Brigitte Chap 8

jeudi 14 février 2008
par  Lord Byron
popularité : 2%
2 votes

Nous attendons Nadia

On sonne,

— Ce doit être elle, dis-je. Tu t’enculeras toi-même devant elle ; allez mets toi à genoux au milieu du salon, face à la table basse, mains derrière la nuque et cuisses bien écartées…. Voilà penche toi légèrement en avant à présent ; que ton cul soit offert ; que tes mamelles pendent bien.

Je vais ouvrir nu et à demi bandé (j’ai déjà joui trois fois). Nadia est devant moi avec son chemisier blanc et sa très courte jupe rouge chaussée d’escarpins assez hauts…Elle regarde ma queue et relève imperceptiblement le côté de la jupe me montrant qu’elle porte des bas…c’est bien, elle a fait ce qu’il fallait pour m’exciter. Je la fais entrer, sa démarche est étrangement hésitante ; elle a du mettre les boules et elle manque d’habitude ; je verrai plus tard. Je lui présente Brigitte ; elle ne se recule pas mais regarde avec envie :

— Comme elle est belle … je peux toucher ?

— Plus tard dis-je, elle doit d’abord être punie et tu dois être dévêtue. Par quoi veux tu commencer ?

— J’ai envie d’être nue pour profiter pleinement du spectacle

— Tu as déjà participé à des séances ?

— Non mais j’ai lu histoire d’O et ça m’a excitée

— Sur quel rôle fantasme tu le plus ?

— Les deux avec un léger penchant pour Anne Marie

— Un peu domi avec les femelles donc ?

— Oui mais bien obéissante aussi

J’ordonne à Brigitte de nous regarder ; elle redresse la tête et je nous place, Nadia et moi, de manière à ce qu’elle nous voie bien. Nadia habillée me fait face debout la situation m’a rendu ma rigidité ; elle prend ma queue et je me laisse faire ; elle branle bien mais je pourrai me retenir puisque j’ai joui trois fois déjà. Dans le regard de Brigitte passe un soupçon de jalousie. J’ouvre le corsage de Nadia et rencontre son soutien gorge ; elle a mis des sous-vêtements… c’est vrai que je ne lui ai pas donné d’instructions à ce sujet. Je lui demande de l’enlever ce qu’elle fait avec sensualité de sa main libre…. elle m’excite pas mal … elle va aimer nos jeux je crois.

A l’instar de Brigitte, ses bouts sont gros et le désir les a dressés. Je lui malaxe les seins à pleines mains et sans retenue ce qui la fait onduler … elle se frotte à ma queue tout en continuant à me branler ; je sens un objet dur à travers sa jupe.

— Qu’est ce que c’est, dis-je en serrant un peu plus les seins ?

— J’ai mis les boules comme tu avais dit mais je n’ai pu en rentrer que 2

— Retire ta jupe et ta culotte

— Les boules aussi ?

— Non je veux te voir à demi garni dis je en la giflant faiblement … sans réaction de rejet de sa part … bien !

Elle se dévêt et apparaît debout portant seulement bas et escarpins. Sa toison blonde est fournie autant que la fourrure brune de Brigitte ; elle est légèrement écartée et la boule N° 3 pend entre ses cuisses ainsi que la chainette qui permet de ressortir le tout. Le spectacle est délicieusement obscène.

— Ça t’excite les boules ?

— Oui j’ai joui en les mettant mais elles sont grosses et puis les picots, il faut que je m’habitue

J’ai repris le traitement de ses seins et elle a repris ma queue ; c’est délicieux avec Brigitte qui regarde et qui retient sa main de se manipuler le clitoris ou l’un des trous.

— Pourquoi es tu là Nadia ?

— Pour faire l’amour avec vous deux

— Plus précisément ?

— Pour me faire mettre

— Allez dis le dit Brigitte ; dis nous ce que tu as accepté d’essayer

— Je suis venue pour me faire enculer …

— Il faudra que Brigitte te prépare dis je mais avant je vais lui administrer sa punition…tu es prête Brigitte ?

— Oui mon chéri vas y dérouille moi devant Nadia

J’ouvre la petite mallette sous les yeux de Nadia et je prends une fine et longue cravache très souple mais autour de laquelle est attaché en spirale un très fin fil de métal. C’est un nouvel achat de ma part que je montre à Brigitte. Son regard se voile d’angoisse :

— Oh non Monsieur pas cela… j’ai trop peur

— Tais toi chienne tu auras deux coups sur les fesses et deux coups en travers des mamelles

— Doucement mon chéri … je t’en prie

— Non, tu seras marquée pour plusieurs jours

— Mais mon mari…

— Tu devras te cacher ou avouer, à toi de voir

— Ah après tout, il faudra bien que cela se sache

— Tu es prête ma putain ?

— Oui mon chéri …

— Par où veux tu que je commence Nadia ?

— J’aimerais que tu commences par les fesses et qu’elle se redresse puis se place à genoux complètement pliée en arrière pour te présenter ses pis vers le haut

Elle est douée également et elle a de l’imagination

— Je t’autorise à te branler le clitoris pendant que je la fouette mais tu ne dois pas jouir

Elle se place ouverte debout devant Brigitte et en commence à se triturer avec sa main. Son bassin ondule et elle gémit doucement ; elle utilise son autre main pour tirer un peu sur la boule restée à l’extérieur de sa chatte…Elle a vraiment envie de se montrer et de se faire partir mais elle se retient. J’insiste :

— Ne jouis pas n’est ce pas Nadia ; allez Brigitte pose tes mains au sol et mets toi à quatre pattes…encore, la tête au sol que tes fesses soient à ma merci

Ainsi je vois Brigitte se placer dans la plus belle des levrettes et, sans y prêter vraiment attention, Nadia avance et ses pieds se placent de part et d’autre la tête de l’esclave ; preuve que la situation de ma chienne l’excite au plus haut point. Son branle est de plus en plus rythmé et son souffle de plus en plus court ; je la soupçonne de chercher un orgasme discret ; je la mets en garde et je décide de passer à l’acte. Je passe la cravache de bas en haut et d’avant en arrière entre les cuisses de Brigitte ; la cravache la masturbe doucement ; elle se détend et gémit sous la caresse. J’insiste longuement puis je retire la cravache et lui laisse reprendre le court de sa pensée ; une crispation légère de ses fesses m’indique qu’elle attend et sait que, maintenant, il n’y aura plus de délai.

Je lève mon bras et le premier coup s’abat violemment en travers de la fesse gauche ; elle se redresse sur ses bras tendus ; elle hurle longuement puis reprend la position. Nadia s’ouvre les lèvres et se branle le clito avec les index des deux mains ; elle est à la limite de jouir. Mon second coup est asséné de la même manière sur la fesse droite ; Brigitte hurle de nouveau longuement mais reste immobile. Deux superbes stries rouges vif ornent ses deux fesses. Il est temps de passer aux mamelles et je demande à Nadia de la mettre en position ; elle la prend par les cheveux, lui relève la tête puis la penche en arrière la laissant à genoux, fesses sur les talons ; Brigitte place ses bras en arrière et pose ses mains au sol pour être en équilibre. Elle est prête, tête renversée en arrière, mamelles vers le haut. Nadia se place debout au-dessus de son visage et continue sa masturbation obscène ; Brigitte a une vue imprenable sur ses jambes écartées, sa chatte violée par les deux premières boules, la dernière boule et la chainette qui pendent et le branle de la jeune femelle blonde.

Cette fois c’est le clito que je caresse avec ma cravache ; elle est béante bouton bien sorti ; je la conduis à la limite jusqu’à ce que son ventre se tende imperceptiblement et je la frappe à la première crispation de l’orgasme…hurlement sauvage, d’autant que mon coup a été aussi précis que violent et que la marque rouge traverse les mamelles droite de part en part ayant cinglé le téton en son centre. Elle se calme mais ne bouge toujours pas ; elle attend le second coup et je ne pourrai la faire attendre car elle risquerait de sortir de la spirale du plaisir. Je frappe avec autant de violence et de précision le sein droit ; nouveau hurlement ; même immobilité.

Je pose ma cravache la redresse doucement mais la laisse à genoux puis je lui caresse le clitoris en lui murmurant des mots de plaisir : « jouis pour moi salope ; lâche toi entièrement ; je t’aime » ce qui lui provoque un très long orgasme dévastateur. Je lui laisse reprendre ses esprits et je l’aide à se relever. Nadia, debout, se caresse toujours et le haut de ses cuisses est luisant de mouille.

— Nadia cesse de te branler et vide toi la chatte, Brigitte va te préparer LIRE LA SUITE

PRECEDENT ......................................................... SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur