1 - Julie

samedi 19 janvier 2008
par  Frédéric
popularité : 3%
1 vote

Episode 1

En se regardant nue dans la glace de la salle de bain, Julie s’admire. Son corps est encore magnifique. Ses seins sont fermes et petits, un 85 b et ses deux mamelons sont presque invisibles que l’on dirait des seins de fillette, son ventre présente une très légère rondeur mais un peu de sport et un petit régime arriveront à tout faire disparaître en quelques semaines. Julie passe ses doigts dans sa toison épaisse et châtain clair, tire sur quelques poils comme pour les défriser, elle descend ses doigts plus bas et constate que sa bande maillot est touffue comme la brousse

— Bon je vais faire épiler ses poils, demain nous serons vendredi et je dois aller avec Guy a la piscine Je vais être affreuse avec ses longs poils.

Julie enfile sa robe de chambre et se rend dans la chambre, elle sort de l’armoire un jeans, un slip en coton blanc, se choisit un soutien-gorge blanc et un tee-shirt, posent tout ça sur le lit, s’assoit puis attrape le téléphone.

Elle compose le numéro de son esthéticienne. Apres un court instant le répondeur du magasin lui annonce que la boutique est fermée pour quinze jours. Julie raccroche prend l’annuaire et cherche dans les pages jaunes une autre esthéticienne pas trop loin de chez elle.

— Ah ! Voilà une nouvelle boutique juste à coté.

Elle compose le numéro

— Salon de beauté Marie-Paule bonjour.

— Bonjour, je voudrais un rendez-vous pour une épilation de la bande maillot pour aujourd’hui

— Oui je regarde aujourd’hui je suis complète, demain a 16 heures

— C’est que demain se n’est pas possible

— Bon passez à 18h 30

— Merci et à ce soir.

Julie raccroche et s’habille, elle va dans la cuisine se prépare un thé et quelques tartines de pains grillées.

Elle tempête contre son homme qui est déjà parti au travail et qui n’a pas encore mit son bol dans la machine à laver la vaisselle.

— Il n’y arrivera jamais, pense-t-elle

Après avoir prit son petit-déjeuner et rangé un peu la pièce elle quitte la maison et part au travail dans sa voiture.

Après quelques kilomètres, elle arrive sur le parking de l’entreprise, elle se gare et entre dans la tour de verre, dit bonjour à la standardiste et monte dans l’ascenseur. La porte commence à se refermer quand entre une femme d’une cinquantaine d’années

— Bonjour je vais au cinquième.

— Moi au second, dit Julie en appuyant sur le bouton.

La femme regarde avec insistance Julie de la tête au pied, qui gênée baisse les yeux.

— Vous êtes très belle, dit la femme au regard bleu glacier.

Julie ne sait quoi répondre et bafouille une phrase incompréhensible en devenant rouge pivoine.

L’ascenseur s’arrête et elle en sort au pas de course sans se retourner se sachant encore regarder par ce drôle de femme.

Elle arrive dans son bureau où Laure est déjà derrière son écran, elle lève les yeux et regarde Julie.

— Bonjour Julie mais tu as l’air bizarre.

— Euh ! C’est une drôle de femme qui m’a comme mis à poil du regard, la cinquantaine, chignon et des yeux bleu clair, avec un air très autoritaire.

— Ah bon ! Mais elle sortait d’où ? reprend la collègue de Julie

— Je ne l’avais jamais vue avant ce matin, elle est allée au cinquième.

— A la D.R.H.

— Oui

— Encore une nouvelle, ils vont être assez là-haut

Julie ne répond pas et s’assoit, puis allume son ordinateur et commence son travail encore troublée par cette femme.

Elle revoit les yeux bleus la violant du regard.

La matinée s’écoule lentement, quand le téléphone sur le bureau de Julie sonne, elle arrête sa saisie.

Et décroche.

— Bonjour Julie, passez tout de suite dans mon bureau j’ai une lettre urgente à vous dicter

— Oui j’arrive Bernard

Elle se lève, prend un bloc notes et un stylo, et quitte son fauteuil.

— Ou vas-tu ? lui dit Laure

— Le petit boss a besoin de moi.

— Bon je ne t’attends pas pour aller déjeuner peut-être il va t’inviter donc un grand resto.

— Cela m’étonnerait de lui.

Julie reprend le long couloir et frappe à une porte et entre dans la pièce

Son boss assit l’invite à venir s’asseoir sur le fauteuil libre, l’autre est occupé par une personne.

Elle ne voit que ses cheveux gris, quand il se retourne et elle manque de tressaillir car elle reconnaît la personne de l’ascenseur

— Je vous présente notre nouvelle sous-directrice de la D.R.H. Mme Corinne Durand

La femme se lève et en serrant fortement la main de Julie et dit en souriant :

— On se connaît me semble t-il madame Dubreuil.

— Euh ! oui on s’est vu dans l’ascenseur, dit Julie

— Vous permettez que je vous appelle Julie, je pense que l’on se reverra bientôt.

Et elle quitte la pièce.

Julie reste debout comme pétrifiée."Elle connaît mon nom" pense Julie.

— Assieds-toi dit le boss

Julie obtempère et écoute son chef lui dicter le courrier.

Elle prend note et une fois la lettre terminée elle se lève.

— Bon il me faut le courrier pour 14 heures Julie impérativement.

— Bien je vais le taper tout de suite.

Elle quitte la pièce et retourne dans son bureau et raconte à Laure la rencontre dans le bureau du boss et ensuite elle commence à taper la lettre. Peu avant midi Laure part pour aller déjeuner

Julie n’ayant pas terminé, elle lui ramènera un sandwich de la cafétéria.

Les doigts frappent à toute allure le clavier, une fois le texte fini elle l’imprime, prend la feuille, contrôle que tout est parfait. Elle regarde l’heure.

— 13 heures 30 ce soir je partirai plus tôt

Elle se lève et va apporter le courrier sur le bureau de son chef. Elle retourne à son bureau Laure est déjà là, et lui donne le sandwich.

— Bon appétit Julie.

— Merci

— Au fait j’ai déjeuné avec la nouvelle Mme Durand elle est très sympa.

— Tu trouves, moi je la trouve bizarre.

— Ah ! bon, pas moi et en plus elle n’a pas arrêté de me poser des questions sur toi.

— Ah ! tiens quel genre de questions

— Tes loisirs, tes goûts vestimentaires des banalités quoi rien de méchant

— La prochaine fois ne lui dit plus rien sur ma vie

— D’accord excuse moi.

Et les deux femmes reprennent leur travail, en début d’après midi le boss passe les voir

— Très bien pour la lettre Julie

— Merci j’aimerais quitter plus tôt ce soir

— Pas de problème, je vous laisse j’ai un rendez-vous en province, je reviens dans trois jours, de plus durant mon absence Julie vous serez la secrétaire de Mme Durand, bonne fin de journée.

— Mais pourquoi moi j’ai assez de travail comme ça, dit Julie

— Elle me l’a demandé alors je n’ai pas pu refuser tu finiras ton travail quand tu reviendras ici

— Mais …

— Il y pas de mais Julie, lui dit Bernard fermement, puis il quitte la pièce.

Julie reste sans voix.

— Ecoute dans trois jours ce sera fini, lui dit Laure qui s’est approchée d’elle.

— Oui tu as raison

la journée passe lentement et vers 16h Julie s’apprête à partir quand son téléphone sonne

Elle décroche en pestant.

— Julie

— Oui

— C’est madame Durand j’ai besoin de vous, passez dans mon bureau au cinquième tout de suite.

Julie raccroche et se tourne vers Laure

— Laure, Durand a besoin de moi mais j’aimerais que tu me remplaces s’il te plait.

— Ok j’y vais. Je vais lui dire que tu as un rendez-vous important.

— Merci

Laure se lève, Julie regarde sa collègue quitter la pièce puis commence à ranger son bureau, éteint son P.C., attrape son sac à main, sort du bureau et se dirige vers l’ascenseur.

La porte s’ouvre et apparaît Laure avec une tonne de documents sur les bras.

— Ne part pas, elle veut te voir, je crois qu’elle n’a pas apprécié que ce soit moi qui t’ai remplacée

— Bon je monte, dit Julie un peu paniquée.

Elle arrive d’un pas décidé devant la porte et frappe deux fois.

Une voix lui répond d’entrer. Elle ouvre et pénètre dans le bureau, la femme se tient debout de dos, elle regarde par la fenêtre.

— Asseyez-vous, dit-elle sans se retourner.

Julie s’assoit.

— Je ne suis pas du tout contente de votre comportement et je n’accepte pas la désobéissance dans cette entreprise. Vous m’entendez Julie.

Elle ne sait quoi répondre comme pétrifiée par cette voix grave et sévère

— J’attends vos explications, dit –elle en s’approchant d’elle.

— Euh ! j’ai travaillé entre midi et 2 heures, alors j’ai demande à Bernard l’autorisation de partir plutôt

— Votre responsable maintenant c’est moi, donc vous allez retourner au travail. Laure vous expliquera ce qu’il faut faire et avoir terminé pour 18 h.

Julie se lève sans dire un mot et se dirige vers la porte, au moment de l’ouvrir elle l’interpelle.

— Nous allons passer quelques temps ensemble, il serait bon pour votre carrière d’être un peu plus docile. LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre est disponible pour les abonnés de RdF



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.

(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur