8- L’Hétaïre

Chapitre 8 - Travaux-pratiques
samedi 2 avril 2011
par  herpin
popularité : 1%
4 votes

Bien qu’à priori réticente pour ne pas dire écœurée à l’idée de se livrer à une telle caresse, Florence avait constaté que les deux jeunes femmes y avaient pris un plaisir non feint ; la fougue dont elles avaient fait preuve pour se partager la chaude semence était une réalité qu’il lui fallait admettre. Elle en était là de ses réflexions lorsqu’elle fut ramenée à la réalité par la voix autoritaire de Madame.

— Ma chère Florence, c’est à ton tour maintenant…montre-nous ce que tu sais faire…et que ce charmant garçon n’ait pas à se plaindre de ta prestation.

Disant cela, elle lui désigna le deuxième inconnu, qui était resté discrètement en retrait pendant que son compagnon bénéficiait des caresses conjuguées de Sabrina et de Yasmina. Désœuvré et délaissé, il avait beaucoup perdu de sa superbe ; bien que de bonne dimension son sexe pendait maintenant, reposant mollement sur les bourses. Docile, Florence vint s’agenouiller à ses pieds, et levant vers lui un regard qu’elle s’efforça de rendre le plus candide possible, elle pointa l’extrémité de sa langue, la promenant lentement sur ses lèvres, comme une promesse de la caresse attendue. De sentir la proximité de cette verge, lui fit prendre conscience que pour s’être abandonnée depuis quelques temps de façon plus ou moins consentante au ébats saphiques, elle en avait presqu’oublié le plaisir que pouvait procurer un beau membre viril. Tout en gardant les yeux fixés sur l’homme, elle avança une main, lui caressant doucement l’intérieur des cuisses pour remonter jusqu’aux couilles qu’elle découvrit gonflées et durcies ; les soulevant dans sa paume, elle avança l’index, parcourant le sombre sillon séparant les fesses, l’irritant de son ongle acéré.

Ce simple attouchement sembla réveiller l’organe viril qui commença à se déployer. Appréciant ce moment où le sexe masculin se gorgeant de sang, enfle et se redresse pour prendre sa forme altière, elle le saisit à pleine main, le pressant, le pétrissant, pour mieux en apprécier le durcissement. Le jugeant parvenu à son déploiement et à sa raideur maximum, elle joignit sa deuxième main à la première et enserrant l’orgueilleuse tige de ses doigts réunis, elle débuta une lente masturbation, profitant du moment où le gland apparaissait pour venir l’humecter d’une langue gourmande. L’odeur âcre qui s’en dégageait et qui autrefois l’indisposait, l’attirait maintenant. Les narines dilatées pour mieux profiter des effluves musquées, elle léchait voluptueusement le champignon ; après quelques minutes de ce préliminaire que son partenaire semblait apprécier au vu des soubresauts qui agitaient son membre, elle laissa couler un long jet de salive qu’elle étala tout au long de la colonne de chair ; alors entrouvrant la bouche, elle absorba le gland, s’arrêtant au bourrelet qu’elle enserra de ses lèvres, lui faisant un pulpeux collier, massant le nœud d’une langue virevoltante.

Puis poursuivant sa progression, elle engloutit la plus grande partie du membre, ne cessant que lorsqu’elle sentit l’extrémité du sexe venir buter contre sa luette LIRE LA SUITE

PRECEDENT ............................................................ SUITE


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires