Pourquoi moi ?

Chapitre 4 à 6
jeudi 7 octobre 2021
par  Henic
popularité : 22%

Agenouillée sur le sol, les bras tendus au-dessus de ma tête, je sanglote. Je ne peux toujours pas comprendre comment j’ai pu supplier un inconnu — un inconnu qui m’a kidnappée, fouettée et abusée avec ses amis — de me baiser dans le cul, et j’ai ensuite joui pendant qu’il le faisait. J’ai toujours été fière d’être une personne normale et bien adaptée, quelqu’un qui aime le sexe, mais qui n’est certainement pas un monstre complet. S’il y avait quelque chose, j’aurais pu être décrite comme un peu prude et cela me convenait parfaitement. Maintenant, je dois remettre en question toute mon identité et cela me fait peur. Je ne sais même pas qui sont ces hommes ni comment ils m’ont choisie, mais d’une manière ou d’une autre, ils savaient qu’il y avait une salope qui se cachait en moi. Pourquoi moi ? Pourquoi ai-je été enlevée de mon bureau, agressée, fouettée, violée et forcée d’aimer ça ? Même maintenant, lorsque je m’assois sur le sol, à bout de souffle après mon dernier orgasme, je sens un picotement dans ma chatte alors que j’anticipe la punition qu’ils vont me donner. C’est terrifiant et humiliant, et je la veux quand même.
Le crochet auquel mes poignets sont attachés recommence à s’élever et il me hisse sur mes pieds. Je m’accroche, à peine capable de me soutenir, et j’attends qu’ils fassent ce qu’ils ont prévu. Ce ne sera certainement pas pire que ce qu’ils m’ont déjà fait subir. Je sens que l’on attache des menottes à mes chevilles, puis que l’on enroule des sangles autour de chaque cuisse, leurs mains se baladent sur mon corps pendant qu’elles travaillent. Mes pinces à tétons sont retirées tout à coup, et je crie et me cambre lorsque le sang revient dans mes tendres bourgeons. Une main les masse, ce qui me fait grimacer, et d’autres mains sondent ma chatte et mon cul tandis qu’ils finissent de resserrer les sangles autour de mes jambes. J’entends le bruit de chaînes qui tintent, puis mes pieds sont retirés de dessous moi et je me trouve pendue par les bras. Je hurle de surprise, puis de peur, alors que les chaînes continuent de monter, arrachant mes jambes perpendiculairement à mon corps. Je gémis alors que les muscles de l’intérieur de mes cuisses s’étirent au maximum et je me mets à secouer la tête sans un mot. J’ai toujours été souple, mais ils n’arrêtent pas de tirer mes jambes jusqu’à ce que je sois presque complètement écartelée et que mes muscles protestent. Un des hommes ajuste légèrement les lanières puis me donne une poussée qui me fait me balancer d’avant en arrière, tenue par mes cuisses, mes chevilles et mes poignets. Ma chatte et mon cul leur sont complètement exposés et malgré la situation, je ne peux m’empêcher de me sentir gênée.
Mon mouvement finit par cesser et je reste là, attendant craintivement leur prochaine action quand soudain, un jet d’eau glacée me frappe la poitrine. Je halète pour respirer quand le froid coupe ma respiration et j’entends l’un des hommes rire.
« On ne peut pas te laisser sale et couverte de sperme, salope. Je sais que c’est un état naturel pour une pute comme toi, mais ici, nous aimons garder les choses propres. »
Le jet d’eau joue sur moi, en accordant une attention particulière à mes seins où mes tétons se sont durcis en petites pointes. Je frissonne et la chair de poule apparaît sur ma peau, mais je suis encore un peu excitée. Je sens l’eau commencer à descendre et je prends une inspiration, sachant ce qui va se passer. L’eau asperge directement mon sexe exposé et vulnérable et je crie, me cognant et me tordant dans mon harnais alors que j’essaie de m’échapper. Ils font jouer le jet d’avant en arrière entre mon cul et ma chatte, s’attardant particulièrement longtemps sur mon clitoris. À un moment donné, l’angle d’attaque de l’eau change et ils se mettent à m’arroser par le bas, essayant de faire monter l’eau à l’intérieur de moi. Je sanglote, gelée, et mes dents claquent lorsque l’eau est enfin coupée. Je pends, accrochée là, ruisselante, et l’un d’eux fait gicler quelque chose sur ma poitrine. Au début, je pense qu’il a joui sur moi à nouveau, mais ensuite l’odeur me frappe et mon estomac se contracte. C’est du savon, mais pas n’importe quel savon — mon savon, de chez moi. J’ai toujours privilégié une marque un peu obscure que je commande à l’extérieur du pays, et c’est l’odeur de mon savon. J’ai mal au ventre de savoir que ces hommes savent où je vis et ont accès à mes affaires. Ils ont dû prendre mes clés et mon portefeuille dans mon sac à main, mais cette idée ne m’était pas venue à l’esprit auparavant et d’une manière ou d’une autre, malgré tout ce qu’ils m’ont fait, c’est comme un viol géant.
Avant de pouvoir trop me concentrer sur les implications, je sens une brosse à récurer commencer à frotter en cercles sur mon dos. Une autre se met à frotter une jambe, tandis qu’une troisième attaque mon autre jambe. Les brosses ne sont pas particulièrement dures, mais lorsqu’elles se mettent à tourner de plus en plus près de mes zones les plus sensibles, je gémis. Ma chatte est de nouveau mouillée et je me maudis pour mon incapacité à résister à ces hommes. Les brosses glissent sur mes seins, une de chaque côté, doucement au début, puis elles commencent à frotter plus fort. LIRE LA SUITE




ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :
- d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés de manière illimitée durant la durée de votre abonnement,
- d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
(NB : Si vous êtes déjà en possession d’un pass, entrez-le, selon le type de votre abonnement, dans une des 2 zones prévues ci-dessous pour accéder à la partie privée de RdF)

ALLOPASS OU PAYPAL
OFFRE DECOUVERTE (1 jours)
ABONNEMENT 7 JOURS
ABONNEMENT 15 JOURS
ABONNEMENT 1 MOIS





ABONNEMENT 3 MOIS





ABONNEMENT 6 MOIS





SE DESABONNER


Entrez votre pass abonné

OFFRE DECOUVERTE (code valable 1 jours seulement)


Commentaires