Iela

Un après-midi surprise
samedi 26 mai 2007
par  Patrick
popularité : 1%
1 vote

Comme chaque fin de semaine, j’avais rendez—vous dans notre café habituel avec Estelle, celle—ci m’avait dit que l’après midi serait plein de surprises. Etant un peu en avance, j’avais commandé une bière et attendais patiemment en lisant le journal. A l’heure prévue, je vis arriver Iela, une des plus belles filles de notre fac, qui vint s’asseoir directement à côté de moi.

— Bonjour Raoul, je sais que ce n’est pas moi que tu attends, mais Estelle m’a invité à passer l’après—midi en votre compagnie, j’espère que cela ne te dérange pas ?

Comment aurai—je pu l’être, Iela était vraiment magnifique, encore plus désirable qu’Estelle. Tous les garçons de la fac rêvaient secrètement de sortir avec elle. Je la connaissais de l’avoir parfois croisée dans les couloirs, mais je ne savais pas qu’Estelle et elle étaient amies. Je voulais lui offrir un verre, mais elle me fit savoir qu’Estelle nous attendait dans son appartement.

— Il me semble qu’Estelle t’a demandé de faire quelque chose de particulier pour cet après midi.

Devant mon air surpris, elle continua.

— Tu devais te raser ou t’épiler, et je dois vérifier que tu l’as bien fait avant d’aller la retrouver, sinon elle annule votre rendez—vous. Vas donc retirer ton short, ce sera plus aisé.

Comme nous étions en été et qu’il faisait très chaud, je n’étais vêtu que d’un short et une longue chemise, Iela l’avait bien remarqué. La proposition ne surprit venant de sa part, elle n’avait pas la réputation d’une fille facile, et personne ne lui connaissait de petit ami. Ce fut une des premières surprises de l’après midi.

— Alors qu’est ce que tu attends ? Dépêche—toi sinon je pars.

Devant son ton autoritaire, je partis dans les toilettes pris d’un énorme doute, qu’avaient—elles mijoté ? Soit je m’abstenais et adieu Estelle, car je savais qu’elle me laisserait tomber. Soit j’acceptais, et j’aurais l’air ridicule, mais peut être aurais—je l’occasion de flirter avec Iela. J’optai pour la seconde solution.

A peine ai—je repris ma place, qu’Iela mit sa main sur ma cuisse, remonta ma chemise et alla directement vérifier qu’aucun poil n’était présent, heureusement que nous étions dans un coin tranquille du café. Elle prit son temps et inspecta chaque recoin de mon intimité, à son sourire je pus constater qu’elle était contente que ses caresses ne me laissent pas indifférent.

— Tu es bien obéissant, maintenant allons vite retrouver Estelle, elle sera très heureuse de nous voir arriver. Je garde ton short pour l’instant, j’espère qu’il n’y aura pas trop de vent.

Arrivé à l’appartement d’Iela, Estelle était là avec Eric, un garçon de notre classe. Ce n’était pas étonnant, car tous deux se connaissaient bien, ils avaient été au lycée ensemble. Ce qui me surpris davantage, c’est qu’il fut entièrement nu, et rasé comme moi. A peine entrée, Estelle se jeta dans les bras d’Iela, l’embrassa avec fougue. Estelle homosexuelle ? Décidément je n’étais pas au bout de mes surprises. Une fois leur étreinte finie, elle se dirigea vers moi et m’embrassa tout aussi passionnément.

— Mets—toi à l’aise comme Eric, me dit—elle, l’après midi ne fait que commencer.

Sur ce, elle me retira prestement ma chemise avant que je n’aie eu le temps de dire quoi que ce soit.

— Ils sont mignons tout nus nos petits hommes, j’adore voir et caresser les sexes épilés ou rasés, confia Iela assise tranquillement dans le canapé à côté d’Estelle. Approchez—vous, nous n’allons pas vous manger. Estelle va s’occuper d’Eric, et toi Yves vient prés de moi, nous allons comparer vos anatomies, cela nous fera un cours de pratique.

Nous nous retrouvâmes donc entièrement nus debout devant les filles, « la queue entre les jambes » comme le dit la maxime.

— Ils ne sont pas mal fait du tout, nous allons passer un excellent après midi, qu’en penses—tu Estelle ?

Estelle buvait littéralement les paroles d’Iela qui sortit un appareil photo de je ne sais où, et nous pris en photo entièrement nus. Après quelques minutes d’observation et de prises de vues, nous étions un peu plus en forme, Iela repris ses commentaires.

— Ils sont très bien membrés tous les deux, rapprochez—vous donc l’un que l’autre que nous vous comparions d’un peu plus prés.

Nous étions presque l’un contre l’autre, Estelle ne faisait que regarder, quant à Iela, elle prit nos sexes entre ses mains et les rapprocha jusqu’à ce qu’ils se touchent. Le contact du sexe d’Eric contre le mien me chauffa encore plus le bas ventre, moi qui n’étais pas du tout homo, j’étais totalement perturbé par cette situation nouvelle. Après avoir tout détaillé : longueur, grosseur, fermeté, douceur, etc…, les avoir tripoté et caressé de toutes les façons, elle nous masturba les deux en même temps. Pendant ce temps là sa seconde main ne resta pas inactive, ce furent le tour de nos bourses de s’entremêler.

— Yves, est ce que tu veux me faire plaisir ? Me demanda Iela.

Avant que je n’aie pu répondre, elle enchaîna.

— Vous les garçons vous nous parlez toujours de petite gâterie, j’aimerais que tu m’apprennes à bien faire. Il paraît que c’est ce que tu adores que l’on te fasse, tu dois être un spécialiste de la question.

Je croyais rêver, j’étais avec la plus belle fille du monde, et elle me proposait tout simplement de me faire une fellation.

— Je ferai tout ce qui te plaira Iela, dis—je, mais je ne pensais pas que cette phrase aussi anodine m’entraînerait si loin.

— Alors je te prends au mot, tu vas me montrer sur Eric comment il faut s’y prendre. Et puis comme j’ai déjà vu Eric faire, je pourrai comparer vos techniques.

J’étais abasourdi, ce n’était pas vraiment la proposition à laquelle je m’attendais. De plus Eric avait la réputation d’un homme à femme, je ne l’imaginais pas en train de faire une fellation à un autre garçon. Iela appuya sur mes épaules, en quelques secondes je me retrouvai à genou devant Eric qui affichait une belle taille. Voyant que j’étais hésitant, elle pris le sexe d’Eric d’une main, et approcha mon visage de l’autre. Mes lèvres n’étaient plus qu’à quelques centimètres, elle appuya alors un peu plus fermement, jusqu’à ce que nous soyons en contact.

— Tu as fais le plus difficile, maintenant fais—lui donc un petit bisou.

A peine ai—je eu le temps de réfléchir à la situation, que la pression s’accentua, je me retrouvai avec le sexe d’Eric à moitié dans la bouche.

— Ce n’était si pas terrible tu vois, vous les garçons, il faut toujours vous forcer un peu pour obtenir quelque chose. Tu sais Estelle, qu’avec un peu de gentillesse on parvient à faire faire tout ce que l’on veut aux garçons. Je servis une nouvelle fois de modèle photo à Iela. Maintenant je suis sûr qu’Eric serait heureux de sentir ta langue le caresser un peu partout.

Ce traître acquiesça d’un mouvement du chef. Après quelques secondes d’hésitation, Iela me tira la tête en arrière en m’ordonnant : « Ta langue maintenant. » Surpris par le ton tranchant, je sortis ma langue, il n’en fallut pas plus que cela à Iela pour reprendre la direction des opérations. Tout en me maintenant fermement, elle me dirigea là où elle le désirait. Je dus commencer par explorer ses bourses, ma langue n’oublia aucun recoin. Puis elle me fit faire quelques allers et retour autour de sa hampe, qui me semblait—il était encore plus grosse qu’avant.

— Lèche le bien tout au bout, c’est le moment que je préfère, et ensuite tu le prendras en bouche.

Sa main me guidait toujours aussi fermement, je ne pus que m’exécuter. Après avoir posé mes lèvres autour du sexe d’Eric, Iela me fit faire des allers et retours, d’abord doucement puis de plus en plus rapidement. Au bout de quelques minutes, je m’aperçus qu’elle m’avait lâché et qu’elle rigolait de me voir continuer les mouvements sans son aide. Je ne sais pas si c’est ma technique qui était bonne, mais Eric se lâcha rapidement au fond de ma gorge.

— Toi qui es connaisseur, tu sais que c’est meilleur quand on avale, alors je t’en prie ne te fais pas désirer, je vais en profiter pour faire d’autres photos souvenirs

Alors malgré le fait que je venais de sucer un garçon, et malgré mes réticences à un tel acte, j’avalai toute la semence d’Eric. Contrairement à ce que j’avais redouté je ne fus pas trop écœuré, mais n’en tirai pas non plus un plaisir particulier. Iela, toujours son appareil photo en mains avait l’air très heureuse.

— Je dois malheureusement vous quitter pour un rendez—vous important, mais avant j’aimerais faire encore quelques photos de vos jolis derrières. Mettez—vous l’un à côté de l’autre à quatre pattes sur le lit.

Une fois en position, elle nous écarta largement les cuisses pour bien voir notre service trois pièces. Après avoir fait ses photos, elle vint pour nous caresser la croupe, en profitant pour insinuer un doigt entre nos fesses.

— C’est vraiment dommage que je doive partir, on commençait seulement à s’amuser. J’espère que j’aurai le plaisir de te revoir bientôt Raoul, dit—elle en partant rapidement.

Après cet après midi vraiment plein de surprises, je mis un terme à mes relations avec Estelle. J’évitai également de croiser Iela, car je crois qu’elle me fascinait trop, et j’avais trop peur de ne pas pouvoir résister à ses désirs.

Mais par la suite, j’ai revu Eric qui m’a parlé un peu plus longuement de Iela et de sa sexualité un peu particulière.



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur