2 - Dans un petit boudoir

Lettre 2
lundi 12 janvier 2009
par  Elena
popularité : 1%
2 votes

Vous avez aimé mon premier récit... voici donc la suite de ce que l’on m’a envoyé...

.../...Puisque ce jeu est passé à la domination je vais te tutoyer...

Tu es donc allongée sur le divan, yeux bandés, les 4 membres écartés et attachés aux pieds en bois... indécente, offerte, impudique... soumise à mes caprices... tu ne sais pas ce que je vais te faire... tu attends, la respiration haletante... je sors de la poche de mon pantalon à côté de moi un collier de cuir noir avec un anneau... un collier de soumise. Je l’attache autour de ton cou... je te caresse le visage tendrement tout en te parlant doucement..."Ma soumise va apprendre et découvrir des plaisirs que tu ne connais pas ?"... tu prononces un petit "oui" apeuré mais plein d’envie...

Tout à coup tu sens mes lèvres se poser sur un sein... le bout de ma langue en agace la pointe... qui durcit aussitôt... je mordille légèrement ce téton qui grossit... je le prends entre les dents... et l’étire de plus en plus. Une douleur commence à poindre... de plus en plus forte... mais en même temps tellement agréable... et tu sens le froid métallique... une pince vient de se refermer. Tu cries... la circulation sanguine s’arrête... la douleur initiale s’apaise mais pas le temps que tu t’y habitues... mes dents font subir le même traitement à l’autre sein qui se retrouve aussitôt également prisonnier d’une autre pince. Les deux pinces sont reliées par une petite chaîne... et au milieu de celle-ci une autre chaîne avec un clip... j’attache celui ci à l’anneau de ton collier... ce qui fait que chaque fois que tu vas tirer la tête en arrière... tes seins seront tirés vers le haut... supplice atroce... tu ne sauras pas quelle position prendre... mais cette douleur est très supportable surtout par les sensations qu’elle entraînera."N’aies pas peur... tu vas aimer, tu vas me prouver que tu le fais pour moi, pour mon plaisir, tu seras fière d’arriver à le faire."

Je m’installe à 4 pattes au-dessus de ton corps et ma langue joue sur ta bouche, tu cherches à m’embrasser, je m’échappe à chaque fois... ma bouche descend vers tes seins, j’en lèche et suce les pointes prisonnières, ils gonflent de plus en plus et de plus en plus vite. Le plaisir a pris la place de la douleur... tu te tends en arrière... aie... cela étire à nouveau tes seins... la douleur... le plaisir alternant plusieurs fois... mes lèvres s’emparent des grains de caviar... je remonte le visage et te les passe dans ta bouche ouverte... je recommence 2 ou 3 fois. Je descends plus bas... la langue dans ton nombril... et j’avale le caviar qui s’y trouve, mes mains caressent tes flancs, remontent aux seins que je pétris. Je redescends et ma bouche arrive à hauteur de ton sexe qui palpite comme une bouche verticale... ma langue recueille les grains qui s’y trouvent...
Tu soupires de plus en plus... tu gémis... tes jambes sont écartées au maximum... tu ne peux les refermer malgré les frissons qui te prennent dans le bas du ventre... j’ai une vision complète de ton intimité... je m’allonge entre tes cuisses le visage face à cette fleur que je vais butiner.
Doucement ma langue commence à lécher le bord de tes lèvres... tu es complètement épilée comme je te l’avais demandé avant notre rendez-vous... je continue à lécher... on dirait une huître qui s’ouvre tout doucement... révélant une humidité suintante et odorante... ton odeur de femme... de femelle...de soumise... ma soumise.
Mes coups de langue se font de plus en plus insistants et ton bassin ondule et se tend et se plaque sur ma bouche... un cri... tu as oublié les pinces... mais ce cri est vite remplacé par des gémissements de plaisir... étrange contraste... Je sens poindre ton clitoris gorgé de sang, excité... qui se dresse comme un petit pénis. Tu vas jouir... je le sens, je le vois...

Je le prends entre mes lèvres et je le tête doucement... je le mordille... le tire avec les dents... tu deviens folle, tu te tortilles... de nouveau cette douleur dans les seins, ce plaisir au fonds de ton ventre...

Des deux pouces j’ouvre ta corolle et l’intérieur rouge vif de ton sexe s’ouvre devant mes yeux... un filet de jouissance commence à couler... ma langue s’empresse de lécher, de goûter, de boire ce nectar de plaisir... les mouvements de ton bassin se font plus forts, plus désordonnés... ma langue s’enfonce plus profondément dans ton sexe offert. Tu fouille dans ces chairs si fragiles et sensibles qui te font frissonner de plus en plus. Tu me crie d’enfoncer ma tête plus loin comme un immense sexe... tu veux te sentir remplie, t’écarteler... t’éclater... tu cries, tu hurles..."oui... OOOUUII... encore... n’arrêtes pas... oui c’est bon, trop bon... entres plus loin plus fort. Lèche-moi, mords-moi... mange-moi... je coule... bois-moi, suce... suce encore... oui je coule... je fonds dans ta bouche... baise-moi avec ta langue.."

Tu bascules en arrière, tes seins étirés... tu ne sens plus la douleur tellement la jouissance est là...

Je m’empare d’un coussin, le glisse sous tes fesses... j’ai maintenant ton anus devant les yeux... ta jouissance coule de ton sexe et se répand sur ce petit trou qui palpite... réveillé par ce liquide qui s’étend sur sa corolle froncée... ma langue lèche, pénètre ce nouvel objet de. Nos désirs. je passe alternativement d’un à l’autre de tes orifices...j’insinue mon pouce dans ton sexe...mon index dans ton anus qui s’ouvre tout seul...quelle impatience de sa part...

Je commence à les "branler" tous les deux de plus en plus vite...tu mouilles de l’anus aussi.... tu jouis de tes deux orifices.

Tu cries, tu jouis... tu as un orgasme phénoménal... c’est trop bon, tu n’en peux plus... tu pleures de plaisir. Le visage trempé de ta jouissance... je me relève et m’approche de ton visage... je t’enlève ton bandeau... que tu es belle dans le plaisir, je t’embrasse et ta langue, ta bouche entreprennent de me lécher, de goûter ton propre plaisir, ta mouille, ton jus, ton suc d’amour, ta liqueur... et tu aimes cela... oh que tu aimes... cela se voit dans tes yeux. Toutes les fois que tu as sucé tes propres doigts quand tu te donnais des plaisirs solitaires... mais ça c’était avant... avant de me connaître...

Je vais te libérer... tu as été très docile. Ma langue commence à lécher tes tétons...blanchis... je les aspire l’un après l’autre... je détends une des pinces... une douleur vive se fait sentir... le sang afflue dans ce bout de chair mais tout de suite ma bouche s’en empare et le réchauffe... tu es bien... tu te sens bien... même chose à l’autre sein...

Puis les chevilles et les poignets sont libérés... Je suis fier de toi... moi aussi... de toi... du plaisir que je t’ai donné, de celui de t’avoir dominée... de t’avoir aimée. Mais nous avons encore d’autres plaisirs à découvrir... tu dois encore découvrir mon corps, mon sexe, mes délires.

PRECEDENT ..................................................... SUIVANT


ZONE ABONNES L’abonnement vous permet :

  • d’enregistrer et d’imprimer l’intégralité des textes publiés,
  • d’avoir accès à certains récits dont la teneur ne permet pas une large publication,
  • d’accéder à la galerie photos privée de RdF.
    Entrez votre pass abonné

Commentaires

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur