Amélia 2

mercredi 30 octobre 2013
par  petitbu
popularité : 1%

Amélia s’approcha à genoux, les mains dans le dos mais ne desserra pas les dents et garda la bouche fermée, les yeux baissés pour ne pas croiser le regard de Maître Karl.
—  Tu ne sais pas ce qu’est une fellation ?
—  ….
—  Réponds !
—  Si, Monsieur, je sais, mais je ne veux pas.
—  D’abord tu ne m’appelles plus Monsieur, mais Maître et pour la dernière fois, je t’ordonne de faire ce que je te dis !
Devant le refus tacite d’Amélia, Maître Karl va donc prendre les grands moyens. Il empoigne avec force la jeune fille qui se retrouve en travers de ses genoux sans avoir eu le temps de faire quelque geste que ce soit. Elle est complètement immobilisée : les jambes coincées par celles de son Maître et les mains maintenues au-dessus des fesses.
Les premiers coups ne lui paraissent pas très forts même si elle sent que son arrière train commence à chauffer.
Après deux à trois minutes elle comprend que Maître Karl n’est pas un enfant de chœur. Les claques se sont mis à « pleuvoir » peut-être moins rapidement mais prennent un rythme très régulier et il lui semblait qu’ils étaient administrés de manière plus en plus appuyée. Amélia ne voyait pas le résultat, mais on pouvait admirer deux belles plaques rouges, une à droite et l’autre à gauche d’une raie culière qui laissait entrevoir une motte déjà bien juteuse. Pourtant, ce n’est pas de plaisir qu’Amélia poussait des cris perçants :
— Aïe !... Nooooooon !... Stop !... Arrêtez !... Je vous en supplie !... Je vais vous obéir !... Pitié ! …
Mais Karl ne se laisse pas émouvoir et redouble de force.
Cette fois les fesses sont écarlates et les larmes coulent sur le visage d’Amélia. Les cris se sont transformés en sanglots.

De nouveau Maître Karl reprend :
— Reprends ta pose et fais ce que je te dis
— Oui, Maître murmure-t-elle… en se levant difficilement.

C’est toute tremblante qu’Amélia commence à zipper la fermeture éclair de son nouveau Maître. Elle s’empare doucement du sexe déjà en érection et se met à sucer.
Elle avait au moins compris qu’un Maître devait être traité avec toute la délicatesse convenue. On voyait qu’elle avait du mal à accepter cette situation car les larmes continuaient de couler et la bouche ne savait pas tellement comment faire. Elle finit par comprendre qu’il fallait donner à ce moment toute la solennité qu’il convient et progresser dans le plaisir donné à son nouveau Maître. Elle fit donc ressortir de sexe de Maître Karl pour mieux le lécher. Il s’était décalotté et elle léchait consciencieusement de haut en bas, jusqu’aux bourses.
Mais comme cela n’en finissait pas, son Maître empoigna ses cheveux pour qu’elle prenne son sexe jusqu’au fond de la gorge. Elle était vraiment novice !
Amélia allait quasiment étouffer ! Elle était toute rouge et essayait de trouver un peu d’air. Finalement, son Maître lâcha sa semence et sortit rapidement de cette bouche inexpérimentée.
Une ou deux giclées finirent sur le visage d’Amélia.
Elle était honteuse comme jamais. Comment avait-elle pu dire qu’elle obéirait sans rechigner ?

La fessée administrée quelques minutes avant avait largement fait son effet mais il restait encore beaucoup à faire.

— Tu vas devoir apprendre à mieux me servir, tu manques de professionnalisme. Debout et mets-toi en situation de soumission : jambes écartées et mains derrière ton dos… les yeux baissés, cela va de soi !

Amélia était toute rouge de honte et encore sous le choc de cet acte de soumission. Elle était loin, hier, de se douter qu’elle serait ainsi nue chez le directeur de l’Institut en train de lui faire une fellation… et en même temps elle sentait qu’au plus profond d’elle-même une espèce de jouissance commençait à monter sans qu’elle ne le veuille. Mais ses pensées ont vite été bien vite recentrées sur la situation présente :

— Ta désobéissance est inconcevable pour ton Maître et, en plus de la fessée, tu vas devoir subir une sanction psychologique : tu vas expérimenter ton logement et ses aménagements. Suis-moi. Et à quatre pattes ! Comme une petite chienne que tu es, joueuse solitaire !

Maître Karl avait pris avec lui cette boîte qu’Amélia avait remarquée tout à l’heure. La pièce qui lui était réservée se situait au bout du couloir. La porte s’ouvrit et lorsqu’Amélia regarda son « logement », elle en perdit pieds ou plutôt pattes et s’affaissa sur le sol en pleurs.

PRECEDENT ....................................................... A SUIVRE






ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Logo de leonard
mardi 3 février 2015 à 14h57 - par  leonard

Pour quand la suite, j’ai beaucoup aimé les dialogues entre la dominée et le dominant, je reste un peu sur ma faim .
Dans l’attente des suites , cordialement.

Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur