’a porté toute la journée, qu’il est excité et qu’il "veut me baiser et jouir dans ma chatte".
Je me suis vraiment énervée contre lui. Non seulement la pensée d’un truc sur son pénis me semble vraiment perverse, mais je suis choquée par son langage. Je me lève, je vais dans le bureau et je verrouille la porte.
Le mois suivant est plutôt froid. Je lui parle à peine. Il fait des choses dont il n’avait pas l’habitude. Nous nous étions partagé le travail domestique. Nous avions notre tour de cuisine. Il m’envoie des messages ou me téléphone pour me dire qu’il m’aime. Je suis persuadée qu’il essaie juste de me rendre folle. Ça ne marche pas – il en fait trop. Je craque. J’ai quarante ans et je suis TRÈS excitée. Je lui dis de retirer cette chose pour que nous puissions avoir des relations sexuelles. Mais j’ai une surprise : il me dit qu’il n’a pas les clés et qu’il me les a données. J’ai oublié qu’il me les avait passées et je ne sais pas où elles sont. Nous retournons le bureau mais nous ne les trouvons pas.
Je dis à David qu’il me doit beaucoup parce que je suis excitée et que c’est de sa faute. Nous finissons par faire les fous et j’ai deux orgasmes ce soir-là. C’est SUPER parce que j’ai rarement un orgasme. Le lendemain, il me téléphone et m’envoie des fleurs. Je suis à présent vraiment embarrassée. Je ne suis plus folle de lui et il le sait mais il reste beaucoup plus attentionné qu’à la normale. Ce soir-là, je rentre tard à la maison. Il y a dîner aux chandelles. Puis il me coule un bain et me fait un massage sur tout le corps. Je suis de nouveau perturbée et je lui dis :
« Tu as dû retrouver les clés.
— Non, c’est juste que je t’aime, répond-il. »
La semaine suivante, il est encore plus attentif à me faire plaisir que le premier mois où il a porté ce machin. Nous ne parvenons pas à trouver les clés. Et j’ai de nouveau envie de sexe.
Je mets ma lingerie sexy et je lui dis que je veux à nouveau que nous fassions les fous. Il me dit qu’il a acheté une surprise. Ce qu’il finit par me montrer ressemble à un pénis érigé mais il le glisse sur le tube de métal. Voilà ! Érection instantanée ! Entre lui qui est si attentionné envers moi et lui qui VEUT être attentionné envers moi sans avoir lui-même d’orgasme, je suis en permanence excitée. Les semaines qui suivent, il me prodigue tant d’attentions orales et utilise tant sa nouvelle érection instantanée que j’ai dû avoir deux ou trois orgasmes par jour !
Puis arrive la semaine de l’Épiphanie. Je mets le même pantalon que celui que j’avais le jour où il m’a donné les clefs et je les retrouve au fond de ma poche. Nous faisons à nouveau les fous et je le surprends en sortant les clefs. Nous le libérons, remettons son piercing et la relation sexuelle dure au plus quinze secondes. Il jouit, se retourne et s’endort. Tout ce que j’obtiens est :
« Mon Dieu, ce fut fantastique. Je t’aime. Bonne nuit. »
Les jours suivants, pas de coup de téléphone, pas de fleurs, pas de petits mots, rien. Après environ deux semaines, nous avons à nouveau une relation sexuelle. Il tient plus longtemps cette fois mais il jouit et pas moi. Je suis vraiment frustrée. Il est passé d’attentionné à rien. JE RÉALISE QU’IL EST SI ATTENTIONNÉ PARCE QU’IL NE PEUT PAS AVOIR D’ORGASME et ne peut satisfaire le déficit masculin de jouissance. Je parie qu’il est retourné à la masturbation mais ça ne fait rien parce que j’élabore un plan pour le remettre dans l’engin.
Une nuit, je lui demande de me laisser l’attacher. Il est hésitant et me demande de ne pas trop serrer. Je l’attache donc de manière assez lâche pour qu’il puisse se libérer lui-même. Il a un orgasme et pas moi. La fois suivante où nous avons des relations sexuelles, je lui demande de recommencer et il est d’accord. J’ai acheté des menottes et je lui dis qu’elles sont pour qu’il semble encore plus incomparable. Au début, je ne les serre pas. Après que ses mains et ses pieds sont menottés, je me place à cheval sur sa poitrine et je resserre ses deux mains en même temps, puis ses pieds. Il ne sait pas ce qui se prépare. Je le chevauche comme une cowgirl et il jouit rapidement. Je me dégage et vais chercher une tenue de bain pour le laver. Il est tout mou.

C’est alors que je le surprends. Je prends son tube de métal et je le verrouille sur lui. Je lui dis que j’ai apprécié ses attentions supplémentaires et que PEU IMPORTE LA MANIERE DONT JE VAIS LES OBTENIR DÉSORMAIS. Il est verrouillé là-dedans pendant quatre semaines avant que j’accepte de le relâcher, mais seulement lorsqu’il est menotté. C’est devenu la manière ordinaire de procéder : pas d’orgasme pour lui si je n’ai pas la garantie qu’il sera remis dans son tube. Je continue ainsi à bénéficier des attentions supplémentaires dont je bénéficiais et de tous les orgasmes que je peux avoir.
Maintenant, j’ai un nouveau jeu auquel nous avons joué l’an dernier. J’ai un dé. Il commence avec un cycle de quatre semaines dans son tube. A la fin des quatre semaines, il lance le dé. S’il obtient un 1, il gagne le droit de sortir trois fois dans la semaine qui suit. S’il obtient n’importe quel autre nombre, il doit me procurer trois fois ce nombre d’orgasmes avant de pouvoir relancer le dé. Il est toujours impatient et toujours attentionné. Je suis dans la force de l’âge et j’ai des orgasmes aussi souvent que j’en veux. Il doit rester dans le tube pendant tout ce temps.
A cette date, il a dû rester dans sa ceinture de chasteté pendant quatre mois avant d’en sortir. J’adore ça !
Merci à Maîtresse Lori d’avoir fabriqué un si merveilleux produit !

Traduction Henic
[ Back to chastity fiction page ]
Page last updated 04-Apr-11 by : Altairboy@aol.com



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur