Jiya

vendredi 22 juillet 2005
par  Jiyes
popularité : 1%
1 vote

1 Vie d’un couple

Appelons-la Jiya. la cinquantaine, bien conservée, avocate. Beaux seins un peu affaissés, fesses un peu rondes, la taille bien marquée, 1 m 60. Appelons-le Jiyes, également la cinquantaine, deux ans et demi de plus, sportif, 1 m 78, avocat.

Ils ont développé graduellement une relation domination/soumission, elle plutôt maso, lui dominateur, un rien sado. Sans la moindre lassitude, ils pratiquent leurs jeux une à deux fois par semaine depuis des années. Jiya a le sexe et l’anus rasés, Jiyes a gardé sa pilosité, essentiellement en raison de ses pratiques sportives où il n’a pas envie de marquer sa différence, au vestiaire sinon il se raserait volontiers le pubis.

Ils ne vivent pas une relation D/s-SM 24/7 mais elle débute uniquement quand Jiyes met son collier de soumise à Jiya et se termine quand le collier est retiré. En dehors de ces épisodes ils mènent tous deux une vie de couple et professionnelle parfaitement normale.

La soirée ou le début de soirée commence toujours une coupe de champagne, habitude festive et quelque peu desinhibitrice pour Jiya. Leurs jeux se pratiquent toujours dans la salle de séjour, grande avec une possibilité de suspension masquée en temps normal.

Jiya reçoit son collier de soumise ainsi que des menottes de poignets et de cheville. Les jeux sont captés par une camera reliée au poste de télévision, souvent sans enregistrement, Jiyes étant voyeur et aime obliger Jiya à se voir dominée.

Ce jour là, le jeu commence par la pose d’un bâillon"mors au dents", celui qu’elle aime le moins, et de pinces avec poids de 100 gr aux seins. Après lubrification, Jiyes procède à la mise en place d’un plug anal de petite taille (aujourd’hui). Une chaîne est reliée au collier et en lui cravachant les fesses elle doit tourner autour de Jiyes qui tient la chaîne, en levant haut les genoux et de plus en plus rapidement. Jiyes apprécie énormément la danse des seins et l’étirement des tétons. La promenade dure environs cinq minutes.

Plug et bâillon enlevés, Jiya reçoit des pinces avec poids de 200 g aux grandes lèvres dont l’étirement est des plus érotiques. Jiya supporte allègrement ces poids qui lui procurent une espèce de jouissance. Jiyes oblige Jiya à se balancer pour imprimer un mouvement de va et vient aux poids. Les pinces toujours en place, Jiyes oblige Jiya à lui présenter ses seins sur la paume des mains pour lui infliger des coups de cravache sur la partie supérieure des seins suffisamment forts pour y imprimer des marques rouges. Ensuite elle doit se pencher en avant, bras dans le dos pour permette le cravachage latéral des seins. La séance de cravachage des seins est interrompue par un enlacement du couple et un baiser voluptueux. A ce point Jiya est plutôt excitée et mouille abondamment. Pour faire bonne mesure, Jiya doit se pencher en avant avec appui sur les mains pour recevoir une trentaine de coups de martinet à larges lanières sur les fesses. La séance ne s’arrête que quand les fesses rougissent suffisamment au goût de Jiyes.

Ensuite, à genoux, fesse en l’air, Jiya va bénéficier d’un fisting vaginal à quatre doigts et action clitoridienne qui la mène au bord de la jouissance. Elle doit ensuite se coucher sur le dos, jambes écartées et bénéficie d’une flagellation du sexe par le martinet. Jiyes appelle cela une sensibilisation du clitoris qu’il va lécher en position 69 pour lui offrir un orgasme violent.

Ce jour là Jiyes arrivera a la jouissance en prenant sa femme par le vagin en position de levrette et en la fessant vigoureusement et alternativement sur chaque fesse avec un paddle de cuir.

2 Ce soir là

Dans une relation de couple sentimentalement et socialement parfaitement normale, pour Jiya la soumission et la douleur sont devenus indissociables de l’acte sexuel. Jiyes se complait dans son rôle de dominateur.
Ce soir là Jiya est totalement nue, hormis des escarpins noirs à hauts talons. Elle est complètement épilée, sexe et anus. Elle a soigneusement nettoyé son rectum par plusieurs lavements, Jiyes l’ayant prévenue qu’il porterait, du moins dans un premier temps, une attention spéciale à son anus. Rétive au départ, il y a longtemps, Jiya apprécie la sodomie et atteint facilement l’orgasme anal pour autant que l’on stimule son clitoris. Jiyes aime la vision d’un anus dilaté et le voir béant puis se refermer progressivement. L’offrande de son anus est un des derniers degrés de la soumission de la femme.

Jiya est à genoux, épaules sur le sol et écarte ses fesses. Après lubrification, Jiyes la prépare par l’introduction progressive d’un, puis de deux doigts dans l’anus et introduit ensuite d’un spéculum vaginal qu’il va amener très progressivement à 3 cm de diamètre, ne désirant en aucun cas provoquer de douleur importante, sachant quand même que la dilatation de l’anus est inconfortable. Le spéculum va rester ouvert pendant 5 minutes et ensuite retiré. Jiyes jouit du spectacle de l’anus béant qui se referme lentement. Après sodomisation lente et profonde, Jiyes procède à la mise en place d’un plug de 2.5 cm de base et de près de 5 cm à son plus grand diamètre qu’elle gardera jusqu’au moment où il décidera de l’enlever. Jiya ressent une espèce de sensation de plénitude à la limite de l’inconfort et du plaisir.

Il est temps de boire un verre de champagne, rite accompagnant immuablement leurs séances sado-maso et tout autre évènement festif par ailleurs. Dans le canapé profond, le plug gêne quelque peu mais elle a l’habitude.

Jiya se met debout, Jiyes pose les menottes de cuir aux poignets et aux chevilles, met en place un collier de cuir auquel est attachée une longue laisse fixée par un gros mousqueton. Les mamelons de Jiya sont très sensibles, elle grimace quand Jiyes lui attache des pinces lestées de poids de 100 gr qui étirent les seins. Elle trouve inesthétique le fait d’accentuer ses seins tombants mais il n’en a cure et lui dit qu’à quatre pattes le phénomène disparaît. C’est dans cette position qu’ils font une « promenade » dans l’appartement, Jiyes la guidant au moyen de la laisse et la stimulant à la cravache appliquée vigoureusement sur les fesses que Jiyes aime marquer de stries rouges.

Après la promenade, Jiya se remet debout et après retrait des pinces présente ses seins dans ses paumes. Après douze de coups de cravache sur chaque sein elle met ses bras derrière la tête et la flagellation est complétée par des volées de martinet appliquées latéralement et de haut en bas.

Mains appuyées sur un fauteuil, elle bénéficie ensuite du même traitement sur les fesses. Jiya mouille abondamment et se remet debout. Jiyes est obligé de sécher ses grandes lèvres pour pouvoir attacher les pinces à poids de 200 g Spontanément, Jiya agite son bassin d’avant en arrière pour faire balancer les poids, manœuvre qui, dit-elle accentue son plaisir. Elle reçoit alors deux poids supplémentaires de 200 gr qui transforment son plaisir en douleur. Poids vaginaux en place, Jiyes remet les pinces lestées sur les mamelons. Les yeux bandés par un masque et un gag boule en place, elle va rester immobile pendant 15 minutes entrecoupées de coups de cravache aléatoires sur les seins, le pubis lisse ou les fesses. Jiyes ne frappe jamais le dos, le ventre ou les cuisses seuls les seins, le sexe et les fesses lui paraissant des cibles érotiques.

Débarrassée de ses pinces, masque et gag et laisse Jiya se met en position de levrette et après retrait du plug elle est fistée avec quatre doigts dans le vagin et trois doigts dans l’anus. Le plug resté en place pendant plus d’une demi-heure rend ce dernier orifice particulièrement accessible. Le fisting qui durera une quinzaine de minutes est accompagné d’une stimulation clitoridienne vigoureuse qui amène Jiya à plusieurs orgasmes violents. Jiyes se dit qu’à l’avenir il essayera de rendre le fisting encore plus profond.

Jiyes va arriver à son orgasme préféré. Jiya est à genoux, la bouche ouverte en attente, les pinces lestées à nouveau fixées aux mamelons des seins. Jiyes, debout va pratiquer un coït buccal en flagellant les fesses de sa femme au martinet. Le rythme des coups suit celui de son pénis dans la bouche de sa femme. Les poids des pinces des seins suivent les mouvements du torse de Jiya répercutant les coups de boutoir du membre qui remplit sa bouche, ses fesses sont en feu. Jiyes progresse sans hâte vers l’orgasme en jouissant au physique du contact de la bouche et au cérébral par la situation soumission de sa femme. Le coït devient de plus en plus profond, son membre frappe le fond de la gorge de Jiya et enfin il éjacule. Jiya avale tout. Le sexe de Jiya est trempé la conjonction de la flagellation et de la fellation l’amenant au bord d la jouissance qu’elle va atteindre quand elle se retourne en levrette et reçoit la verge de Jiyes dans son vagin.

Un nouveau verre de champagne termine l’épisode et ils s’enlacent et s’embrassent tendrement. Jiya gardera ses bracelets de cuir et son collier pendant toute la soirée, signe de soumission.



ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer les textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Navigation

Mots-clés de l’article

Articles de la rubrique

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur