15- Plume d’ange

Chapitre 15
mercredi 24 juin 2009
par  Angélique
popularité : 2%
1 vote

Abandonnons un instant Maîtresse Carine et son esclave Niobé pour nous intéresser un peu à ce qui se passe chez Hélène.

Depuis le départ de Carine, elle s’efforce que tout soit prêt pour pouvoir accueillir Niobé dans les mêmes conditions que le jour de l’arrivée Murielle. A l’insu de celle-ci, elle a réactivé le système de vidéo surveillance installé par les bons soins de madame S. Les vas et vient de l’adolescente lui ont permis de vérifier le bon fonctionnement du système disséminé dans la maison.

Dans le salon, Hélène engage la conversation avec Murielle ….

" – Le soir ce sera chacune dans son lit, et pas de chambard … c’est compris Murielle ?"

" – Oui maman, c’est compris."

" - Pour ne pas créer de jalousie, tu feras la même chose que Niobé."

" – Je ne comprends pas très bien … tu me parles de plaisir."

" – Non Murielle, je te parle d’obéir aux ordres reçus."

" – Mais pourquoi … je suis gentille … je me comporte bien."

" – Et moi je réfléchi pour toi et tu fais ce que je décide."

Murielle mécontente le fait savoir en maugréant un peu …

" – Je ne suis pas d’accord … c’est pas juste. "

" – Et pour ta cousine … que tu as mordue jusqu’au sang parce qu’elle ne se laissait pas tripoter par toi … Tu crois que c’est juste."

Silence de Murielle qui affronte l’orage tête baissée …

Hélène poursuit …

" – Avec l’arrivée de Niobé tu quitteras le mode de l’insouciance … Tu peux me croire sur parole."

Murielle …

" – Ca m’étonnerai très fort."

Hélène avec humeur …

" – Murielle baisse ton pantalon de pyjama et place tes mains sur le plateau de la chaise."

Murielle obéi, Pantalon baissé elle prend la position demandée …

" – Mais pourquoi maman …."

" – Murielle ça suffit … tu te tais … et tu comptes 10 … Ensuite tu vas au coin. Rassure toi aujourd’hui tu épargnes tes fesses en gardant tes changes. Je ne veux pas que tu pisses par terre."

Hélène se place sur le coté de Murielle, elle s’appuie de tout son poids sur le dos de l’ado et commence à lui caresser les cuisses sur toute la hauteur.

Plaf …. La première claque vient de tomber à la limite du lange et de la cuisse.

Murielle réagit immédiatement …

" – Aiiiiie mais ça fait mal."

" - Compte Murielle ou je recommence au même endroit jusqu’à ce que j’entende le chiffre un."

Murielle compte …

" – un."

Plaf plaf un coup sur chaque cuisse

" – Aouuuu … deux, ouaiiiiiiiiiil trois."

Plaaaaaaaaf …

" – Wouailllllllllllllle mais ça fait très mal …. Quatre."

Plaf plaf plaf plaf … quatre claques successives rosissent les deux cuisses de Murielle qui pleurent à chaudes larmes et qui supplie en hoquetant….

" – Bouhou hou houhou hou tu es mé … mé … méchan … méchante et je ne t’aime plus. "

" – Ca fait combien Murielle ?"

" – Bou houuuuuuuuuu … Huit … je crois … snif snif snif."

" – C’est juste …. "

Une raquette de Jokari à la main, Hélène l’abat sèchement à deux reprises.

plafffffffff …plaaaaafffffffffffffff …

" Wouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie ouillle ouillllle ouillllllllllllllllle."

Lâchée par Hélène , Murielle sautille sur place en portant les mains à ses cuisses. Conduite par le bras, l’ados se retrouve à genoux dans le coin, bras levés, la tête dans l’angle du mur. De la pointe de la chaussure, Hélène l’installe …

" – Joint les genoux et tiens-toi droite."

" – Ca fait mal … "

Murielle se frotte à deux mains l’arrière des cuisses.

" – Tu t’en prends à toi-même. Et garde les mains au-dessus de ta tête."

" - Mais ça fait très mal …"

Hélène exigeante …

" – Debout ! Montes dans la salle de jeux."

" – Non ! Je vais lever mes mains."

Hélène fait un pas, poigne dans la chevelure de Murielle et l’oblige à se lever … D’un pas rapide, elle l’entraîne vers la salle de jeux. Murielle, le pantalon aux chevilles, sautille, se débat, mord, griffe pour retarder le moment de l’enfermement.

" – Non je n’irai pas …… Je ne veux pas …… Mais lâche-moi donc vieille peau !"

Deux volées d’escaliers et un palier plus haut. Hélène lâche Murielle à l’entrée de la salle de jeux. Elle là fait pivoter sur elle et lui assène une gifle qui la met par terre.

" – Je ne suis pas ta cousine …. Tu m’entends Murielle ?"

Hébétée, Murielle une main sur la joue est assise par terre …

Les larmes aux yeux …

" – Oui maman je t’entend. Ne crie pas comme ça je ne suis pas sourde … "

Hélène …

" - Reste à terre et enlève complètement ton pyjama. Cette fois tu es allée trop loin."

Hélène ouvre le coffre. Elle prend une paire de bracelets en cuir et reviens vers Murielle qui se plaint à nouveau …

" – Mais je suis trop jeune pour ça."

" – Et pour me mordre, pour griffer et être grossière … tu n’est pas trop jeune pour tout ça ? "

Mouchée Murielle pleure en silence …

Elle tend ses poignets, que Hélène néglige au profit des chevilles. Les deux chevilles attachées, Hélène passe un mousqueton dans les deux anneaux. Elle tire l’ado au centre de la cage … attrape une corde passée dans un barreau du plafond de la cage et suspend Murielle par les pieds.

" – Maman je ne saurai plus respirer, détache-moi je vais mourir"

Hélène n’attache aucune importance aux cris de l’adolescente suspendue au milieu de la cage. Elle arrache le lange des fesses de l’ado, le boule et le jette hors de cage.

Hélène prend Murielle par les cheveux et lui redresse la tête. Le regard plongé dans celui de l’ados …

" – " – Tout à l’heure, c’est sur tes cuisses que j’ai frappé. Maintenant c’est sur tes fesses. Je pensais que tu étais guérie, que la chienne en toi était morte … "

Larmoyante Murielle ne répond rien …

Hélène se met face aux fesses de Murielle et abat simultanément ses deux mains. Le bruit est assourdissant ainsi que le hurlement de Murielle. Fâchée de la conduite de Murielle, Hélène n’a plus aucune mesure, les coups s’enchaînent sans discontinuité. Entre deux coups on entend les pleurs et cris de Murielle.

" – Arrête … maman, arrête de frapper…. Mais arrête, tu me fais mal … Pardonne-moi maman, je ne recommencerai jamais plus … Je te le jure."

Insensible aux larmes et aux promesses de l’ados, Hélène recule et inspecte minutieusement le cul de Murielle. Elle promène une main sur le surface boursouflée des deux fesses. Elles sont brûlantes et rouges sang sur toute leur surface. Quelques bleus virent déjà au vert.

Hélène …
" – Bon courage pour t’asseoir."

Secouée par la fessée qu’elle vint de recevoir, Murielle ne dit rien. Semblable à une fontaine, elle pleure à chaudes larmes et semble ne devoir jamais s’arrêter.

Hélène la regarde un instant en silence. Elle prend dans le coffre une paire de menottes qu’elle place aux poignets de l’adolescente. Une main dans la nuque, l’autre entre les mains.

" – Redresse-toi et attrape tes chevilles avec tes mains !"

Murielle obéi et l’attache des mains rejoint celle des pieds, dans le même mousqueton. Murielle est pliée en deux, sa tête repose sur la poitrine.

Lèvres serrées, Hélène s’approche et smashe à deux reprises le cul de l’ado. Qui se met à tournoyer comme une toupie..

" – Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh ! " LIRE LA SUITE

L’intégralité de ce chapitre est disponible pour les abonnés de RdF
PRECEDENT ................................................................. SUITE



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur