Dompté par sa maitresse

mercredi 22 août 2012
par  etalon_dompte
popularité : 2%
10 votes

Je commence à me réveiller en me sentant secoué. J’ouvre difficilement les yeux et surprise.

Je me retrouve recroquevillé dans une cage métallique à barreaux, couché sur le flanc. La cage se trouve dans une camionnette sans aucune fenêtre ou autre vue sur l’extérieur. Sortant du sommeil, sans doute après avoir été endormi artificiellement puisque je me rappelle avoir été accosté par un homme dans la rue puis plus rien, je mets un certain temps à me réveiller pour de bon. Je veux bouger mais la cage est trop petite. Je suis entièrement nu. Je sens quelque chose au niveau du nez et arrive à me toucher, un anneau traverse la cloison nasale, il semble être soudé donc impossible à enlever et un petit cadenas traverse le prépuce. Une chaîne relie les deux et m’oblige à garder la tête baissée. Je sens quelque chose dans mon anus et veut l’éjecter, sans succès. En essayant de toucher je constate que j’ai un god queue de cheval retenu par un solide harnais également cadenassé.

Les secousses continuent, nous devons rouler sur un chemin rural ou forestier, à part le bruit du moteur je n’entends rien du tout.

Finalement nous arrêtons de rouler et on ouvre la porte arrière. On m’attache les mains dans le dos au travers des barreaux. On ouvre la cage et fixe une longe après l’anneau du nez avant de me tirer vers l’extérieur. Il fait déjà nuit, combien de temps ai-je dormi ? Qu’est-ce que je fais ici, ou sommes-nous, qui êtes-vous, que me voulez-vous ?

— Tu le sauras plus tard pour le moment il faut que je t’installe.

C’est une femme qui m’entraîne à l’aide de la longe.

Je demande ce que tout cela signifie, comme réponse juste un bon coup de cravache sur les fesses. Elle m’emmène dans une écurie et me lâche dans un box rapidement cadenassé. Le boxe est fermé jusqu’au plafond, donc impossible de m’échapper. Je me retrouve tout nu sur la paille la tête recourbée, le cul rempli et les mains attachées dans le dos. Je cherche par tous les moyens une possibilité de libérer mon sexe et mon nez, sans solution. Ensuite j’essaye de trouver une solution pour sortir sans résultat non plus. Je commençais à crier et hurler, elle est venue et j’ai voulu me débattre mais en me tenant fermement par ma chaîne je n’ai pas insisté longtemps. Elle me place un bâillon dans la bouche et le fixe solidement derrière la tête. Je continue à marmonner mais elle gonfle le bâillon jusqu’à ce que j’aie du mal à respirer.

— Je te laisse ainsi le temps que tu te calme et je viendrai voir plus tard.

Que faire sinon attendre ?

Un peu plus tard la lumière s’allume et la femme me montre un abreuvoir automatique et verse des céréales et des légumes finement hachés dans une auge. Elle m’enlève le bâillon et le god, referme le box et éteint la lumière.

J’attends pas mal de temps avant de me décider mais j’ai faim et surtout soif. Pas facile avec le nez toujours relié au sexe. Je dois baisser la tête au maximum. Heureusement il y a un peu de clarté qui semble provenir du clair de lune. J’arrive enfin à boire et à manger un peu.

Maintenant j’ai un besoin à satisfaire. Comment faire, les mains toujours attachées ?

Je vais dans un coin et pisse debout puis m’accroupis pour le reste. J’essaye de m’essuyer un peu en trainant le derrière dans la paille.
Finalement je m’endors.

Je suis réveillé par le bruit du box qu’on ouvre, il fait jour. Je manifeste à nouveau et elle me remet le bâillon. Elle me fixe la longe au nez et m’entraîne. Je me débats tant que je peux mais l’anneau dans le nez attaché au sexe et les mains attachées dans le dos me limitent considérablement. La longe est fixée après un poteau dans une cour. Elle repart et je reste là, attaché, toujours les mains dans le dos et la tête baissée. Je me mets à crier et hurler et finalement elle revient, me remet le bâillon et le gonfle puis enlève le cadenas du sexe, prend un tuyau d’arrosage et commence ma toilette au jet, je me débats encore et essaye de lui donner des coups de pieds mais rien n’y fait retenu par le nez et les mains attachées je reste très limité dans mes possibilités. Finalement je n’ai pas le choix et je me résigne. Ensuite elle prend une éponge et me frotte vigoureusement, elle prend bien soin de décalotter le sexe pour bien le laver. La finition se fait au jet fin comme un pulvérisateur. Elle m’enlève le bâillon et me fait ouvrir la bouche (je ne veux pas mais elle me menace de prendre le fouet pour me corriger) et me met un écarteur de mâchoire qu’elle ouvre un maximum me brosse les dents et rince avec le jet. De suite elle remet le cadenas et la chaine au sexe. Je recommence à hurler et elle me remet le bâillon et le gonfle.




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 2 fois seulement)

Allopass Solution de micro paiement sécurisé
Secure micro payment solution
Pour acheter ce contenu, insérez le code obtenu en cliquant sur le drapeau de votre pays
To buy this content, insert your access code obtained by clicking on your country flag

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur